1
Nov
09

Cris et chuchotements… klaxons et murmures





Je passe la parole à Medorius, roi des Cleps, pour une petite leçon de vie.

Ce matin, en sortant du parc où je courais, j’ai pu observer des scènes édifiantes.

D’abord, un convoi de voitures de luxe, blanches et fleuries, klaxonnant à qui mieux mieux, suivant cette tradition des mariages qui, hélas, se terminent parfois par des accidents dramatiques liés à l’excitation, la vitesse excessive, l’alcool et la drogue. Mais ce convoi a fait mieux: il a bloqué la circulation. Le résultat était prévisible: concert de klaxons des automobilistes mécontents. Mais le plus drôle était à venir: derrière ces automobilistes mécontents, arrive un deuxième convoi nuptial, qui ajoute encore au concert assourdissant. « Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable! ». Je n’ai pas su la suite: un pugilat?

Deuxième acte, dans l’unité de temps d’une pièce d’une demi-heure: une vieille femme, quelque peu arrondie, tient en laisse deux chiens, un petit blanc et un gros noir. Malgré son embonpoint, elle se penche à l’oreille du chien noir, pour lui murmurer quelques paroles affectueuses! Parler à l’oreille des chevaux, c’est facile: si l’on est un peu grand, on peut lever la tête et abaisser le museau du cheval! Mais vous êtes-vous abaissés, jeunes lecteurs, pour parler à l’oreille d’un chien? Je ne l’ai jamais vu.

Peu après, nouvelle scène canine: un petit loulou blanc attend sagement, l’expression désabusée, sa laisse traînant par terre. Il regarde sa maîtresse. Celle-ci, comme la précédente, n’est plus jeune ni très svelte. Pourtant, elle ramasse consciencieusement, avec des kleenex, les crottes de son chien! Spectacle quand même peu courant, même si un manquement à la règle vaut contravention.

Troisième acte: dans le parc où je trottine, je croise deux hémiplégiques et une amputée de bras, qui courent à un rythme soutenu. Courage!

Conclusion: ce sont les personnes agées ou handicapées qui nous donnent les meilleures leçons de vie.







L'autre monde | Thème liquide par Olivier