18
Mar
11

La France entre en guerre





Au moment où je parle, les rafales et les mirages de l’armée de l’air s’apprêteraient à décoller de leur base pour aller anéantir l’arsenal de Mouammar. Il est assez intéressant de voir comment Sarkozy a repris la main dans ce dossier, comme s’il devait se racheter une virginité vis à vis de l’opinion par rapport à Kadhafi.

Ce qui est sûr, c’est qu’à un an des présidentielles, une guerre, c’est probablement ce qui pouvait lui arriver de mieux pour améliorer sa côté de popularité, à condition que cela soit rapide mais pas trop facile car à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Pour qu’il en retire un gros bénéfice politique, il faut donc qu’il y ait un peu d’action mais surtout pas trop de victimes françaises et civiles car sinon, cela se retournera contre lui.

Mais regardez Bush, il a attaqué fort l’Irak, et hop réélu en 2004! Une guerre, c’est idéal pour la stabilité politique et la cohésion nationale à court terme. A long terme, c’est très risqué et beaucoup plus aléatoire.

Dans le cas libyen, il y a de nombreux aléas. Le premier, c’est le pouvoir de nuisance de Kadhafi. S’il est peu probable qu’il puisse frapper directement les intérêts français avec ses quelques migs et missiles sol – air, il dispose de moyens financiers lui permettant de soutenir des terroristes. En prenant la tête de la résolution de l’ONU, la France a pris le risque d’attentats futurs. C’est malheureux mais on a un peu vite oublié que Kadhafi a fait tomber quelques avions par le passé. Aussi, il eut été peut être plus judicieux de laisser d’autres pays en première ligne ou d’agir de manière moins directe.

Le second aléa, c’est bien entendu l’aléa lié à l’intervention armée. On sait quand ça commence, jamais quand ça se termine. La Libye, c’est un pays très complexe aux multiples visages. Bref, si certains sont ravis de voir la France voler à leur secours, d’autres ne vont pas se laisser faire et refuser cette ingérance étrangère.

Et puis la Libye, c’est juste de l’autre côté de la méditerrannée. Ce n’est pas l’Afghanistan ou l’Irak. Je doute que Kadhafi dispose d’armes capables d’atteindre l’Europe mais c’est une hypothèse qu’il faut malgré tout envisager.

Bon enfin ce qui est sûr, c’est qu’en ce moment, les journalistes ont une actualité débordante! Il y en a tellement que des sujets très chauds sont relégués au second plan. Plus personne ne s’intéresse au Titanic ivoirien…







L'autre monde | Thème liquide par Olivier