7
Avr
12

Bayrou, un visionnaire aveuglé par l’ambition





Ah François Bayrou, le grand donneur de leçons de la République, normal pour un prof me direz vous! Moi François Bayrou, je l’aimais bien à un moment, il me faisait rigoler avec son côté vaguement révolté, ni de droite ni de gauche. C’était un peu le Mélenchon du centre, Mélenchon étant lui-même le Le Pen de l’extrême gauche, cela vous situe le personnage. Quelqu’un qui passe son temps à taper sur un système qu’il rêve de diriger.

Il faut dire que c’est populaire de taper sur le système. Les français en ont tellement marre de l’incurie du service public, tellement marre qu’on leur parle à longueur de journée d’une dette dont ils ne se sentent ni comptables, ni responsables. Moi la dette, j’en conteste pas la réalité, elle existe et je suis prêt pour des mesures radicales. S’il faut couper des centaines de milliers d’emplois dans la fonction publique, cela ne me pose aucun problème. S’il faut réduire les prestations sociales, là encore, cela ne me pose aucun problème. N’importe quelle entreprise dans une telle situation financière aurait déjà fait le ménage depuis belle lurette. Dans la vie, chacun doit commencer par compter sur soi-même pour s’en sortir. L’Etat n’est qu’une jambe de bois, assez pourrie en ce moment, pour tenter de rester debout dans les moments difficiles.

Bayrou, professeur en rééducation fonctionnelle d’un système à l’agonie…

La France est devenue sous la Ve République un pays où chacun cherche à obtenir des privilèges par rapport aux autres. Car il ne faut pas être dupe de la situation. Lorsqu’un lobby, une corporation ou une catégorie de la population obtient un avantage, cela se fait toujours au détriment d’une autre partie de la population. C’est le principe des vases communiquants. L’argent n’étant plus illimité comme à l’époque où l’on pouvait faire fonctionner la planche à billets, maintenant, quand on dépense, il faut soit s’endetter, soit augmenter les taxes, soit réduire les dépenses. Alors est-ce que l’on va continuer à tolérer encore ce système fonctionnant uniquement sur la pression de tel ou tel plutôt que sur l’intérêt général à long terme?

En matière de lobby, on l’a vu dans cette campagne, s’il y en a un qui est bien soumis, c’est François d’Hollande. Entre les verts et Mélenchon, on ne sait plus la couleur de son programme : rouge vert, vert pomme, vert de terre, rose sang, etc… On attend avec impatience le retour de la gauche plurielle, ça devrait être palpitant : Cécile Duflou, ministre du tourisme équitable et Eva Joly, ministre de l’injustice.

Bayrou, la dynamique de la tortue sans carapace

Mais revenons à François Bayrou, cet homme respectable qui a mal tourné. C’était un gars sympa Bayrou, il avait créé une dynamique en 2007. Malheureusement, il ne s’est pas entendu avec Ségo, sinon il aurait été ministre. Mais ça, ça l’intéressait pas, lui il voulait être le boss! Alors il a continué seul et aujourd’hui, la dynamique n’y est plus.

Alors si vous ne savez pour qui voter dans quelques jours, vous pouvez toujours voter pour François Bayrou, c’est à peu près aussi utile que voter blanc…







L'autre monde | Thème liquide par Olivier