1
Jan
13

Bonne Année 2013





Bonne année 2013 à vous mes chers fidèles lecteurs de ce blog de l’Autre Monde! On peut dire que l’année 2012 n’aura pas été de tout repos. François d’Hollande a plongé la France dans une crise sans précédent après être arrivé au pouvoir par effraction avec le soutien de médias à sa botte.

On peut craindre que 2013 soit une nouvelle année difficile pour la France et l’Europe. La croissance est au point mort et cela ne risque pas de s’améliorer avec l’augmentation de la pression fiscale. François d’Hollande n’a toujours pas compris qu’il fallait tailler dans les dépenses et non augmenter les impôts. Il reste aveuglé par une idéologie rétrograde dont les effets néfastes ne sont pourtant plus à démontrer.

Alors pour 2013, je vous souhaite la santé et la joie, du travail et de la réussite aussi. J’espère que fin 2013, François d’Hollande ne sera plus le Président de la République et que Nicolas Sarkozy sera revenu au pouvoir, pouvoir qu’il n’aurait jamais dû quitter.

A titre personnel, je me souhaite pas grand chose car à chaque fois que je souhaite un truc, cela ne se réalise jamais comme je l’avais prévu donc je ne me souhaite rien comme ça, je ne serai pas déçu!





Un commentaire pour “Bonne Année 2013”
  1. Medorius dit :

    Je ne crois pas qu’il faille escompter le départ du président de la République.
    Espérons que, confronté, voire acculé à l’aggravation de la situation du pays, il passe la deuxième vitesse,taille enfin dans des dépenses publiques et favorise le travail, donc ceux qui le promeuvent, les entrepreneurs, dont il est invraisemblable que tant de Français les considèrent aussi mal. J’appelle de mes voeux un gouvernement d’union nationale, si tant est qu’il soit possible, tant l’opposition droite-gauche est la vulgate française: SARKOZY avait, à juste titre, ouvert la voie inverse, en faisant entrer des socialistes au gouvernement.

    Jen suis navré de cette vindicte contre les chefs d’entrerprise, qui ne comptent pas leurs heures, travaillent jour et nuit, engagent leur propre sécurité, assaillis par les tracasseries administratives croissantes et les taxes qui réduisent la compétitivité, auxquelles s’ajoutent la haine inconsciente et l’acharnement de certains syndicats, qui demandent toujours plus au moment où il faudrait surtout travailler plus.
    Quand la TV nous abreuve de mauvaises nouvelles, quand nous montrera-t-elle la journée d’un chef d’entreprise ?
    La représentation nationale, parlementaire comme gouvernementale compte trop de fonctionnaires assurés de retrouver leur corps d’origine en cas d’échec et pas assez de chefs d’entreprise.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier