22
Avr
08

La faim du pétrole





En ce moment, les médias se font l’écho de la crise alimentaire qui touche un certain nombre de pays. Qui est responsable de cette crise? Les biocarburants bien sûr! Car depuis que certains pays soutiennent activement l’agriculture dédiée à la production de biocarburants, il y a bien entendu moins d’agriculture pour le reste et du coup, il y a une pénurie sur le marché et les prix augmentent. Voilà un raisonnement simpliste comme je les aime. Le problème, c’est que tout le monde ou presque y croit.

En fait, le problème est bien plus complexe qu’il n’y paraît. Il n’a échappé à personne qu’en l’espace de quelques mois, le prix du baril de pétrole a plus que doublé. Le pétrole est utilisé pour faire rouler nos voitures mais aussi pour faire fonctionner les engins utilisés dans l’agriculture (tracteurs et autres moissonneuse batteuse). Du coup, quand le prix de l’essence augmente, c’est le coût des produits issus de l’agriculture qui augmente. C’est vrai pour ceux qui sont utilisés dans la fabrication de biocarburants mais également pour ceux que l’on utilise pour se nourrir chaque jour. C’est l’effet pervers de cette hausse du pétrole.

En augmentant les prix du pétrole, les compagnies pétrolières voulaient enrayer la montée en puissance des biocarburants qui mettait en danger à terme le lobby pétrolier. Malheureusement, l’effet de bord est dévastateur puisque ce sont comme d’habitude les plus faibles qui trinquent et donc ceux qui s’alimentent principalement avec des produits céréaliers. Pour les sceptiques, il ne vous aura pas échappé que le riz et le blé, deux aliments de base dans les pays pauvres ont connu une flambée des prix alors qu’ils ne sont pas utilisés dans les biocarburants…

Vous n’avez jamais remarqué l’opacité qui règne autour des stocks réels de pétrole sur la planète? Personne ne sait vraiment ce qu’il en est. On sait qu’il y en a encore mais on ne sait pas pour combien de temps, entre 5 et 50 ans suivant les experts interrogés. On entretient la peur de la pénurie à venir ce qui permet de justifier un contrôle strict de la production et donc une augmentation exponentielle des cours car ce qui est rare est forcément de plus en plus cher. Pourtant derrière tout cela, il n’y a que la volonté d’un lobby d’empêcher l’utilisation de solutions alternatives comme les biocarburants.

Technologiquement, il est certain que cela ferait bien longtemps que l’on n’utiliserait plus de pétrole pour rouler si ce lobby n’avait pas été aussi efficace pour stopper toutes les initiatives visant à trouver des solutions alternatives (électricité, énergie solaire, hydrogène, …). Si vous avez des problèmes de pouvoir d’achat, pensez à remercier les compagnies pétrolières.







L'autre monde | Thème liquide par Olivier