17
Jan
13

Le double discours de la CGT





Avec l’arrivée de François d’Hollande au pouvoir, la CGT est enfin confrontée à ses incohérences et son double discours qui plombe la crédibilité de l’action syndicale française depuis des décennies.

On le sait, le syndicat s’est battu corps et âmes pour faire tomber Nicolas Sarkozy allant ainsi largement au delà de ses prérogatives, le syndicalisme étant normalement déconnecté de la politique, ce qui lui permet d’être indépendant du pouvoir et vraiment utile aux gens qu’il est censé défendre.

Les derniers épisodes sociaux démontrent que la CGT est pieds et poings liés avec le parti socialiste. Dans l’affaire Mittal d’abord, la centrale a été complètement inaudible, comme si elle acceptait implicitement la casse de la sidérurgie française. Dans les dossiers Peugeot et maintenant Renault, même son de cloche, une réaction mi-figue mi-raisin qui trahit une position plus qu’ambiguë.

Maintenant qu’elle a mis François d’Hollande au pouvoir, la CGT est bien embêtée pour contester sa politique et lui mettre des battons dans les roues. Alors les barons de Montreuil restent silencieux, le silence de la honte et de la collusion. La fin de règne de Bernard Thibault est à l’image de ce qu’il est : sans fond ni envergure. Son passage à la tête de la centrale ne laissera comme traces que de sombres affaires et la perte des idéaux originels au profit d’un dogmatisme dépassé brandi comme étendard d’une lutte théâtrale auquel plus personne ne croit.

Il faut se rendre à l’évidence : la CGT ne mobilise plus, son discours n’a plus aucune consistance et il ne rassemble plus. Les français ont compris qu’il n’y avait aucun fond et que tout cela n’était qu’une mascarade mais qu’à l’heure des grands rendez-vous, la CGT a toujours un train de retard, la faute à la grève peut être…





3 commentaires pour “Le double discours de la CGT”
  1. pascal dit :

    Un peu d’histoire récente :
    Suite à une derrière réunion entre les syndicats et Sarkozy (qui s’était mal passée ). Sarkozy s’est totalement laché et à vraiment craché sa haine des syndicats.Disons qu’il à joué quitte ou double…( ça a été quitte;)..)
    Il a nottament appelé les syndicats à lacher leurs drapeaux rouges et venir le rejoindre,etc…etc….
    C’était totalement ridicule…
    Bref suite à cela Bernard Thibault à déclaré qu’A TITRE PERSONNEL il voterait Hollande.
    Je te ferai remarquer que si la CGT était proche d’un parti politique ce serait plutôt le front de gauche ( historiquement).
    Dans l’affaire Mittal si on a plutot vu la CFDT c’est surtout qu’elle y est majoritaire syndicalement et sans doute que sa proximité avec le le PS n’y est pas pour rien non plu…
    Mais ne pas se faire d’illusions sur l’influence des syndicats en France: Comme disait Coluche  » inciter à la greve des non-syndiqués c’est pas un problème »
    Il ne faut pas sous-estimer la capacité de révote des français,et la limiter au nombre de syndiqués,ce serait une grosse erreur…

  2. Olivier dit :

    Il y a bien longtemps que les manifs organisées par la gauche ne rassemblent plus au delà du noyau dur syndicaliste… Le peuple a bien compris que les syndicats ne pouvaient rien faire pour eux. C’est la faillite morale d’un système dépassé.
    Sarkozy avait bien raison, les syndicats auraient mieux fait de déposer leurs drapeaux rouges. Aujourd’hui, ils les agitent toujours avec un temps de retard et souvent de manière inutile.
    Sur Renault et Peugeot, on voit bien que les entreprises vont opérer une véritable casse sociale, tout cela avec la bénédiction du gouvernement et la complicité passive des syndicats.

  3. Medorius dit :

    D’où Pascal tire-t-il que SARKOZY a craché sa haine des syndicats ? Les syndicats auraient-ils été courtois ?
    La déclaration de vote de THIBAULT à titre personnel est une rigolade ! On connaît très bien les liens de la CGT avec le PC et l’extrême gauche.
    Par contre, où ont les propositions constructives de la CGT? Ce que j’observe, c’est une attitude presque systématiquement contre ce qui pourrait empêcher le déclin français: élever l’âge de la retraite; diminuer une fonction publique obèse et de plus en plus inefficace; travailler plus, y compris ceux qui bénéficient des prestations sociales; « taper » sur les entrepreneurs qui créent l’emploi.

    Depuis l’arivée de Mitterrand au pouvoir, je suis frappé par la diminution continue du temps de travail. Non seulement, la France est en sommeil en juilet-août, particulièrement les administrations, mais la Toussaint, les vacances de Noël et de Pâques, les ponts de mai sont caractérisés par un ralentissement de plus en plus catastrophique de l’activité. Mieux, dans les collectivités locales, les arrêts de travail dépassent les 22 jours par an, contre 6 dans le privé !
    Hélas! On comprend facilement ce déclin inexorable auquel la CGT est aux premiers postes. Un des principaux fossoyeurs de l’industrie française, c’est elle!



L'autre monde | Thème liquide par Olivier