24
Juin
05

La justice est t’elle responsable de ses erreurs





Comme vous le savez, un condamné libéré sous contrôle judiciaire serait à l’origine de l’assassinat de Madame Cremel il y a quelques jours. Bien que toute la lumière n’ait pas encore été faite sur cette affaire, Nicolas Sarkozy s’est empressé d’affirmer que le juge qui avait libéré le condamné probablement récidiviste devrait « payer« .

Ceci est très intéressant car cela pose le problème de la responsabilité de la justice face à certaines situations. Est ce qu’un juge doit être condamné pour avoir pris une décision qui n’était apparemment pas la bonne? Est ce qu’un juge est juste un exécutant qui se contente d’appliquer des lois et des habitudes qui veulent qu’au bout d’un certain nombre d’années un détenu est libéré s’il s’est bien conduit jusqu’alors. Je pense que là où il y a une décision lourde de conséquences, il doit y avoir une responsabilité. Bien entendu, tout cela ne doit pas reposer sur la seule personne d’un juge souvent débordé qui agit en son âme et conscience mais aussi par rapport à certaines règles. De plus, n’oublions pas que sans ces libérations conditionnelles, les prisons seraient encore plus surpeuplées. Une étude montre que le taux de récidive chez les libérés de manière conditionnelle est de 4%, ceci englobe toute sorte de crimes et délits. Cela montre bien que la liberté conditionnelle est un bon système, le problème est dans le fait que la moindre récidive est souvent dramatique.

Je pense que les responsabilités sont partagées entre l’institution judiciaire et l’Etat. L’institution judiciaire doit clairement supporter la responsabilité de cette décision car elle n’a pas pris la bonne décision dans ce cas donc il faut assumer. Ceci ne veut pas dire pour autant qu’il faut mettre le juge fautif en prison. L’Etat porte également une responsabilité lourde dans le sens où d’une part il ne fournit pas à l’institution judiciaire les moyens nécessaires à une prise de décision juste et efficace dans 100% des cas mais également parce qu’il n’a pas réinséré le criminel dans la société. Je pense qu’il convient de verser des dommages et intérêts assez conséquents aux familles des victimes, au moins si ceci ne fait pas revenir la personne disparue, cela montre que l’erreur est reconnue.

Ensuite, il faut que l’état travaille avec la justice pour modifier et renforcer le processus de réinsertion dans la société des détenus. Comment une personne qui a vécu pendant des années, parfois des décennies en prison peut ressortir indemne d’une telle expérience faite de violence physique et sexuelle, d’isolation. C’est impossible, la prison ne soigne pas, elle détruit certains, renforce les maux d’autres. Manque de moyens, manque de personnels, manque d’intérêt, la France fait les frais de ses choix et pour le coup, cela se paye très cher. Je n’ai pas LA « solution » mais il y a clairement un problème et il faut le régler, on ne peut plus relâcher dans la nature des personnes dangereuses.







L'autre monde | Thème liquide par Olivier