22
Fév
08

La rétention de sûreté





Le Conseil Constitutionnel n’a que partiellement validé le nouveau dispositif sur la rétention de sûreté en ne le rendant applicables que pour les nouveaux condamnés ou ceux qui ne satisferaient pas à leurs obligations de suivi. Nicolas Sarkozy a immédiatement fait appel au premier président de la Cour de cassation pour qu’il fasse des propositions. Le premier président de la Cour de cassation est le plus haut magistrat de France. Cependant, comme les décisions du Conseil Constitutionnel s’imposent à tous, à part à modifier la Constitution ou passer à la VIe République, je ne vois pas trop comment Nicolas Sarkozy va réussir à faire valider son dispositif…

Ca, c’est pour la forme! Mais sur le fond, je suis relativement pour la rétention de sûreté. Je crois qu’il serait bien en France qu’on commence à penser à la souffrance des victimes avant de penser aux droits des condamnés. Bien sûr, il faut que le dispositif soit très encadré et évalué régulièrement mais n’est ce point une décision courageuse que de vouloir protéger les victimes en mettant à l’écart de la société les malades? Quand on sait ce que cela va coûter lorsque le dispositif va commencer à s’appliquer à un certain nombre de malades, il faut une certaine volonté politique pour engager une telle mesure car les effets positifs sur la société ne seront visibles que dans plusieurs années. Je trouve que cette mesure n’est pas une mesure de droite ou de gauche, c’est une mesure de bon sens qui va dans l’intérêt des victimes mais aussi dans un certain sens dans l’intérêt des malades…





3 commentaires pour “La rétention de sûreté”
  1. Gilles dit :

    Sont trop mous : une balle dans la tête serait moins cruel qu’un enfermement à vie…

  2. pascal dit :

    Effectivement,si on enferme à vie un condamné,il faut revoir tout le système carceral.
    On ne peu pas enfermer quelqu’un sans lui donner une perspective,un but.
    D’autant plus s’ils sont concidérés malades.

  3. Olivier dit :

    La peine de mort n’existe plus en France depuis plus de 20 ans 😉

    Le problème qui va se poser est le nombre de détenus à gérer dans ces centres. Car la proportion de délinquants sexuels est assez importante dans la population carcérale. Alors qui enverra t’on dans les centres? Et avec quels moyens?



L'autre monde | Thème liquide par Olivier