12
Avr
11

Et voilà!





Depuis le temps qu’on l’attendait, on peut dire que le boulanger aura mis du temps à sortir de la boulangerie. Après avoir roulé l’Afrique dans la farine pendant une décennie, Laurent Gbagbo a fini par déposer les armes et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il se retrouve maintenant dans un sale pétrin avec Tata Simone.

Il va probablement avoir le droit à la cours pénale internationale avec tout ce que cela englobe, à moins que la Côte d’Ivoire nous rejoue le coup de la réconciliation nationale dont un certain nombre de pays d’Afrique ont le secret. On remet les compteurs à zéro, on oublie les morts et on continue à s’en foutre plein les poches pendant que le peuple crève la bouche ouverte…

En tout cas, c’était marrant de le voir complètement ahuri dans sa chambre de l’hôtel du Golf hier sur LCI. Il avait un peu perdu de son aplomb… Même Tata Simone n’en menait pas large.

Je suis aussi amusé de la polémique qui a suivi son arrestation. Un certain nombre de pseudos observateurs commençaient à s’indigner d’une éventuelle participation à cette intervention. Ce sont ces mêmes observateurs qui nous seraient tombés dessus si la France n’était pas intervenue. Bref, que la France soit intervenue ou pas, peu importe, seul le résultat compte et le résultat, c’est que la Terre compte un dictateur de moins. Après savoir si cela s’est fait sous commandement onusien, ivoirien ou français, cela n’intéresse que les vendeurs de papier et quelques conseillers sur le déclin.

Tout cela donne à réfléchir. Mouammar tout comme ses collègues algériens et marocains ne doit plus dormir sur ses deux oreilles. Il ferait mieux de songer à fuir s’il veut pas partager le parloir avec Tata Simone dans quelques mois…







L'autre monde | Thème liquide par Olivier