14
Nov
10

Juppé, encore et toujours





Comme à chaque remaniement, Alain Juppé se positionne. Il fait des interviews dans la presse, indique qu’il veut prouver aux bordelais qu’on peut à la fois être maire d’une grande ville et ministre. Bref, il prépare le terrain et se pose comme un recours de choix pour le nouveau gouvernement.

Personnellement, je ne suis pas du tout de cet avis. Je pense qu’Alain Juppé fait partie avec d’autres comme Villepin, Debré et Pasqua notamment, de la chiraquie. Et la chiraquie, c’est fini. Alors on va pas nous resservir à chaque remaniement le retour du meilleur d’entre nous!

Si j’en crois la rumeur, Juppé pourrait atterir aux affaires étrangères en remplacement de Kouchner ou au grand ministère du développement durable à la place de Borloo. C’est vrai qu’en matière de développement durable, Juppé, on n’a toujours pas réussi à le recycler. Il n’est vraiment pas biodégradable et on le traîne un peu comme un déchet mal trié depuis 15 ans. Et puis Juppé, c’est quand même celui qui a plié face aux grèves en 1995. Il faudrait pas qu’il devienne le chat noir de la nouvelle équipe qui a plutôt besoin de winners…

Allez Alain, reste à Bordeaux, cela vaudra mieux pour tout le monde!





Un commentaire pour “Juppé, encore et toujours”
  1. Medorius dit :

    Il y a plusieurs informations convergentes pour dire que c’est Chirac qui « a plié devant les grèves en 1995″et non Juppé. Ce jour-là, on a perdu 15 ans! Non seulement parce que les régimes spéciaux étaient une coûteuse iniquité, mais parce que la CGT a retenu la leçon de sa capacité à faire plier le gouvernement, même sur une réforme qui était juste. Heureusement, cette fois-ci, le président n’a pas plié.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier