23
Déc
08

Brèves de comptoir





Ayant réalisé la plupart de mes achats sur internet pour Noël, je passe pas mal de temps au bureau de poste de mon quartier depuis une semaine pour récupérer les colis. Je me pointe hier soir après mon travail, grosse affluence. Comme d’habitude, il y a deux-trois vieilles qui trépignent. Je n’ai rien contre les vieux mais je ne comprendrai jamais pourquoi ils font leurs courses le soir et le samedi, comme les familles…

Mais revenons en à La Poste! Sur les 4 guichets de mon bureau, un est fermé, un est réservé aux entreprises et deux aux particuliers. Au bout de 30 minutes d’attente, je finis par accéder au guichet. La guichetière me dit : « ah vous avez encore des colis! mais je vous ai déjà vu la semaine dernière vous! ». Moi : « oui c’est possible, je ne me souviens pas, je suis venu la semaine dernière mais je ne me souviens pas de vous. » Réflexion faite, je m’en souvenais mais la qualité de son service ne m’ayant pas marqué, je l’avais vite oublié.

Après cinq minutes passées dans l’arrière boutique, elle revient avec les colis. Elle : « voilà, c’est ça, signez ici. Est-ce que vous aurez encore des colis dans les jours à venir ou c’est bon, vous avez tout envoyé? ». Moi : « j’aurais peut être des colis, je ne sais pas encore. » Elle : « ah bon? mais vous ne savez pas ce que vous avez envoyé comme colis? » Moi : « eh bien non car figurez vous que je ne m’amuse pas à m’envoyer des colis pour le plaisir de recevoir des colis. » Elle marque un temps d’arrêt, fronce les sourcils et regarde les colis puis s’exclame : « Ah mais c’est vrai, vous êtes le destinataire et non l’envoyeur! » Moi : « oui c’est pour cela que je viens chercher le colis… ».

Voilà, une perle… Du même niveau qu’une personne qui m’avait dit un jour en voyant le zapping sur Canal + : « Oh mais qu’est ce qui se passe avec la télé, elle change toute seule de chaîne très vite! ».

A part cela, j’en ai toujours aussi marre de faire la queue au bureau de poste. Ils passent leur temps à faire des travaux pour rénover le bureau et il y a toujours aussi peu de monde derrière le guichet et autant dans l’arrière boutique. L’autre jour, j’étais mort de rire, il y avait un jeune avec l’étiquette « stagiaire », le gars était planté au milieu du bureau de poste à regarder le plafond. Heureusement, le plafond n’a pas bougé…

Pour finir, une petite proposition pour inciter les vieux à aller à certaines heures aux bureaux de poste : un guichet prioritaire comme pour les entreprises mais de 10 à 12 et de 14 à 16! Ainsi, ils seront peut être moins nombreux le matin à l’ouverture et le soir peu avant la fermeture.





6 commentaires pour “Brèves de comptoir”
  1. Gilles dit :

    Pour les p’tits vieux (les futurs nous :P), la réponse est simple : ils s’emm* un peu beaucoup chez eux donc sortent quand il y a du monde pour voir du monde justement, parler, etc.
    Ma mèr fait ses courses au marché, elle y va genre 9h du matin car à 11h les vieux font ch*** LOL

  2. Hello, je vois qu’on s’énerve à la poste !! Moi je pense que c’est plus la période qui fait que dans plusieurs endroit c’est l’enfer !! je bosse à la FNAC et parfoit il y a vraiment des clients qui mérite des claques !! Il y a un monde incroyable, je suis à la caisse et cela n’arrête pas…il y a aussi le fait que certaine personnes ne se rend m^me pas compte que nous sommes humaines !! Enfin je vais pas m’étaler il y a pire …Joyeux Noël !
    A bientôt

  3. Olivier dit :

    A la Poste, c’est le bordel toute l’année… Il n’y a pas une période où je ne fasse pas la queue minimum 20 minutes à mon bureau 🙁

    A la FNAC, il y a du monde mais tu ne fais jamais la queue pendant 30 minutes aux caisses car il y a pas mal de caisses et elles vont très vite.

  4. Il est vrai que tu n’attends peut être pas 30 min cela n’empêche pas que des gens rallent quand même !!
    Et il est vrai qu’on va très vite !! en période de Noël c’est juste de la folie !! Mais il y a quand même des gens qui se permettent de raller !!!

  5. seb du massif central dit :

    oui j’aime plus le sujet sur les vieux

    je m’imagine a 70 ans sur une machine avec un jeune chef qui te passes un savon
    et toi tu reponds oui il fait bon aujourd’hui !!

    t’inquite ça sera bientôt privatisé pour La Poste y en aura plus dans nos bled mais on passera quand même aux impots !!!

    bonne fêtes à tous

  6. Alberto dit :

    La poste était un fleuron du service public français.Je me souviens de cet ancien combattant postier que mes parents recevaient chaque Noël pour ses étrennes, même après sa retraite.
    Les enfants, dont j’étais, se réjouissaient d’écouter ce vieil homme bienveillant et qui racontait si bien les histoires: pourtant, il en avait bavé: cet ancien sergent était officier de la Légion d’honneur à titre militaire!
    Le courrier était impeccable, il est vrai non concurrencé par internet ni même le fax. Tous les jours, mon père recevait le Monde,sans aucun manque et j’ai commencé à le lire à 14 ans.
    Le postier, c’était comme le cheminot, presque comme l’instituteur: nous ne pouvions nous en passer et nous avions une confiance inébranlable en eux.

    Pour revenir à la poste, des efforts de modernisation ont été faits, il faut le reconnaître. La banque postale tire son épingle du jeu, dans la déconfiture qui frappe les banques et leur comportement scandaleux. Je me souviens malgré tout que les postes françaises et allemandes avient respectivement, il y a 10 ans, 17 et 18 milliards de chiffre d’affaires. 5 ans plus tard, la poste française avait crû d’un milliard, tandis qe l’allemande était à 50 milliards!

    Mais il est vrai que l’ambiance n’y est plus. Le public de plus en plus exigeant, les employés de plus en plus las, les grèves d’une journée détériorent le service huit jours avant et huit jours après, le comportement de Besancenot, qui jette les paquets de lettres à la tête des CRS (délit qui eut été gravement puni il y a 30 ans)ne font qu’accélérer la dégradation du service public et l’entraînent vers la privatisation, alors même que le public lui reste attaché.

    Je suis vraiment navré du comportement des syndicats et de l’opposition, qui ne cessent d’attiser le conflit social,refusent systématiquement toute réforme, se comportant par là en véritables réactionnaires, d’autant qu’ils n’ont aucune proposition constructive sinon toujours plus de crédits, de personnels, alors même que les technologies améliorent le traitement de l’information, que les besoins ne sont plus les mêmes et que les temps sont difficiles et imposent des restrictions sur ce qui n’est pas prioritaire ou ne fonctionne pas bien.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier