16
Fév
08

Jaroussky et Marie-Nicole Lemieux chantent Vivaldi





Nisi DominusCe nouveau CD est dédié à deux oeuvres du Maître vénitien: l’une célèbre, le Stabat Mater, l’autre, moins connue, « Nisi Dominus ».

On y retrouve l’ensemble Matheus, dirigé par Jean-Christophe Spinosi (d’ascendance italienne et – qui sait – vénitienne?). Cet orchestre jamais ne couvre la voix des chanteurs, les accompagne avec discrétion, subtilité. On se plaît à penser que Vivaldi l’ait voulu ainsi.
 
Vivaldi a 25 ans quand il compose « Nisi Dominus ». Philippe Jaroussky en donne une interprétation qui reflète le sens poétique du psaume. Quelle souplesse dans les changements de rythme! Le velours de la voix, qui jamais ne tremble et reproche dans le « Surgite… »: »… en vain vous vous couchez tard… » pour susurrer ensuite, comme à l’oreille, l’admirable andante: » Le Seigneur comble ses amis dans leur sommeil ».

Les graves sont aussi « tenus » que les aigus. Jaroussky garde, dans les difficiles volutes et arbesques de Vivaldi, tout à la fois sa virtuosité, l’amplitude de sa voix et cette expression des sentiments qui se coule dans les images successives du psaume.

Quelle aisance, quelle facilité, quel achèvement, mais aussi quelle maîtrise née du travail! Gide disait: « De la contrainte naît l’art! »
 
Le « Crucifixus » est la transition idéale, qui rapproche le contre-ténor et la contralto Marie-Nicole Lemieux. L’ajustement des voix est émouvant, l’un servant l’autre, sans jamais rompre le subtil équilibre.
 
Le témoin est ainsi passé à Marie-Nicole Lemieux, pour le Stabat Mater, créé en 1712, à  Santa Maria della Pace, à Brescia. Fermons les yeux, nous y sommes!

Mais le Stabat Mater est éternel. La douleur face à l’atrocité du supplice de son propre fils et qui se fond dans la prière d’espérance: quelle admirable lecture commune des deux artistes, qui exprime l’amour qui jaillit de l’épreuve, sommet terrible du message chrétien! André Frossard, à qui les étudiants exprimaient leur scepticisme face au mystère marial, répondait, citant l’écriture:  » Tous les siècles me diront bienheureuse… »; « c’est exactement ce qui s’est produit! »







L'autre monde | Thème liquide par Olivier