11
Avr
08

Face au Tibet, l’Irak n’a plus la côte





Il faut bien remarquer qu’aujourd’hui, dans l’échelle des martyrs, il vaut mieux être un moine tibétain qu’un civil irakien, c’est beaucoup plus populaire. Est-ce que dans l’inconscient collectif, le Tibet a une place sacrée et l’on se dit : « quand on touche aux moines, on touche à la paix et la religion alors qu’un irakien de plus ou de moins, cela ne change plus grand chose vu le nombre qui sont morts depuis cinq ans ».

Chaque jour, il y a bien plus de morts en Irak qu’au Tibet. Pourtant, on ne parle plus beaucoup de l’Irak et je ne me souviens pas d’avoir entendu une telle émotion pour l’Irak dans l’opinion publique et les médias que celle soulevée depuis quelques jours par le Tibet.

Il est sûr que l’Irak ne va pas organiser les Jeux Olympiques de si tôt mais bon, est ce qu’il faut les JOs pour que l’on s’intéresse à un peuple? Le plus ennuyeux avec la guerre en Irak, c’est qu’on n’en voit pas l’issue. Parti comme c’est, cela peut durer dix ans… Je crains que la solution ne passe par un peu plus de fermeté démocratique. En laissant des pseudos leaders religieux attiser la haine tel le vent qui souffle sur les braises, les américains ne réunissent pas les conditions d’une paix durable. Il faut arrêter ce qui cause le feu plutôt que de déployer toujours plus de pompiers pour l’éteindre une fois qu’il a pris.

Quant au Tibet, vous verrez qu’après les JOs, plus personne n’en parlera.







L'autre monde | Thème liquide par Olivier