1
Jan
06

Le fil du temps qui s’échappe





Horloge

Déjà la nouvelle année, je n’aime pas trop cette période, elle me rappelle trop ce temps qui passe et qui s’échappe, ce temps passé et perdu qu’on ne ratrape pas. Tout le monde célèbre la nouvelle année. Je ne sais pas trop si c’est pour fêter le fait que l’année difficile est enfin terminée et que l’on est plein d’espoir pour la nouvelle année. A moins que cela soit juste le fait d’avoir une date justifiant une grosse fête. Pourquoi ne pas fêter chaque fin de mois ou de semaine dans ce cas? Le calendrier julien qui rythme notre cycle annuel ne date pas d’hier. Pourtant régulièrement, des fêtes viennent s’ajouter au calendrier avec une justification plus ou moins douteuse (Halloween récemment). La fête est donc dénaturée. Puisque pour moi, la fête représente un état exceptionnel, faire la fête trop régulièrement consisterait à la vider de son sens le caractère exceptionnel et rare. Devenant plus fréquente, son attente est moins forte et son intensité moins violente. Nous sommes dans une société où l’on fait donc plus souvent la fête mais ceci ne correspond pas vraiment à ce que l’on pouvait appeler une fête au sens romain du terme. Et je ne parle pas de toutes ces fêtes religieuses qui offrent des jours de congés mais dont le sens est totalement ignoré par 99% de la population…

Je me souviens au passage de la levée de bouclier syndicaliste lorsque l’on a proposé de supprimer un jour férié pour aider les personnes en difficulté. C’était : « Non, vous ne toucherez par à cette fête, nous n’en connaissons pas le sens, nous ignorons que la solidarité est un fondement de l’esprit religieux, nous oublions que la solidarité est un pilier du mouvement syndical… ». Voilà, faites la fête mais sachez pourquoi vous la faites, ainsi, vous la vivrez peut être différemment.





2 commentaires pour “Le fil du temps qui s’échappe”
  1. Belle année 2005 !
    Amitiés.

  2. Garibaldo dit :

    Meilleurs voeux pour 2006 et longue vie aux punchs réunionnais.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier