20
Août
10

La FFF entre clémence et lâcheté





Les sanctions sont enfin tombées. Près de deux mois après le camouflet reçu par le peuple français à cause de l’attitude de quelques irresponsables en Afrique du Sud, la commission de discipline a rendu son verdict : 18 matches de suspension pour Anelka, 5 pour Evra, 3 pour Ribéry et 1 pour Toulalan. Abidal sort blanchi de cette affaire.

Je suis consterné par la faiblesse de ces sanctions. Comment imaginer que Nicolas Anelka puisse de nouveau un jour porter le maillot de l’équipe de France? Nicolas Anelka n’en était pas à son coup d’essai en Equipe de France. Par le passé, il avait déjà tenu des propos particulièrement gênant. Pour moi, le minimum aurait été qu’il soit banni à vie de l’équipe de France avec l’impossibilité d’obtenir une licence pour jouer en France, l’obligation de présenter des excuses publiques et des heures de travaux d’intérêts généraux. Là il s’en sort avec 18 matches. Pareil pour les autres joueurs, petit pois carotte et ses potes sont à peine sanctionnés avec quelques matches de suspension. Quelle lâcheté de la part de la Fédération! Après la trahison des joueurs en Afrique du Sud, la Fédération vient de trahir une seconde fois le peuple français.

La Fédération ne saurait invoquer l’intérêt supérieur de la Nation. On a bien vu la semaine dernière que les joueurs incriminés ne manquaient pas du tout au collectif. On a suffisamment de joueurs performants en France pour faire une équipe sans traître.

Et puis, je n’aime pas cette façon de faire qui consiste à faire dans la demi mesure pour dire « c’est bon, on a fait quelque chose » mais qui en fait ne résout rien au problème. Le problème, c’est que la France a été couverte de honte à cause d’eux. On ne peut pas évacuer cela avec quelques matches de suspension, c’est impossible. Il faut aller bien plus loin.

Je souhaite que Roselyne Bachelot se saisisse immédiatement du dossier pour que les peines soient alourdies en appel. Il ne saurait en être autrement. Ces joueurs ont eu la possibilité de changer d’avis lors de cette fameuse journée d’entraînement ratée. Ils ont persisté dans leur attitude puérile et indigne. Il faut qu’ils assument leurs conneries. Cela serait un bien mauvais message à envoyer à la jeunesse que de laisser penser qu’on peut faire n’importe quoi et s’en sortir ensuite à moindre frais. Si la Fédération n’a pas le courage de sanctionner, il faudra en tirer toutes les conséquences en nommant à la tête de Fédération quelqu’un qui ne soit pas soumis aux pressions du milieu professionnel.







L'autre monde | Thème liquide par Olivier