6
Juin
05

Bayrou… chef de l’union des futés pas très futé





Pour bien commencer la semaine, je vous propose une petite réflexion sur François Bayrou, l’homme du frémissement permanent. Je m’explique, en 2002, alors qu’il caracole à 5-6% dans les sondages pour le premier tour de la présidentielle, à trois semaines des élections, Monsieur commence à sentir un frémissement et il se voit déjà au deuxième tour. J’imagine que ce grand visionnaire a dû perdre la vue lorsqu’il a découvert les résultats et malheureusement, depuis, il n’a pas retrouvé tout l’usage de ce sens pourtant si important en politique qu’est la vision. Depuis, il se permet de critiquer l’action gouvernementale sans pour autant proposer une quelconque participation de ses troupes ni offrir une quelconque alternative. Seul ce pauvre Gilles De Robien a participé courageusement au gouvernement et a mené une action efficace au sein du ministère des transports

Il est vrai qu’il est très facile d’être dans la contestation permanente mais on attend plutôt là des partis de gauche qui paradoxalement font souvent des propositions plus concrètes que Mr Bayrou lui même. Alors Mr Bayrou, si vous voulez être un peu plus crédible, sortez des rangs de la contestation, ils sont déjà assez bien fournis comme cela en ce moment et tentez de proposer, de participer, votre place n’est pas dans la contestation mais dans l’action, cela sera plus utile et plus constructif. Je comprends bien qu’une position active ruinerait vos espoirs pour 2007 mais un homme politique se doit d’agir pour son pays, pas de contester pour se rendre sympathique et espérer se faire élire plus tard. Les français se souviendront de ceux qui auront changé le pays, pas de ceux qui passent leur temps à critiquer Pierre, Paul ou Jacques (voire même Pierpoljak!).







L'autre monde | Thème liquide par Olivier