7
Jan
06

De l’extrême droite à la Mairie de Paris





En ce moment, à Paris, la bataille fait rage pour l’investiture de l’UMP pour l’élection à la Mairie de Paris de 2008. Dans cette bataille, Claude Goasguen tente d’exister. Aujourd’hui, ses chances d’obtenir l’investiture semblent minces. Toutefois, il convient d’être vigilant. Et pourquoi me direz vous? Je vais vous l’expliquer, parce que j’ai fait de l’information l’une des priorités de ce blog.

Claude Goasguen est un ancien membre du groupuscule d’extrême droite Occident. Ce groupuscule qui sévissait dans les années 60 comptait également dans ses rangs Alain Madelin et Patrick Devedjian. Tous trois ont depuis été ministres de gouvernements de droite sous Juppé pour Madelin et Goasguen et plus récemment sous Raffarin pour Devedjian. Occident était une organisation extrême mélangeant l’anti-communisme, l’anti-totalitarisme et la pratique de la barre de fer. Occident fut dissout après les événements de mai 68. Occident s’est notamment illustré en janvier 1967 par une expédition punitive d’une violence extrême contre le «comité Vietnam» à la faculté de Rouen. Serge Bolloch, alors militant de la JCR, se retrouve dans le coma après avoir reçu sur la tête un coup de clé à molette.

Plus récemment, Claude Goasguen, disait : « L’opinion attend de la droite un durcissement de son discours. Le moment est venu, enfin, de sortir de l’impasse de la diabolisation du Front National, au profit d’une réflexion sereine et constructive ». Quand on découvre le passé de Claude Goasguen, on peut s’interroger sur le sens caché de ces propos. Claude Goasguen était t’il alors pour que son parti reprenne les thèses du Front National?

Claude Goasguen s’est également illustré en votant contre le PACS (il fut alors l’un de ses plus virulents opposants). Il a également voté contre la distribution de la pillule du lendemain dans les lycées. On comprend ainsi mieux qu’aujourd’hui encore, si la violence de l’action fait partie du passé, les idées demeurent et l’ambition du pouvoir est forte. Mais une fois au pouvoir, que fera monsieur Goasguen? Est ce que les gays seront chassés du marais? Est ce que les populations d’Afrique du Nord pourront continuer à vivre dans les quartiers populaires du nord de Paris?

Que dire de l’attachement de Monsieur Goasguen pour l’état d’Israël? Monsieur Goasguen se vante régulièrement sur son blog d’avoir participé à telle ou telle manifestation en relation avec Israël. Hier encore, il était à une cérémonie en l’honneur d’Ariel Sharon à la grande synagogue de Paris. Que comprendre de ces démarches répétées : calcul politique pour séduire un électorat important ou action désintéressée pour se repentir d’un passé trouble.

Si vous faites une petite recherche sur le web, vous tomberez rapidement sur le site du groupuscule occident. Je ne mets volontairement pas l’adresse ici pour ne pas lui faire plus de publicité qu’il n’en mérite. Ceci dit, si vous tombez dessus, vous serez effarés par la violence des propos. J’avais cru comprendre que ce genre d’associations n’avait plus lieu d’être suite à la tentative d’assassinat de Jacques Chirac il y a quelques années, il faut croire que Sarkozy a d’autres chats à fouetter.

Pour en savoir plus sur Occident, je vous recommande la lecture du livre de Frédéric Charpier, Génération Occident. Même la revue parlementaire en parle.





9 commentaires pour “De l’extrême droite à la Mairie de Paris”
  1. Alexandre-Guillaume Tollinchi dit :

    J’estime Claude Goasguen, c’est un élu compétent, accessible et attentif à ses interlocuteurs. Il ne mérite pas la haine que vous déversez à son sujet. Mais, une chose vous sépare de lui : votre manque de courage. Car jamais vous n’oserez tenir en face de Claude ce genre de propos… Tristesse, tristesse…

  2. Olivier dit :

    Vous parlez de haîne, pourtant, j’ai beau lire et relire cette note, je n’y vois aucune haîne, juste la volonté d’informer…

    Quand à l’accessibilité, la compétence et l’attention de mr Goasguen, permettez moi d’en douter, je lui ai écrit à plusieurs reprises pour l’interpeller sur différents sujets, jamais je n’ai eu une seule réponse de sa part.

    Faire de la politique, c’est s’exposer à la critique mais aussi accepter de devoir s’expliquer sur son passé, de devoir justifier ses propos et ses prises de position, cela s’appelle le courage, le vrai.

  3. Moi je n’estime pas du tout ce Claude Goasguen. C’est pour moi la caricature de la ***. Il est insupportable à tous les nationalistes. Ses discours redouble de conformisme, comme s’il souhaitait toujours faire oublier son passé qui est pourtant anecdotique.

    C’est un pur ***. Un vrai.

    Quand je vous vois vous en inquièter, vous me faites vraiment marrer.

    =============================================
    Note du modérateur : J’ai retiré certains mots (remplacés par des ***) pouvant apparaître comme diffamatoires.

  4. Nom d'une femme ! dit :

    Alexandre-Guillaume Tollinchi, vous dites de Claude Goasguen que « c’est un élu compétent, accessible et attentif à ses interlocuteurs ».

    Je suis comme Olivier, j’ai tenté à plusieurs reprises de le contacter, a minima – puisque c’est le député de ma circonscription – pour savoir qu’elle avait été sa position sur une loi. J’attends toujours… Si vous souhaitez un extrait de mes relances, je vous invite à lire le blog de Claude Goasguen, même interpelé publiquement, il s’en fout.

  5. furgole dit :

    Et alors, s’il a été d’extrême droite dans sa jeunesse cela change quoi ? Cela contribue à équilibrer un peu avec tous les sales trotskystes comme vous, amois des Khmers rouges et des goulags. Entre nous, je vous vois très bien faire de la délation dans un régime stalinien. Vous avez le ton qu’il faut !

  6. Olivier dit :

    Ce commentaire se passe de commentaires, c’est affligeant… Il n’a pas sa place ici.

  7. Draky dit :

    Faut ben rire de la bêtise humaine parfois 🙂

  8. pascal972 dit :

    Pourquoi tant de haine! Mais c’est vrai que ton article fait peur, et que dire des réactions, de vieux fachos qui ne savent pas ou deverser leur bile. Pas grave, ils ne nous survivront pas.
    Heureux que tu dises des vérités même si elles ne plaisent pas. Continues à garder cet espace de liberté sur ton site.

  9. Olivier dit :

    C’est en analysant le passé des hommes politiques et leur parcours individuel que l’on peut comprendre leur position d’aujourd’hui.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier