22
Mai
10

La vérité sur le système scolaire français





Je suis tombé ce matin par hasard sur un article à propos du système scolaire français. Les médias décrivent depuis des années ce système comme un système inégalitaire où seuls les plus fortunés réussiraient. On s’aperçoit qu’il n’en est absolument rien. La réalité est toute autre. Une statistique qui devrait faire l’effet d’une bombe vient de tomber. Un élève sur deux à Polytechnique serait un enfant de prof! Comme tout le monde le sait, les profs ne sont pas fortunés, ils passent suffisamment de temps à longueur d’année à nous le rabâcher.

Cette statistique est selon moi extrêmement révélatrice des problèmes actuels de notre système scolaire. Elle démontre très clairement et sans aucune équivoque possible que dans sa très grande majorité, le système scolaire français nivelle par le bas et ne permet pas l’émergence d’une élite intellectuelle. Ainsi, les seuls qui puissent s’en sortir sont ceux qui bénéficient de l’appui de personnes connaissant les faiblesses du système général et pouvant les combler par un soutien quotidien. Ceci donne alors un avantage déterminant aux enfants de profs face aux autres.

On parlait du quota de boursiers comme la solution pour permettre l’accès au plus grand nombre. C’est une hérésie complète. Cela ne ferait que renforcer les inégalités puisque beaucoup d’enfants de profs sont boursiers. On pourrait imaginer de faire de la discrimination positive en instaurant des quotas d’enfants n’ayant pas de parents profs afin d’essayer de rétablir l’équilibre mais je vois d’ici les profs crier au scandale.

Je ne pense pas qu’on puisse dire que les profs ont volontairement affaibli le système pour permettre à leurs enfants de réussir grâce à leur soutien permanent. Néanmoins, ils portent une lourde responsabilité dans la dérive du niveau et le déclassement perpétuel de notre système face aux autres systèmes scolaires pourtant moins gourmands en ressources financières. Il faut donc remettre complètement à plat le système afin de permettre à chacun de bénéficier des mêmes chances. Au moins, maintenant, on ne pourra plus nous dire que c’est un problème de moyens puisque c’est un problème de niveau d’enseignement sans rapport avec les moyens (les autres font mieux avec moins).





3 commentaires pour “La vérité sur le système scolaire français”
  1. Gilles dit :

    Vivement le retour à la semaine de 5 jours 🙂
    Signé un père d’enfant scolarisé en septembre et qui bosse du lundi au samedi 🙂

  2. Olivier dit :

    Tu aurais dû faire prof, tu aurais eu plus de chances d’avoir un gamin polytechnicien qui puisse t’entretenir pour tes vieux jours 😉

  3. Barbosa dit :

    Je suis atterré par l’effondrement de l’école française, naguère si remarquable d’exigence et de fierté: merci, les instituteurs de la IIIème et de la IVème République, dont j’ai bénéficié!
    Il est vrai que les enseignants ne peuvent pas compenser le laxisme des parents et la dislocation des familles.
    Mais l’élan libertaire « post-soixantuitard » a touché toute l’Europe.
    Et les Finlandais caracolent en tête pour les performances de leurs écoliers. La France: 19ème!!!
    Alors, prenons le mal à la racine: l’école primaire. Et comme le propose Luc Ferry, dédoublons les classes de CP: ceux qui échouent là échouent presque tous ensuite. Avec quel argent? En instituant un numerus clausus à l’entrée des facultés de sciences humaines et, en particulier, de psychologie, qui produisent des chômeurs. On diminuera ainsi également le nombre des enseignants de ces facultés au profit du recrutement de professeurs des écoles.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier