9
Nov
09

La chute du mur de Berlin





mur de berlinIl y a 20 ans, le mur de Berlin tombait, balayé par le souffle de la liberté. C’était une première faille dans le bloc de l’est qui allait bientôt disparaître. 20 ans après, le communisme et ses extrêmes n’ont malheureusement pas disparu de la surface du globe. Même en France, on a encore un certain nombre d’illuminés qui croient encore au grand soir. Je me souviens de l’euphorie du 9 novembre 1989. J’étais un peu jeune alors pour réaliser l’impact et l’importance de l’événement. Je n’imaginais pas ce qui allait se passer ensuite.

Lorsque l’on voit le chemin parcouru par l’Europe en 20 ans, on se dit que tous les espoirs sont permis. La plupart des pays de l’ex bloc de l’est ont intégré la communauté européenne. Ainsi, aujourd’hui, face à l’hégémonieaméricaine, l’Europe dispose d’un poids de plus en plus fort. Il existe plein d’autres murs de Berlin dans le monde, censés séparés des populations qui ne seraient pas faites pour vivre ensemble. Je pense en particulier au mur installé par Israël en Cisjordanie.  Je fais le souhait qu’il disparaisse rapidement.

Les employés de la RATP et de la SNCF ont décidé de fêter cet anniversaire à leur manière, par une grève. Pour ces nantis qui passent leur temps à tirer sur la corde au nom de la défense de leur intérêt personnel et non de l’intérêt commun contrairement à ce qu’ils voudraient nous faire croire, je rêve d’une privatisation qui leur fera alors découvrir que dans la société française, leur situation était belle et bien privilégiée par rapport à la très grande majorité silencieuse. Il ne leur restera alors plus que la nostalgie et le regret d’avoir trop tiré sur la corde au point qu’elle finit par rompre, tout comme le mur de Berlin s’effondra sous la pression populaire. Bref, qu’ils profitent bien de leur rente de situation, car elle ne durera pas éternellement…





13 commentaires pour “La chute du mur de Berlin”
  1. pascal dit :

    T’en as pas marre de raconter toujours les mêmes conneries ??
    Je ne cherche même plus à te contredire car contrairement au bon vin je sais que tu ne te bonifiras pas avec le temps.
    Les chemins de fer totalement privés n’existent pas.
    Et quand bien même,dans les pays ou les chemins de fer sont semi-privés,les conducteurs sont payés le double de la France.Alors tu vois…
    Le problème est un peu plus complexe que ta propagande Sarkoziste..

  2. Olivier dit :

    La SNCF et la RATP finiront par être privatisées, tu verras. Et cela sera très bien pour tout le monde!
    Déjà, on va ouvrir les lignes à la concurrence, ça va leur faire tout drôle 😉

  3. pascal dit :

    OK,Banco !
    mais une vrai privatisation.
    Pas un tuc à la sarko pour faire croire qu’il à réussi a privatiser les transports,sans avoir rien changé.
    Je veux une vrai privatisation avec plus aucune subvention de l’état !
    On ne fait plus circuler des trains que là ou c’est rentable.
    On divise l’offre par 2 ou 3 si les trains sont à moitié vides.
    Et on fait payer les voyageurs et transporteurs au cout reel de leur voyage.
    Sercice public ? pourquoi faire ?
    IL FAUT GAGNER DE L’ARGENT POURQU’UNE ENTREPRISE EXISTE !POINT FINAL.
    Et tu verras que ce sera très bien pour tout le monde.

  4. Olivier dit :

    Je suis désolé mais par exemple, je vois pas l’intérêt de faire passer le TGV dans des communes où il y a une quinzaine de personnes qui montent… Cela coûte très cher et cela me semble inefficace.

    Tout est une question de curseur…

    Et oui, tu as raison, une entreprise doit être rentable avant tout. Il n’est pas sain que la SNCF vive sous perfusion permanente.

    Je serai le premier à me féliciter que mes impôts aillent ailleurs que dans le renflouement des caisses de la SNCF.

    Regarde l’exemple de l’avion. Est ce qu’Air France a disparu depuis qu’elle a été privatisée? Non au contraire, c’est devenu la première compagnie aérienne au monde…

  5. pascal dit :

    Oui bien-sûr…Mais il ne faut pas oublier d’ajouter que l’état à encore une grosse part d’actions à Air-France.
    Et qu’il y a quelques années,l’orsque le ciel à été libéré ( comme on à dit à l’époque ) Bon nombre de petites flottes sont apparues en cassant les prix.Ce qui à été aplaudit par tout les gens comme toi.Malheureusement ces entreprises ont toutes coulé car on s’est aperçus que les prix bas étaient au détriment de la sécurité…
    Très mauvaise pub pour la privatisation à outrance,les clients se sont retournés vers le transporteur AIR FRANCE, certe plus cher,mais synonyme de friabilité et de sécurité.

  6. Olivier dit :

    Tu caricatures complètement… Low cost ne veut pas dire insécurité. Il ne faut pas croire que parce que les prix sont moins chers on est moins en sécurité.

    Ce qui fait la sécurité, ce sont les contrôles et le sérieux de la compagnie, pas les tarifs pratiqués.

    Compare les accidents d’avion sur Ryanair, Easyjet et Air France et tu verras que les statistiques ne sont pas si éloignées qu’on pourrait l’imaginer. Air France aussi a des avions qui tombent…

    Les entreprises « Low Cost » n’ont pas toutes coulé, certaines sont très prospères. Même Air France a sa filiale Low Cost « Transavia », preuve que le Low Cost est un marché porteur.

    Je comprends bien que l’argument de la sécurité est un argument facile et massue pour les opposants à la privatisation. Malheureusement, il ne tient pas pour peu que l’on analyse un peu la situation. Après, c’est sûr que si tu vas voler sur certaines compagnies africaines, privées ou non, tu prends des risques, mais cela n’a rien à voir avec leur capitalisation…

    Privé ne veut pas dire pourri et pas cher ne veut pas dire pas sécurisé, faut regarder un peu plus loin que le bout de ton nez cher ami… 😉

  7. pascal dit :

    Tu seras d’accord avec moi pour admettre qu’Air france n’est pas totalement privatisé…
    C’est ce qui fait sa force et sa renomée.
    Personnelement je suis toujours septique sur ce qui est moins cher…
    Moins cher que ses concurents ,oui, mais pourquoi ?? à quel prix? (c’est valable dans tous les domaines ).
    Alors si je dois prendre l’avion,il est clair que je ne fais pas l’impasse….
    Même si le risque 0 n’existe pas en matière de sécurité aérienne.

  8. Olivier dit :

    C’est marrant que tu prennes ce genre de précautions pour l’avion car l’avion est globalement le mode de transport le plus fiable qui existe…

    Tu prends beaucoup plus de risques en montant dans une voiture ou sur une moto par exemple…

    Il y a une appréhension vis à vis de l’avion qui est assez répandue, peut être parce que les accidents sont particulièrement atroces et violents.

    Je pense que c’est parcequ’Air France est privatisé (même partiellement) que c’est devenu la première compagnie mondiale. Sans cela, elle n’aurait pu s’allier avec KLM par exemple…

  9. Gilles dit :

    (Free est moins cher que ses concurrents pour un meilleur résultat en moyenne donc des fois la concurrence à du bon)

  10. Olivier dit :

    La concurrence permet d’avoir le choix. Aujourd’hui, on n’a pas le choix dans les transports en commun, c’est RATP, SNCF ou rentre avec tes pieds…

  11. Gilles dit :

    Mouais, le choix quand personne ne desservira des tronçons, c’est « rentre avec tes pieds ». Sympa 😀

  12. Olivier dit :

    Je suis désolé mais on ne peut pas cautionner d’avoir un service médiocre dans les grandes villes sous prétexte que cela coûte cher de désservir les coins paumés…

    Il faut adapter l’offre à la demande. Il y a sûrement des moyens économiques de couvrir la plupart du territoire en adaptant l’offre à la demande.

  13. Barbosa dit :

    C’est marrant comme la chute du mur de Berlin n’a suscité que des commentaires sur l’éternel débat privé-public, en France.
    Décidément, les Français ont du mal à dépasser les limites de l’hexagone!
    L’Europe est pourtant l’enjeu d’avenir.
    Revenant de Lituanie, de Roumanie, de l’ancienne Allemagne de l’Est ou de Pologne, je vous garantis que la majorité des jeunes est très favorable à l’Europe, comme d’ailleurs les jeunes des Balkans, qui aspirent très fort à y entrer. Cette extension du marché doit inciter à faciliter la compétitivité des entreprises françaises, pénalisées par les charges les plus lourdes d’Europe et un temps de travail annuel parmi les plus bas.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier