Réflexion

Bloguer au mois d’Août


Je suis toujours étonné de la baisse très brusque d’activité au mois d’Août. Si vous habitez Paris, vous le constatez facilement dans la rue où 50% des places sont libres là où d’habitude, il y a des voitures garées en double file! Pareil sur le périphérique, c’est « fluide » à 8h du matin! On se prend alors à rêver que Paris nous appartient. Malheureusement, cela ne dure jamais plus de 15 jours. Et bien pour le blog, c’est pareil.


Bilan de l’année 2011


Ah cette année 2011, personne ne l’aurait imaginé aussi mouvementée! Sur le plan politique d’abord, il n’y a pas eu une semaine de répit. Entre les révolutions arabes et les problèmes de Gbagbo et Tata Simone en Côte d’Ivoire, il y a eu à boire et à manger au JT! Quelque chose me dit qu’on n’en a pas fini et que le meilleur reste peut être à venir entre la Syrie et la Russie où les peuples jouent les prolongations dans la rue. Ils bénéficient de mon soutien total dans leur lutte pour la liberté! Sur le plan écologique, il y a eu deux catastrophes, la première au Japon avec la centrale nucléaire qui a explosé, apportant de l’uranium au moulin de la seconde catastrophe, Gro Farseth, petite juge évadée du pôle financier pour venir juger les français… Heureusement, Gro Farseth n’est pas aussi radio active que Fukushima même si ses radiations ont fait pas mal de dégâts chez EELV.


Le regard d’une mère


Je passe la parole à Médorius pour une réflexion profonde… Ce samedi matin, je vais à la poste. Sur mon trajet, je croise une mère et ses deux enfants d’environ 5 ans. Elle fume, mâche un chewing-gum et parle, le mobile collé à l’oreille. Elle tourne le dos à ses deux enfants, qui attendent, figés et tristes. La poste est à 200 mètres. Lorsque j’en reviens, 15 minutes plus tard, la scène est la même, à deux différences près: la mère s’entretient, de façon animée, avec une autre femme; les enfants ont baissé la tête.


Le racket des étrennes


Chaque année, c’est le même cinéma. Ca commence dès la fin novembre avec les postiers, les égoutiers, les éboueurs, les pompiers, les aveugles, j’en passe et des meilleurs pour se terminer début janvier par les concierges. A chaque fois, c’est la même histoire : « bonjour, on vient pour les étrennes » avec un sourire enfariné. Désormais, c’est simple, le postier, je ne lui ouvre même plus. Vu la qualité de son service, il ne mérite pas un seul centime d’euro! En revanche, je donne régulièrement aux pompiers et aux aveugles.


L’identité nationale?


Je passe la parole à Medorius pour une note sur l’identité nationale. Maladroite et inopportune initiative, certes! On n’a lu et entendu, ou peu s’en faut, que rabaissement de ce qui fait la France et bien peu ce qui fait la fierté d’être Français. Les mêmes qui crachent leur mépris préfèrent-ils donc la mondialisation? Et pourtant! Souvenez-vous de la Coupe du Monde 1998!


Consommation et solidarité


Je passe la parole à Medorius pour une note de fin d’année. Je m’insurgeais contre les parachutes dorés, me demandant ce qui manquait donc à ces consommateurs du « toujours plus ». Un sage me dit: « ce que tu penses de ces riches, c’est ce que pensent les plus pauvres de toi ». Belle leçon! En ce soir de veille du réveillon, je m’étonnais de ne pas voir, à la sortie du super-marché, ces bénévoles qui demandent aux clients s’ils acceptent de donner une partie de leurs courses pour les plus démunis. Belle idée, si insuffisamment mise en oeuvre!


Cris et chuchotements… klaxons et murmures


Je passe la parole à Medorius, roi des Cleps, pour une petite leçon de vie. Ce matin, en sortant du parc où je courais, j’ai pu observer des scènes édifiantes. D’abord, un convoi de voitures de luxe, blanches et fleuries, klaxonnant à qui mieux mieux, suivant cette tradition des mariages qui, hélas, se terminent parfois par des accidents dramatiques liés à l’excitation, la vitesse excessive, l’alcool et la drogue. Mais ce convoi a fait mieux: il a bloqué la circulation. Le résultat était prévisible: concert de klaxons des automobilistes mécontents. Mais le plus drôle était à venir: derrière ces automobilistes mécontents, arrive un deuxième convoi nuptial, qui ajoute encore au concert assourdissant.


Gratuit ne veut pas dire pourri!


Tout comme payant ne veut pas dire génial! Il y a une vieille tradition dans l’inconscient français qui veut que tout ce qui est gratuit est plus ou moins de mauvaise qualité et donc c’est pour cela que c’est gratuit. Aussi, comme c’est pourri, on s’autorise à critiquer et à en exiger plus sans bien entendu rien donner en retour. Par exemple, je suis toujours très amusé de voir des personnes critiquer les auteurs de logiciels gratuits (freeware) et exiger plus de support et de fonctionnalités. En revanche, dès qu’il faut dire « merci », faire un backlink ou mieux une donation, il n’y a plus personne. Quand j’étais plus jeune, encore étudiant, j’avais écrit un petit shareware.


La France… au ralenti


Voici une petite réflexion sur notre beau pays. Je constate de plus en plus que notre pays tourne au ralenti. Entre les vacances scolaires qui sont toujours plus longues et plus étalées dans le temps entre les différentes académies, les RTTs et les congés payés, il y a plus de mois où le pays tourne au ralenti que de mois où on ressent une vraie effervescence. Prenons les mois les uns après les autres : janvier : premier mois de l’année, la première semaine est souvent amputée d’un ou deux jours pour se remettre des festivités de fin d’année février : 29 jours dans le meilleur des cas, 28 jours trois années sur quatre. Février marque le début des vacances scolaires de février qui vont s’étaler sur une période de 4 semaines mars : fin des vacances scolaires d’hiver pour certains en début de mois et début des vacances scolaires de printemps pour d’autres en fin de mois avril : seconde période de vacances scolaires mai : c’est le mois gruyère avec pas moins de trois ponts les bonnes années. Autant dire qu’en mai, on ne fait rien ou presque!


Le Vatican peut-il encore se réclamer du Christ?


Il est temps pour moi de passer la parole à Monseigneur Médorius pour une petite note de réflexion sur l’église. Le Vatican excommunie une petite fille de 9 ans, violée et les médecins qui ont interrompu sa grossesse. Pas un mot, en revanche, sur le violeur, qui pourra se confesser et, qui sait?, obtenir le pardon de sa faute. Le chrétien que je suis est révolté.   Après la réaction molle du Pape à la négation des chambres à gaz par l’évêque WILLIAMSON, qui s’est bien gardé de revenir clairement sur ses déclarations et, lui, a vu son excommunication levée, la hiérarchie de mon église livre un visage bien désolant, pour ne pas dire repoussant.


Le compte n’y sera jamais


Face à la grogne d’une partie de la population française, je crois qu’il est essentiel de faire preuve de responsabilité. Il faut bien voir que le français est par essence quelqu’un de mécontent et cela ne date pas d’hier. Le français en veut plus, toujours plus. Je ne serais pas contre une grosse augmentation de salaire généralisée mais cela ne serait pas raisonnable. Pourquoi? Tout simplement parce qu’un salaire, ça a un coût.


L’obligation de résultats


Je ne savais pas trop de quoi parler aujourd’hui alors je vais écrire une petite note de réflexion de fond sur l’obligation de résultats. Dans le monde d’aujourd’hui, nous sommes tous soumis à l’obligation de résultats dans nos entreprises. Beaucoup d’employés n’en ont souvent pas conscience mais sans résultats probants, une entreprise est condamnée à moyen terme. Le problème est alors souvent d’être en mesure de fournir ces résultats, résultats qui permettent de développer de nouveaux produits, d’améliorer la rentabilité et de moderniser les moyens de production mais aussi disons le de rémunérer les actionnaires qui sans résultat finiraient par bouder la société qui perdrait alors de sa valeur ce qui grèverait durablement sa capacité de croissance. Mais alors dans cette période charnière pour l’économie mondiale où les entreprises sont soumises à une décroissance forte liée à l’incertitude qui touche le marché, comment agir pour parvenir aux résultats? Je ne vois pas 36 solutions.


Le poids des cartables…


L’autre jour, alors que j’étais en plein sommeil paradoxal, j’ai eu une idée que je trouve absolument géniale parce qu’elle est bonne pour la santé, pour l’environnement et pour le pouvoir d’achat! De quoi s’agit-il? C’est simple, il s’agit de remplacer intégralement les livres de classe des écoliers par des ebooks! Si vous ne savez pas ce qu’est un ebook, c’est un livre électronique. C’est un livre dématérialisé. Il se trouve sous forme électronique et peut se lire sur un ordinateur ou un périphérique adapté.


Mes prévisions pour 2009


2008, c’est terminé, il est temps de regarder ma boule de cristal pour y voir 2009. Je pense que l’Europe va un peu s’enliser et retrouver ses travers du passé. La dynamique insufflée par Sarkozy va malheureusement disparaître. L’Irlande va de nouveau voter « non » au traité de Lisbonne. Dans le reste du Monde, Oussama sera peut être arrêté maintenant que Bush va partir. Cela sera toujours le bordel au Proche Orient et l’Irak peinera à retrouver le calme.


Bilan de 2008


Et voilà, 2008, c’est déjà terminé! L’année sera passée très vite. Il y un an, je faisais un certain nombre de prévisions pour 2008. Je prévoyais notamment que Sarkozy serait toujours omniprésent. Cela n’a pas raté. La chute de l’immobilier est enfin devenue une réalité visible en France alors qu’elle couvait depuis des années.


En panne de réflexion


Depuis quelques temps, je suis un peu en panne de réflexion. Il faut dire que ce n’est pas toujours facile de trouver un sujet sur lequel rebondir. Parler pour ne rien dire, relayer une information déjà X fois commentée par ailleurs, je sais très bien le faire mais au bout d’un moment, cela n’est plus très intéressant. En ce moment, il ne se passe pas grand chose. J’ai vraiment l’impression que la Terre s’est arrêtée de tourner. Paris est vide.


La France en vacances


En ce moment, la France est en vacances, elle tourne au ralenti. Il suffit d’aller sur les routes de la région parisienne pour se rendre compte du vide laissé par les vacanciers partis à la mer. Et encore, les 15 premiers jours d’Août vont marquer, comme chaque année, la période la plus creuse de l’année. Il est d’ailleurs intéressant de constater chaque année le même rituel. Les ministres partent en vacances, ma concierge aussi (mais elle reste à Paris car depuis les 35h, elle n’a plus les moyens de partir), La Poste réduit l’amplitude horaire d’ouverture des bureaux et même mon chef se barre! Bref, toute la France (ou presque) est en vacances.


Cela sent les vacances…


Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je trouve que depuis quelques jours, l’ambiance générale est aux vacances en France. Il y a de moins en moins de monde sur les routes en Ile de France et dans Paris. D’un point de vue politique et social, c’est pareil, il n’y a presque plus de polémique et les manifestations sont peu suivies. Et que dire de la faible réaction populaire face aux différents faits divers! Samedi soir, un jeune juif a été violemment agressé. Ce genre de drames aurait déclenché des manifestations massives par le passé.


Mois après moi


« Mois après moi », voilà un titre original pour une note, non? Comme je ne savais pas quoi raconter aujourd’hui, je me suis dit que j’allais parler des ponts du mois de mai. Et puis, mon esprit voyageur m’a emmené sur les pentes de la signification des différents mois de l’année dans l’inconscient collectif. Chaque année, de manière régulière, un sentiment récurrent nous traverse l’esprit au fil des mois. Ainsi, en Janvier, c’est un peu la gueule de bois après les fêtes et le grand froid. Février, tout le monde part au ski.


Galilée: le dogmatisme et l’intolérance, des maux intemporels!


Je passe la parole au prince héritier de Botzaprus, lecteur émérite de ce blog pour une petite note sur Galilée. En ces temps où la mondialisation le dispute au repli identaire et communautariste, l’histoire de Galilée est instructive.   Il y a près de 400 ans, le plus grand astronome de l’époque, âgé de 70 ans, est à genoux face au Tribunal de la « Sainte »(?) Inquisition. Celle-ci avait prononcé une sentence insensée à l’encontre du savant, ainsi menacé de mort:  » Soutenir que le soleil est placé immobile au centre du monde est une opinion absurde, fausse en philosophie et formellement hérétique, parce qu’elle est formellement contraire aux Ecritures ».   Ecoutons-le: « … agenouillé devant vous, éminentissimes et révérendissimes cardinaux, j’ai été suspect d’hérésie pour avoir soutenu et cru que le soleil était le centre du monde et imobile, et que la terre n’était pas le centre et se mouvait.


Que faire pour la banlieue?


On n’arrête pas de parler de la banlieue depuis des décennies, lieu méconnu qui cristallise tous les fantasmes journalistiques et populaires. Mais qu’est ce que la banlieue? Après tout, Neuilly sur Seine est une banlieue, au même titre que Sarcelles ou Saint Denis. Pourtant quand on se balade dans Neuilly, on n’a pas tout à fait le même sentiment qu’à Sarcelles ou Saint Denis. Je me souviens il y a quelques années, lorsque j’avais un job « itinérant », lors de l’un de mes déplacements en banlieue, j’avais été coursé en pleine rue commerçante par deux jeunes à Vitry (94) à 10h du matin. Une autre fois à Drancy, je revois le comité d’accueil avec les chiens en bas de ces barres d’immeubles qui erraient, je n’étais pas fier en passant devant eux.


Bilan de 2007


2007 est presque finie, vive 2008! L’année aura été forte en événements entre l’élection de Nicolas Sarkozy et la Coupe du Monde de Rugby. D’un point de vue politique, c’est plutôt une bonne année même si je considère que le calendrier électoral prend trop de place sur l’actualité. J’ai le sentiment que de janvier à juin, il n’y en avait que pour les élections et que pendant ce temps, la France retenait son souffle mais n’avançait pas vraiment. Sinon, Nicolas est sorti avec deux mannequins dans l’année, François a changé de princesse et Bayrou de parti. Sur le plan international, rien de bien nouveau dans l’ordre établi, Bush bouche toujours l’horizon, l’Irak implose chaque jour un peu plus, Oussama court toujours, Mahmoud rêve toujours de la bombe nucléaire, Mouammar a trouvé un nouvel emplacement de camping pour planter sa tente, Hugo se prend pour un négociateur-libérateur d’otages mais ne pourra pas l’être à vie et Fidel est de plus en plus fidèle à son oreiller.


Mes prévisions pour 2008


Comme chaque année, monsieur Nuage se livre à ses prévisions pour l’année suivante. Je n’avais pas été trop mauvais en 2005 et en 2006 donc je m’y colle à nouveau pour 2008. Je crois que 2008 va être l’année du changement dans notre pays mais aussi dans le monde. Un certain nombre de choses vont évoluer. La France va se retrouver dans une dynamique plus positive. Plusieurs réformes majeures vont passer.


Souffrances fécondes?


Un petit texte de Jean-Luc, fidèle lecteur de ce blog, écrit en janvier 2007 : En ce matin gris, qui clôt ce premier mois de l’année, je pense à Michel, à Hélène, à Jean. Je pense, avec effroi, à leur souffrance. Je pense à leur acharnement héroïque à choisir la vie, quand d’autres succombent, parce que c’est vraiment trop dur. Je pense au sens de leur souffrance. Pourquoi, comment lutter contre tant de cruauté imméritée ? Dans leur combat pour la vie, ils ont un point en commun : l’amour.


Change le monde


Il y a ceux qui changent le monde et ceux que le monde change. J’aurais bien aimé que cette réflexion soit de moi mais malheureusement, elle ne l’est pas. Ceci dit, je suis bien d’accord avec. Et en France, j’ai le sentiment qu’il y a plus de gens qui sont changés par le monde que le contraire. Pays de soumis et de moutons, la France qui dort attend le loup qui la fera sortir du bois. En France, c’est toujours celui qui gueule qui a raison, même s’il est seul à gueuler et même si ce qu’il demande est débile.


Mes prévisions pour 2007


Comme je l’avais fait l’an passé, je me livre à nouveau au petit jeu des prévisions pour 2007. Alors en 2007, il va y avoir l’élection présidentielle en France. Je suis bien incapable de prédire le vainqueur. Cela se jouera probablement entre Sarkozy et Royal mais il y a toujours la possibilité d’un passage de Le Pen au deuxième tour ou d’une énième candidature de Chirac. Rappelons nous juste que le favori des médias est rarement le vainqueur au final. Sinon, la France va connaître une nouvelle année de transition, il n’y aura pas de grande réforme, il y aura quelques mouvements de mécontentement, cela sera l’immobilisme habituel.


Bilan de l’année 2006


Il y a un an déjà, je faisais quelques prévisions pour l’année 2006. Globalement, j’avais vu plutôt juste. La France a fait un excellent parcours à la Coupe du Monde en Allemagne. Chirac n’est pas mort mais il n’est plus que l’ombre de lui même. Sarkozy et Galouzeau se sont violemment opposés sur bien des sujets et notamment à travers l’affaire Clearstream. Lionel Jospin a tenté le retour du Jedi mais cela n’a pas fonctionné.


Scène de la vie quotidienne…


Ce soir, je rentrais de Blois à Paris par le train. Départ différé de 30 minutes, bravo la SNCF! Je m’installe dans un compartiment où un jeune homme d’origine africaine est déjà installé, près de la fenêtre. Le train part enfin. Quinze minutes avant l’arrivée à Paris, le contrôleur du train arrive dans notre compartiment. De bonne humeur, je décide de m’abstenir de l’agresser verbalement pour lui demander comment je peux me faire dédommager par la SNCF pour les 30 minutes de retard sur un trajet d’une heure et demi.


Août à Paris


Le mois d’Août à Paris, c’est super pour un parisien. Il n’y a pas d’embouteillages, il est très facile de se garer, les rues sont vides. Même au Monoprix, je n’ai plus à faire la queue à la caisse. Bref, il n’y a plus personne et Paris m’appartient. Je me disais l’autre jour qu’il faudrait bloquer les accès à l’Ile de France fin Août pour empêcher tous les parisiens de rentrer, je rêve parfois… Enfin bon, une fois par an, j’ai la sensation que Paris est une ville très agréable à vivre. C’est aussi pour cela que je ne pars jamais en vacances en Juillet/Août.


Tout le monde a le droit d’avoir un père et une mère…


Hier, c’était la gay pride à Paris (marche des fiertés homosexuelles). J’ai eu la chance de pouvoir croiser le cortège qui n’a pas manqué de transformer mon après midi en véritable enfer. Paris en état de siège, 800.000 personnes dans la rue, il m’a fallu une heure pour me garer dans le quartier de Bastille (je n’y étais pas pour la gay pride) puis une heure pour retraverser Paris. Alors les manifestations, c’est bien gentil mais quand cela fout mon samedi après midi en l’air, j’aime déjà beaucoup moins. Mais venons en au problème de fond.


Réformer maintenant!


Les événements de ces dernières semaines résonnent dans mon oreille comme le refrain d’une chanson, la même qu’on entend toujours depuis 20 ans. Je dis 20 ans car cela fait environ 20 ans que je suis plus ou moins sensible à ce qui passe en politique. Avant, j’étais bien trop jeune pour pouvoir comprendre les manoeuvres de ces vautours. Alors je suis fatigué d’entendre le refrain de cette chanson. Je pense qu’il faut changer le chanteur. Il n’est plus à la mode.


L’étudiant doit étudier


Je suis très amusé de voir la petite révolte étudiante du moment autour du CPE. A chaque réforme qui touche un peu les jeunes, c’est la même chose, on ne peut jamais faire la moindre réforme. C’est un peu comme si l’étudiant se trouvait dans un état d’esprit tel qu’il ne puisse pas supporter que le pouvoir politique modifie les règles de son avenir. L’étudiant se trouve souvent dans une période charnière de sa construction où il doit à la fois s’affirmer par rapport à son entourage et à lui même. Il reproche au système de lui préparer une société qu’il aurait souhaité différente. Il vit tout changement comme une agression, comme un désir de le dominer, comme la non reconnaissance de son existence ou de sa capacité à décider.


La Journée Internationale de la Femme


Aujourd’hui, c’est la journée internationale de la femme. J’ai un peu songé à la nécessité de cette journée. J’avoue que j’ai un peu de mal avec la répétition de journées de trucs machins et de fêtes de machins trucs. Le problème avec la journée internationale de la femme, c’est un peu comme l’histoire des quotas de femmes élues, pourquoi passer par l’officiel pour imposer quelque chose qui tombe sous le sens. J’ai ce sentiment terrible qu’on est tellement à court d’idées pour justifier l’égalité homme-femme que l’on crée des artifices censés compenser ou valoriser un état qui n’a pas besoin de l’être puisque selon moi, en parler c’est suggérer voire accepter une différence alors qu’il n’y en a pas de manière intrinsèque. Faire une journée de la femme, c’est un peu comme se dire « bon allez, faisons plaisir à ces dames, on va leur faire leur journée, et puis le reste de l’année on continue de les payer moins cher et de ne pas leur proposer d’avancement… » Moi je préfèrerais qu’il n’y ait pas de journée de la femme et que l’égalité se gagne par la compétence, par le travail et par un changement profond des mentalités.


Choc… ou rencontre des civilisations?


Hier matin, comme chaque Dimanche matin, Radio Notre-Dame diffuse les messages téléphoniques des familles aux détenus des prisons françaises. L’expression de leur souffrance, de leur amour aussi, m’a ému, comme la discrétion, la gentillesse, les encouragements des présentateurs. Ceux qui recourent à ce moyen de communication ont en majorité des prénoms d’origine arabe. Beaucoup ne cachent pas leur foi et remercient avec émotion cette radio chrétienne, qui accueille leurs témoignages. Jamais je n’ai vu évoquer dans la presse écrite ou radio-télévisée cette main tendue d’un groupe à un autre, alors qu’on stigmatise le « choc des civilisations ». La télévision retentit des violences, des guerres, des meurtres, des haines qui animent un monde et une époque décrits comme déclinant, barbare, ce qu’il peut être en effet.


Ma religion n’est pas violence


Je suis stupéfait de voir la vague de violence qui déchire une fois de plus notre pauvre planète ces derniers temps. Ceci m’a poussé à mener une longue introspection et j’ai décidé de poster ici le fruit de cette réflexion. Si l’on regarde autour de nous, on se rend vite compte qu’en ce moment, tous les conflits ou presque sont liés aux religions. Du proche Orient à l’Irak (je parle là de la guerre civile, pas de l’invasion américaine), les conflits entre les religions ou même entre les courants d’une même religion perdurent. Pourtant, s’il est bien un principe fondateur de toutes les religions, c’est la non violence! Je suis donc outré de voir comment certains pseudos dignitaires auto-proclamés de la pensée religieuse interprètent tel ou tel texte pour en détourner le sens originel au nom d’une ambition sanguinaire.


Faut t’il avoir honte d’avoir fait des études?


Je suis toujours amusé de voir dans notre société comment une certaine catégorie de personnes, en majorité issues de la filière universitaire mais également d’autres n’ayant pas eu la chance ou la malchance de faire de longues études passent leur temps à décrier les diplômés d’école de commerce ou d’ingénieur. Ayant fait une grande école d’ingénieur, je peux témoigner de l’apport de cette formation. Ce qui est amusant, c’est de voir que ceux qui prétendent parler le mieux de ces longs cursus sont souvent ceux qui n’en ont entendu parler que dans les journaux ou à travers des discussions de comptoir. Du coup, ils se sentent investis d’une profonde légitimité pour critiquer ce système qu’ils rejettent probablement par jalousie et amertume de ne pas avoir pu en faire partie. Je suis souvent au sein de mon entreprise la proie de critiques de la part de ce genre de personnes qui décrient les longues formations disant notamment qu’elles ne servent à rien. Elles ne servent tellement à rien que lorsque l’on regarde au sein du CAC 40, on remarque que la très grande majorité des entreprises sont dirigées par des personnes issues d’écoles d’ingénieur ou de commerce.


Difficile fin de semaine


En cette fin de semaine, je viens de tomber de haut. Je découvre que même dans mon entreprise que je croyais être faite de gens respectueux et polis, il y a ce qui pourrait donner à Nicolas Sarkozy l’envie de dégaîner son karcher. Bref, en apôtre de la non violence, je n’ai ni karcher, ni envie de dégaîner, juste l’amère expérience de croiser le chemin d’un abruti de mauvaise foi qui veut me casser la tête parce que j’ai eu le tort de ne pas m’aplatir devant lui. Tout cela pour dire que les cons sont partout, j’avais la faiblesse de croire que le fait de côtoyer des personnes ayant un certain niveau social dans le cadre d’une entreprise me mettait à priori à l’abris de certaines dérives, il n’en est rien… Conclusion, à partir d’aujourd’hui, et comme dirait Audiard, je ne parle pas aux cons, ça les instruit.


Vendredi 13, bonne ou mauvaise nouvelle?


Aujourd’hui, c’est vendredi 13, est ce une bonne ou une mauvaise nouvelle? Je crois que c’est avant tout une question d’état d’esprit. Après, les petits événements de la vie quotidienne vont venir influencer cela. Par exemple, ce matin, j’ai été pris dans un gros embouteillage à un endroit où ça passe bien d’habitude. Ensuite, j’arrive au boulot et j’apprends deux mauvaises nouvelles. Savez vous pourquoi on associe toujours le négatif au vendredi 13?


L’incroyable potentiel d’amélioration français


Avez vous déjà songé à la qualité de votre environnement? Moi oui, ce matin dans les embouteillages. Ce moment est souvent propice à la réflexion. Je songeais donc à la qualité générale de l’environnement et du travail en France. Tout de suite m’est apparu une évidence : il y a un réservoir d’amélioration énorme. En France, la qualité doit être un moteur pour la concurrence et donc pour l’emploi.


Le fil du temps qui s’échappe


Déjà la nouvelle année, je n’aime pas trop cette période, elle me rappelle trop ce temps qui passe et qui s’échappe, ce temps passé et perdu qu’on ne ratrape pas. Tout le monde célèbre la nouvelle année. Je ne sais pas trop si c’est pour fêter le fait que l’année difficile est enfin terminée et que l’on est plein d’espoir pour la nouvelle année. A moins que cela soit juste le fait d’avoir une date justifiant une grosse fête. Pourquoi ne pas fêter chaque fin de mois ou de semaine dans ce cas? Le calendrier julien qui rythme notre cycle annuel ne date pas d’hier.


Mes prévisions pour 2006


Comme je l’avais déjà fait à la fin de l’été avec un certain succès. Je vais à nouveau en cette fin d’année me livrer à quelques prévisions pour la nouvelle année. Tout d’abord sur le plan sportif, la France va participer en Juin prochain à la Coupe du Monde 2006 en Allemagne. Je crois à une possible bonne surprise. En effet, bien son niveau de jeu soit plutôt médiocre, je pense qu’on peut s’attendre à un sursaut et donc je vois bien la France aller jusqu’en demi finale. Souvenons nous qu’en 1998, le niveau de jeu était pathétique avant la compétition alors tout espoir reste permis.


La critique : le fond de commerce du politique à court d’idée


Petite note aujourd’hui pour constater que dans le débat actuel sur le contrôle des chômeurs, les politiques de l’opposition sont une fois de plus à court d’idée pour proposer de véritables solutions. Alors ils critiquent, se mettent en colère, cela leur permet d’exister médiatiquement mais concrètement, ils ne proposent rien. Ce qui est amusant de manière générale en politique, c’est que ceux qui critiquent le plus sont également ceux qui n’ont absolument rien de viable à proposer et n’accèderont donc jamais au pouvoir. Par exemple, Bayrou, Besancenot et Buffet sont dans la critique permanente. Heureusement, ils n’ont pas assez d’électeurs. Vous imaginez un peu si un jour on avait un Besancenot au pouvoir?


L’ambition d’un monde meilleur est t’elle une utopie?


Soir de Noël, c’est le moment de se lancer dans une réflexion sur la nécessité d’un monde meilleur, ici et ailleurs, partout dans le monde. Cette ambition est t’elle par essence utopique? Je ne crois pas. Je pense plutôt que c’est une question de volonté. J’ai souvent remarqué autour de moi en France comme ailleurs que l’homme avait une tendance forte à se satisfaire de ce qu’il faisait. Malheureusement, je pense qu’il va falloir se dépasser si l’on veut que les choses évoluent.


2005 ne vaut rien, parlons de 2007


Vous en avez assez vous aussi d’entendre sans arrêt parler de 2007 partout dans les médias? Moi je n’en peux plus! 2007 par ici, 2007 par là, cela n’arrête pas! Comme s’il n’y avait pas assez de choses à régler en France et dans le Monde avant 2007. Mais non, les élections approchent, tous les candidats sont déjà en campagne. Ceci montre le peu de respect que certains politiques ont de leur mandat.


Plus de grèves, plus d’émeutes, de quoi parler?


C’est marrant comme la fréquentation d’un blog comme le mien est très liée à l’actualité. Pendant les émeutes en banlieue, tous les internautes étaient à la recherche d’informations et de débats sur le sujet, du coup, mon blog a vu sa fréquentation exploser pendant quelques semaines. J’ai même certains jours triplé mon trafic quotidien par rapport à un jour « normal ». De même, pendant les grèves cette semaine, hausse à nouveau de mon trafic mais cette fois ci, je n’ai que doublé. Et puis, depuis deux jours, à nouveau, cela redescend de manière inéluctable. Ceci m’amène à me demander comment avoir une affluence forte et constante.


La France doit rouler sur de bons rails


Déjà la fin novembre, c’est le moment d’un bilan. Au mois d’Août, le 25, j’écrivais la note suivante : « Bientôt la rentrée, que va t’il se passer? ». Faisons maintenant le tour de mes prédictions et voyons si j’avais vu juste. Comme prévu, le chômage n’a pas baissé subitement, il continue juste de baisser gentiment comme je l’avais prédit. A part cela, la relation entre Dominique et Nicolas est certes restée tendue mais elle n’a pas dépassé les limites.


Ne leur donnez plus de rêves mais des perspectives!


J’étais tout à l’heure devant ma télévision lorsque je tombe sur Canal+. C’était « le grand journal » de Michel Denisot. Il y avait là le député maire de Saint Denis (93) Patrick Braouezec (PC) et un membre de l’UDF dont je n’ai pas retenu le nom mais qui se prenait pour « Monsieur je sais tout« . Alors voilà que notre ami qui savait tout vient faire la leçon à tout le monde et en particulier à monsieur Braouezec qui bien entendu n’a aucune expérience puisqu’il n’est maire de Saint Denis que depuis 1991 alors que notre ami lui, il traîne dans sa cité de Courbevoie depuis des décennies ce qui ne l’empêche pas au passage d’être au conseil national de l’UDF, comme quoi, la cité mène à tout et surtout n’importe quoi dans ce cas. Et voilà qu’on apprend qu’il faut donner du rêve aux jeunes, parce que les jeunes n’ont plus de rêves et du coup, ils cassent tout. Je trouve ce point de vue complètement lamentable et pour le moins irresponsable de la part de quelqu’un à qui l’on aurait octroyé certaines responsabilités qui lui auraient permis d’avoir accès à cette tribune ce soir.


C’est après la guerre qu’on compte les morts


Petite note d’humeur pour fustiger ces responsables politiques qui se renvoient la responsabilité des violences actuelles. Je trouve cela indécent et vraiment inapproprié. Tout d’abord parce que face à cette flambée de violence dont certains ne semblent pas avoir pris la mesure, il faut l’union sacrée mais aussi parce que tous les hommes politiques que l’on entend en ce moment se déchirer sont responsables et coupables de cette situation pour avoir laissé les bandes occuper le terrain pendant des années. Tous ceux que l’on entend en ce moment ont un jour ou l’autre exercé des responsabilités au niveau local ou national. Jamais ils n’ont été en mesure d’apporter une vraie réponse aux problèmes des banlieues. Alors un peu de dignité et d’unité face à la violence, cela ne sera pas de trop, n’oubliez pas que c’est après la guerre qu’on compte les morts!


La quête du pouvoir, la raison d’être du politique


Aujourd’hui, voici un petit article de réflexion sur la raison d’être de l’homme politique. J’ai souvent le sentiment lorsque j’écoute nos hommes politiques et lorsque je vois leur manière de se comporter que la quête du pouvoir est leur seul but. Si on y réfléchit bien, c’est tout à fait humain et naturel. Comment est ce qu’une personnalité pourrait complètement s’effacer pour l’intérêt général? Après tout, les hommes politiques ne sont pas des missionnaires religieux ayant pour seul but le bien être de leur prochain. Il est donc relativement peu étonnant d’assister régulièrement à des courses au pouvoir où l’important est plus la vigueur que l’on met pour marcher sur ses adversaires que ce que l’on fera lorsque l’on accèdera effectivement à ce pouvoir.


Bientôt la rentrée, que va t’il se passer?


Dans quelques jours, c’est déjà le mois de septembre! Ceci signifie pour beaucoup l’heure de la rentrée. Je vais donc essayer de me livrer à l’exercice périlleux des grandes prédictions. Que va t’il se passer pour cette rentrée? Est ce que le chômage va baisser subitement suite à la mise en place du contrat nouvel embauche? Non je ne crois pas!


Quelle rentrée sociale?


Alors que nous sommes au coeur de l’été, je m’interroge sur la réalité de la chaleur de la rentrée sociale promise par les syndicats suite notamment à la mise en place du contrat nouvelle embauche. Tout d’abord, ce qui est amusant, c’est de constater que pendant les vacances, personne ne grogne. En clair, la mesure ne dérange pas grand monde du moment qu’on est en vacances. Ensuite, quand la plage est loin et que le train train quotidien reprend le dessus, alors là, le naturel revient au galop et on peut s’attendre à quelques vagues de contestation. Conclusion, il faut attendre début septembre pour savoir ce qui va réellement se passer. Ce qui est clair, c’est que les syndicats n’ont pas une marge de manoeuvre très forte par rapport à ce contrat puisqu’ils ont été complètement pris de vitesse.


Le prix du pétrole : fatalité d’aujourd’hui, et demain?


Aujourd’hui, j’ai envie de parler du problème de l’essence. Comme vous l’avez remarqué, le prix à la pompe flambe. Il est en fait très impacté par la hausse constante du prix du baril qui atteint en ce moment des sommets historiques. Il faut savoir que le prix du baril varie en fonction de l’offre et de la demande mais aussi des perspectives d’approvisionnement à court et moyen terme. Autrement dit, l’instabilité politique au Moyen Orient n’est pas pour arranger les choses. D’autres paramètres comme la diminution inéluctable des ressources (le pétrole est une ressource fossile qui ne se renouvelle pas) entrent également en ligne de compte.


La désinformation française


Je voudrais revenir sur la désinformation véhiculée et martelée par les grandes chaînes françaises suite à la bavure policière dans le métro anglais la semaine dernière. J’ai suivi régulièrement les différents flashes sur I-Télé et LCI et c’était très troublant. Au départ, la police avait tué un homme impliqué dans les attentats de la veille qui allait se faire exploser au milieu de la foule dans une rame de métro. Ensuite, on ne parlait plus de ceinture d’explosif mais juste d’un terroriste potentiel puis petit à petit l’homme a été de moins en moins lié aux attentats pour être au final la victime d’une bavure policière. Bien entendu, les médias ne font que relayer l’information qu’on leur donne mais je suis très choqué par le ton alarmiste et provocateur avec lequel cette information a été traitée. Comme souvent, les médias font dans le sensationnel, ils sont un instrument de la terreur.


La France d’en bas, du milieu et d’en haut


Aujourd’hui, petite réflexion personnelle sur les différentes France. On connaissait la France d’en bas. Les médias et certains pseudo intellectuels l’opposent souvent à la France d’en haut. En revanche, on ne parle jamais de la France du milieu. Le populisme de certains hommes politiques m’effraie en ce moment, c’est comme s’ils cherchaient à pourrir la situation pour faire croire aux gens que nous sommes proches de la guerre civile afin ensuite de se faire élire sur des programmes agressifs et surtout surréalistes. Mais qu’est ce que c’est la France du milieu?


Quotas sur l’immigration : chance, honte ou réalisme?


Il est évoqué ces derniers jours la possibilité d’une mise en place d’un système pour une immigration « choisie » en France. Le principe serait d’accueillir les étrangers en fonction des besoins de l’économie française. Pour Dominique Galouzeau De Villepin, il faut « passer d’une immigration subie à une immigration choisie ». Ce sujet de l’immigration est toujours très sensible. Parler de l’immigration, c’est un peu remettre en cause la présence de l’étranger et c’est assez mal vécu, surtout en France, pays réputé pour être la Terre des Droits de l’Homme, terre d’accueil par excellence s’il en est. La réalité selon moi est que si la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde (ce n’est pas de moi mais de Michel Rocard il y a quelques années déjà), la France a besoin d’une certaine immigration, parce que certains emplois ne sont pas pourvu par des français (notamment dans le bâtiment par exemple) mais aussi parce que l’équilibre démographique français est fragile, le renouvellement démographique est très difficilement assuré et l’immigration contribue à ajuster cet équilibre.


L'autre monde | Thème liquide par Olivier