23
Juil
06

La logique du pire





Alors que Douste-Blabla s’agite dans son coin pour trouver une solution diplomatique à la crise Israël-Hezbollah, une fois de plus, W et les Etats-Unis soutiennent la logique militaire, la logique du pire, celle qui entraîne des dommages collatéraux. W croit connaître tellement bien le monde qu’il se permet de se lancer dans une redistribution générale des cartes. Après l’Afghanistan et l’Irak, il soutient la logique militaire croyant qu’elle aboutira à une paix durable. Une fois de plus, il se plante. Il a déjà oublié ses échecs cuisants en Afghanistan et en Irak. Si l’anéantissement du Hezbollah passe par la destruction du Liban, je crois que c’est un très mauvais calcul à moyen terme.

Je suis contre la logique militaire, il n’y a aucun exemple dans l’histoire récente qui montre qu’une offensive militaire de grande ampleur se termine de manière positive sans aucun dommage alors je demande un cessez le feu immédiat. Ensuite, il faudra déployer les casques bleus et désarmer le Hezbollah. Mais le préalable à toute discussion est le cessez le feu! Il faut que W arrête de penser que la force est le remède à tous les problèmes du monde.





2 commentaires pour “La logique du pire”
  1. Hervé dit :

    Bonsoir Olivier,
    d’accord avec toi sur la position de Bush, allucinante encore une fois. Mais « jusqu’où s’arrêtera-t-il » ?

    Comme toi, je ne suis pas un chaud partisan de Doust-Blazy, mais là, il faut au moins lui reconnaître le courage d’être sur place sous les bombes. Et en ce moment, on ne sait pas où elles peuvent tomber.
    Avec un représentant de l’ONU, ce sont les seuls à s’être déplacés pour le moment, je crois.
    Et tout ça pour essayer de trouver une issue pacifique par une force d’interposition, ONU ou OTAN (Isaraël pencherait plus pour l’OTAN, plus proche des Etats-Unis). En même temps, il ne faut oublier qu’en 1990, c’est le Hezbollah qui a chassé les Casques Bleus du Liban par des attentats qui avait plusieurs centaines de morts chez les soldats français et américains.
    Toutes les pistes diplomatiques doivent être explorées par les heures très graves qui courent pour la population libanaise qui souffre à nouveau sous les bombardements.

  2. Olivier dit :

    Douste-Blabla n’est pas complètement sous les bombes. Son parcours est balisé. Je ne pense pas qu’il aille dans des endroits trop risqués. Tu me diras, c’est vrai qu’il est moins en sécurité que dans son bureau de Paris mais de là à dire qu’il est en première ligne sous les bombes, pas tout à fait, je le crois moins en danger que les civils israëliens ou libanais…

    Enfin, ONU ou OTAN, en ce qui me concerne, peu importe pourvu que l’on arrête de tapper sur les civils qui n’ont rien demandé!



L'autre monde | Thème liquide par Olivier