12
Sep
08

La semaine de Bernard Tapie





Cette semaine a été riche en événements pour Bernard Tapie. Il commence par mettre en difficulté Jean-Michel Aphatie qui n’est quand même pas le premier venu au niveau de l’interview mais ne sait rapidement plus par quel bout prendre Bernard Tapie. Bernard Tapie a des défauts mais il est vraiment très fort avec son franc parler pour mettre à mal son interlocuteur. Je trouve d’ailleurs que Jean-Michel Aphatie a un argumentaire du niveau du caniveau, très partisan. Ci-dessous, on trouve la vidéo de l’interview avec Aphatie :

Au passage, c’est vrai que les sommes engagées au moment de l’affaire Executive Life étaient supérieures et que l’on en avait pas fait un tel scandale à cette époque. Il est d’ailleurs étonnant de voir comme François Bayrou s’acharne sur Tapie. On ne l’a pas beaucoup entendu à l’époque d’Executive Life. Le plus amusant, c’est que j’ai de plus en plus l’impression que Bayrou s’en prend violemment à Tapie pour éviter que l’opinion ne se retourne contre Jean Peyrelevade, l’une des figures du Modem, qui était également le patron du Lyonnais à l’époque des deux affaires. En s’en prenant ainsi à Tapie, il pointe du doigt l’importance de la somme à payer mais occulte complètement le fait que si son ami Peyrelevade s’était comporté différemment, nous n’en saurions peut être pas là. Ce mécanisme est assez habituel chez Bayrou, il passe son temps à hurler sur la réalité d’une situation en occultant complètement les causes initiales et les responsabilités ce qui lui permet ainsi de faire passer les vessies pour des lanternes mais également de se drapper de la posture du chevalier blanc alors qu’en fait, il est plutôt un chevalier défendant un petit village à l’agonie qui aurait pu être très lourdement touché dans cette affaire si l’on avait vraiment étudié les responsabilités de Peyrelevade dans sa gestion du Lyonnais. Mais bon, c’est bien connu, la meilleure défense, c’est l’attaque, certains médias ont suivi Bayrou sans aucun esprit critique.

Il est vrai que Tapie se retrouve une fois de plus sur le banc des accusés alors qu’il est quand même la victime dans cette affaire. Si l’on met de côté la somme touchée, il est vrai que l’acharnement dont a été victime Bernard Tapie depuis des années et qui continue puisqu’il se retrouve devant la commission des finances de l’Assemblée alors que l’on aurait pu à mon avis souhaiter y entendre Jean Peyrelevade qui porte la responsabilité de cette affaire depuis le départ.

Je rejoins complètement Bernard Tapie lorsqu’il dit que l’on ne demande des comptes aux politiques sur l’utilisation des sommes engagées pendant les campagnes électorales. Il est également vrai qu’il est un peu fort de café d’entendre les députés reprocher le montant des sommes alors qu’ils ont toute la latitude pour augmenter le montant des sommes données pour les erreurs judiciaires des gens emprisonnés par erreur ou encore des victimes d’accidents de la route mais il faut un certain courage politique pour le faire et des gens comme Bayrou n’en ont aucun. Peut être que Bayrou fera un jour un projet de loi pour les victimes d’accidents de tracteur…

Je pense aussi que Bernard Tapie paye et payera toute sa vie le fait d’avoir réussi dans les affaires, d’avoir eu une ascencion très rapide en politique et que certains comme Bayrou sont très frustrés de cela, lui qui sera toujours dans l’opposition et ne représente plus grand chose (ah si, quelques députés). Je pense que l’on ne peut pas remettre en cause l’intégrité des personnalités du tribunal arbitral, ce sont de hautes personnalités, compétentes et vraiment indépendantes. Le fond de l’affaire semble quand même relativement limpide aujourd’hui, le manque de loyauté du Lyonnais ne fait plus aucun doute.





8 commentaires pour “La semaine de Bernard Tapie”
  1. Gilles dit :

    Un livre a des pages de droite et des pages de gauche.
    Le reste est inutile.
    Bayrou, c’est le « marque ta page » de la politique. A jeter 🙂
    Bayrou, il dit qu’il n’est ni de droite ni de gauche. Il l’a prouvé aux municipales en s’alliant là où chacun pensait avoir dans son parti un siège aux conseils municipaux.
    Résultat : un coup de pied au cul car dans la majorité des cas, les alliances ont été avec le mauvais côté.
    Bayrou, c’est du vide entre deux oreilles politiques.

  2. Olivier dit :

    Aucun respect pour les paysans… Ah cette jeunesse 😉

  3. Gilles dit :

    Et plus que Perelevade, je crois que Trichet a beaucoup aidé le Lyonnais, et on l’a récompensé en tant que Directeur de la BCE, non ?

  4. Olivier dit :

    Et depuis, comme tu peux le voir, il fait des miracles, l’euro est au plus haut depuis plus de deux ans maintenant par rapport au dollar, résultat, on paye l’essence au prix fort et nos industries ne peuvent plus exporter hors de la zone euro à cause de la parité défavorable, merci Trichet!

    Ah oui, le plus drôle, c’était quand Trichet défendait sa politique en disant qu’elle permettait d’éviter l’inflation, résultat, explosion des prix! Bravo mr Trichet!

  5. Seb du massif central dit :

    Nanar si tu as des cou****s reverse une partie de ton préjudice moral aux restos du coeur par exemple.(ou autre croix rouge, secours populaire ! etc …)

    Bayrou moi je roule pour lui, mais c’est vrai quand ce moment il en fait trop.
    Cela dit c’est pour l’instant le seul gas valable en opposition!

  6. Gilles dit :

    Ben si c’est Bayrou l’opposition, on est foutu LOL

  7. Olivier dit :

    Cela ne m’étonnerait pas que Tapie reverse une partie à une association. C’est un type assez généreux, n’oubliez pas tout ce qu’il englouti dans l’OM…

  8. Jocelyn dit :

    Petit rectificatif, c’est Jean-Yves Haberer qui était Président du Crédit Lyonnais au commencement de l’affaire en 1993 et qui a quitté la Présidence en novembre 1993. Jean Peyrelevade n’a fait que prendre la suite de l’affaire et défendre les intérêts de sa société… Ne pas faire d’amalgame.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier