8
Déc
10

Entreprendre en France…





Je suis tombé par hasard sur cet article édifiant sur Rue 89. Un jeune entrepreneur y raconte comment les administrations françaises l’ont fait sombrer dans la dépression. Ce témoignage est très poignant et criant de vérité. Il est suivi de nombreux commentaires confirmant la véracité des pratiques relatées.

M’étant moi même lancé dans l’aventure de l’auto entreprenariat il y a un an, j’ai pu mesurer l’incroyable inertie des différentes administrations. Contrairement à ce qui a été claironné partout dans les médias, le status d’auto entrepreneur n’a absolument rien de simple. C’est sûr que si on ne fait attention à rien, on se contente de remplir n’importe comment le formulaire d’inscription et c’est le début des ennuis quelques mois plus tard.

Moi j’ai passé énormément de temps à décortiquer le status, évaluer les différentes taxes et impôts et malgré cela, j’ai eu quelques surprises.

Une chose est sûre, sur le podium des administrations les plus difficiles à contacter et dont on n’obtient que rarement une réponse complète, rapide et satisfaisante, l’URSSAF occupe la première marche, juste devant l’INPI, médaille d’argent et la chambre de commerce et d’industrie de Paris, médaille de bronze. Les centres des impôts échouent à la 4e place, au bord du podium. Malgré un certain nombre d’erreurs, ils parviennent quand même à éviter ce désastreux podium grâce à une certaine réactivité.

Pour entrer dans le détail, avec l’URSSAF, la plupart du temps, la réponse qu’on m’a fait à propos de mes questions sur le régime de l’AE étaient : « ah attendez, moi je ne m’y connais pas trop, c’est nouveau ça, il faudrait appeler votre centre des impôts ». Pour l’INPI, ils répondent aux mails sous une semaine, la plupart du temps pour vous suggérer de faire appel à un cabinet privé. Pour les courriers, j’attends toujours une réponse 6 mois après, malgré plusieurs relances. Enfin pour la CCI, je ne sais pas si quelqu’un relève souvent la boîte email mais la dernière fois que j’ai posé une question, cela a pris plusieurs semaines pour avoir une réponse et la personne ne s’est vraiment pas foulée dans sa réponse.

Bref, on peut se demander où passent nos impôts et nos taxes. Si c’est pour payer des gens qui n’apportent pas un service de qualité, autant réduire le nombre de fonctionnaires, cela nous coûtera moins cher. Il est juste effarant que l’administration ne soit pas au service total des entrepreneurs. Ce sont eux qui créent la richesse et l’emploi dans le pays, et non l’inverse. Malheureusement, par son inertie, l’administration tue la créativité et l’emploi.





Un commentaire pour “Entreprendre en France…”
  1. Barbosa dit :

    Hélas, on peut dire ça de nombreux administrations et services publics: hôpitaux, SNCF,poste, maisons du handicap, universités, éducation nétionale, tribunaux. Quelques exemples: ne demandez rien pendant les vacances des enfants; c’est à croire que les vacances des administrations sont égales à celles des enfants: 4 mois par an; pour obtenir une orientation pour une personne handicapée à Paris: 6 mois à un an; pour obtenir un billet d’avion pour aller enseigner outre-mer ou pour avoir un ordinateur, dans une université: comptez 3 mois, sans compter les vacances. En plus, on est souvent mal reçu: l’arrogance est proportionnelle à la sécurité d’emploi. Une exception: l’administration des finances!
    J’entends d’ici les plaintes: c’est la faute du gouvernement, qui supprime un fonctionnaire sur deux. Pourtant, il est fréquent de voir, aux heures creuses, un personnel en surnombre, discutant ou jouant sur les ordinateurs. Et, curieusement, l’administration allemande et celle des pays scandinaves marchent mieux avec nettement moins de fonctionnaires.
    Tout le monde se plaint, surtout ceux qui ont la sécurité d’emploi. Et personne ne se pose la question de savoir s’il fait correctement son travail. Ce sont toujours l’Etat, les patrons qui sont responsables. Rappelons-nous ce que disait Kennedy: « Avant de vous demander ce que la nation peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour la nation. »



L'autre monde | Thème liquide par Olivier