15
Mai
17

La passation de pouvoir





J’ai suivi toute la passation de pouvoir hier entre François d’Hollande et Emmanuel Macron. J’apprécie les codes de ce rite quasi monarchique parfaitement exécuté cette fois-ci.

Contrairement à François d’Hollande cinq ans plus tôt, Emmanuel Macron a entièrement respecté le protocole. Je m’attendais à ce qu’Hollande reparte sous les sifflets dans la rue mais non visiblement, les badauds avaient été triés pour éviter une humiliation à Papa Hollande.

J’ai été estomaqué par le ton de son discours rue de Solférino. Oser dire qu’il laisse le pays dans un bien meilleur état que l’état où il l’a trouvé, c’est vraiment prendre les français pour des cons. Le bilan d’Hollande est une vraie catastrophe : des centaines de milliers de chômeurs en plus, des centaines de milliards de dette publique en plus, un pays complètement fracturé et divisé, des centaines de morts dans les attentats, qui dit mieux?!

Ce type est complètement imbu de sa personne. Il n’a même pas la lucidité de faire profil bas alors qu’il laisse le pays dans un état désastreux. Quelle honte!

Mais ne parlons pas plus d’Hollande. Cela ne sert à rien de donner trop d’importance à ce guignol. Il fait désormais partie du passé et du passif!

Macron a fait un discours avec une certaine hauteur de vue. Je me méfie un peu de la déconnexion qu’il peut souvent y avoir entre les déclarations d’intentions des politiques et la réalité de leurs actes. Mais bon, pour le moment, on va lui laisser le bénéfice du doute.

Lors de la cérémonie à la Mairie de Paris, Bobodalgo a été complètement à côté de ses Louboutin, comme d’habitude. Relancer la polémique sur le diesel alors que le nouveau Président entre en fonction, c’est vraiment bas. Mais bon, on n’attendait rien de mieux de la part de Bobodalgo. Macron s’est lui hissé à la hauteur de sa fonction, se plaçant bien au-dessus de la mêlée. Cela a permis à Bobodalgo de voir le fossé qu’il existe entre son leadership, digne de ma concierge quand elle tente de réaligner les poubelles dans la rue le matin et celui d’un Président de la République fraichement élu…

Je me demande encore comment les parisiens ont pu élire cette truffe. Elle est vraiment nulle! A part cela, Macron a dû passer une bonne journée. Contrairement à Hollande, il est parvenu à faire cesser la pluie juste avant de remonter les Champs Elysées. Cela faisait longtemps qu’un Président n’était pas parvenu à maitriser la météo. Je ne sais pas si c’est un bon signe mais il semblerait qu’il ait une bonne étoile.

Aujourd’hui, il va nommer son premier ministre. Ensuite, j’espère que tout va aller vite car cela fait quand même plus d’un an qu’il ne se passe plus rien à part cette foutue campagne!







L'autre monde | Thème liquide par Olivier