31
Jan
09

Enfin une tête au PS!





 Je passe la parole à Malicio del Toro pour une note sur l’intervention de jeudi soir de Martine Aubry. Il a visiblement été bien plus convaincu que moi par sa prestation. Pour moi, elle portera à jamais la responsabilité de la catastrophe des 35 heures et tout ce qui va avec…

J’attendais avec interêt l’intervention télévisée de Martine AUBRY, même si Arlette CHABOT est toujours aussi désolante de médiocrité, de manque d’humour, d’absence d’autorité, d’incapacité à relancer le débat sur les vrais problèmes.

Voilà au moins un chef, qui a la stature pour incarner l’opposition!

L’ennui, c’est précisément qu’on ne va pas assez au fond sur les débats cruciaux: tous sont à peu près d’accord pour relancer l’investissement et, probablement, faire plus que les 26 milliards budgétés . Mais on ne sortait pas, avec une idée claire et solidement argumentée de deux débats essentiels: faut-il relancer la consommation? comment l’Etat peut-il forcer les banques à prêter aux entreprises qui en ont le plus grand besoin?

Sur le premier point, Martine AUBRY et Xavier BERTRAND avaient des appréciations très différentes de l’impact de la relance par la consommation. La seule argumentation de la première était que l’Espagne, l’Allemagne et la Grande-Bretagne avaient relancé la consommation: on ne savait pas pour quel montant et avec quel résultat.

Sur le deuxième point, sur lequel je cherche désespérément une réponse auprès des spécialistes, voir de Mr de SIGLY, ancien commissaire européen et économiste, je n’obtiens que des réponses évasives ou ambiguës. Martine pense que l’Etat doit rentrer dans le capital des banques. Je suis assez séduit par cette solution, car on n’en est plus aux tentatives de séduction. L’Etat doit être en mesure d’exiger un retour sur l’investissement qu’il a fait dans les banques. 

Je n’ai pas apprécié l’accusation, peu crédible, de X. BERTRAND sur le fait que M.AUBRY ne va pas dans les entreprises, ni la rengaine d’A.MONTEBOURG sur le paquet fiscal, qui n’a finalement fait lâcher à l’Etat qu’un minimum d’argent pour les très riches, dont on espérait qu’ils rappatrieraient leur argent en France. En tout cas, ce geste était symboliquement malvenu et probablement inefficace. On ne sait pas non plus très bien l’impact des heures supplémentaires surpayées. Nadine MORANO a montré sa pugnacité.

J’ai été surpris qu’on laisse M.AUBRY se glorifier du bilan du gouvernement JOSPIN et accuser le gouvernement de la récession, sans obtenir de contradiction.

Si les 35 heures ont pu se faire à l’époque, c’est bien parce que l’économie française était tirée par une économie américaine en pleine expansion. Et si elles ont pu donner un peu plus de loisirs à des travailleurs physiquement éprouvés et qui font 2 à 3 heures par jour de transport en région parisienne, la compétitivité française en a pris un vieux coup et, partant, la balance commerciale: mauvais calcul à long terme! La suite n’allait pas tarder à le démontrer. Et puis, qu’est-ce que ça signifie de travailler 35 heures, à 25 ans, quand on a un travail administratif et probablement pas assez d’argent pour profiter pleinement de ses loisirs. « Travailler moins pour travailler tous, ça n’a jamais marché ». Ceux qui travaillent le plus sont ceux qui ont, comme par hasard, la meilleure croissance, le plus faible chômage.

Quant à accuser le gouvernement d’être responsable de la récession, ce serait quand même honnête et élégant de reconnaître qu’il a hérité d’une dette abyssale, qu’il a continué à réduire le chômage et qu’il est débordé, plutôt moins que certains, malgré ses handicaps, par une crise dont il n’est pas responsable.

Même si Alain DUHAMEL reste convaincant, on a passé trop de temps sur la comparaison entre Sarkozy et Bonaparte.

Et j’en ai marre que, d’un côté comme de l’autre, on ne reconnaisse jamais ce que l’autre a fait de bien. Je crois que les français apprécieraient les convergences, hélas bien mal relayées par une presse qui se repaît plus que jamais de l’affrontement, du scandale et de l’horreur.

Je salue donc l’arrivée, à la tête du PS, d’une femme de volonté et d’intelligence: Merci, SARKOZY puis AUBRY, de nous avoir épargné Ségolène, de plus en plus lamentable, dans son intervention en duplex! 

Et je salue le Président de la République pour son ardeur à réformer, même si certaines réformes sont discutables, sa stature internationale récemment découverte. Même si je n’aime pas son style égocentrique et le fait qu’il ne prenne pas assez en compte le ressenti et les propositions de ceux qui le contestent. Comment FILLON peut-il accepter d’être évincé de la garde rapprochée des 7, qui prennent le petit déjeuner avec le chef de l’Etat!

Nicolas SARKOZY devrait lire « Le soleil noir de la puissance », d’un certain D. de VILLEPIN, à propos, précisément, de Napoléon!
 
Malicio del Toro





Un commentaire pour “Enfin une tête au PS!”
  1. Gilles dit :

    De toute façon, tout sauf Ségo, même en 2012 (au 1er tour en tout cas) !



L'autre monde | Thème liquide par Olivier