15
Fév
08

Gastronomie clandestine





Passeport dans l’assietteQuelques salariés du restaurant « La Grande Armée » du groupe Costes sont en grève. Certains sont présents depuis des années. Ils sont en situation irrégulière sur le territoire français. Ils ont été embauchés grâce à de faux papiers. L’établissement avait apparemment connaissance de l’authenticité douteuse de ces papiers mais cela ne les a pas empêché de les embaucher et les garder. Ces cuisiniers réclament à présent leur régularisation.

Je suis partagé entre l’idée que la loi est la loi et qu’il faut qu’elle s’applique à tous et le fait qu’en utilisant pendant des années de la main d’oeuvre en situation irrégulière, une certaine dette se crée à son égard. Cependant, je ne crois pas que cela soit à la société d’assumer le poids de cette dette. Par conséquent, je propose que les employeurs de ces personnes payent le prix de la régularisation de ces travailleurs en situation irrégulière. S’il est prouvé qu’ils ne pouvaient ignorer le caractère douteux de ces papiers et qu’ils n’ont pas entrepris les démarches nécessaires pour en vérifier l’authenticité, alors il faut calculer le coût pour la collectivité et le facturer sous forme d’amende à l’entreprise fraudeuse.

Le coût de cette amende pourrait être le suivant :

1/ Soit le coût de la reconduite à la frontière de ces sans papiers (pour l’Etat), plus le rattrapage de l’ajustement salarial et social durant leur présence, plus une prime de licenciement, plus une prime de retour au pays égale à deux mois de salaire ajusté par année d’ancienneté (pour le sans papiers). Tout cela à condition que la personne ne souhaite pas rester en France.

2/ Soit le coût de l’intégration de ces employés à savoir la formation diplômante normalement nécessaire pour occuper un poste similaire, le rattrapage de l’ajustement salarial et social durant leur présence et des cours de français (si nécessaire).

Enfin dans les deux cas, l’entreprise fraudeuse devra payer en plus à l’assurance chômage une amende égale à cinq fois le montant des salaires cumulés ajustés durant la période de présence du travailleur en situation irrégulière. Ceci viendrait en fait compenser le fait que des chômeurs en situation régulière n’ont pas trouvé de travail car cet emploi était occupé par une personne en situation irrégulière.

C’est également une manière de rétablir un certain équilibre entre ceux qui profitent d’une main d’oeuvre illégale bon marché et ceux qui suivent les règles.







L'autre monde | Thème liquide par Olivier