31
Déc
09

Consommation et solidarité





Je passe la parole à Medorius pour une note de fin d’année.

Je m’insurgeais contre les parachutes dorés, me demandant ce qui manquait donc à ces consommateurs du « toujours plus ». Un sage me dit: « ce que tu penses de ces riches, c’est ce que pensent les plus pauvres de toi ». Belle leçon!

En ce soir de veille du réveillon, je m’étonnais de ne pas voir, à la sortie du super-marché, ces bénévoles qui demandent aux clients s’ils acceptent de donner une partie de leurs courses pour les plus démunis. Belle idée, si insuffisamment mise en oeuvre!

Et je pensais, en regardant la TV, que ces adolescents – et ces adultes – qui revendent sur internet les cadeaux qu’ils ont reçus et qui ne leur conviennent pas: pourquoi n’en feraient-ils pas don ou ne laisseraient-ils pas l’argent de la revente aux associations qui s’occupent des plus démunis. Projet écologique?

La solidarité, tant clamée, a de mauvais jours derrière elle. Et de meilleurs jours devant elle? Les 72% de Français qui se disent plus malheureux qu’en 2000, devraient se souvenir – mais c’est devenu ringard! – que le bonheur ne vient pas tant de l’avoir que du don et… des autres.







L'autre monde | Thème liquide par Olivier