16
Mai
08

Le service minimum à l’école





Je suis bien évidemment pour! Le droit à l’éducation est essentiel, il faut le préserver. Pour les profs, tous les prétextes sont bons pour descendre dans la rue et faire grève une année sur deux environ, comme s’ils n’avaient pas assez de congés. D’ailleurs, avec tous les congés dont ils disposent, pourquoi est ce que les profs ne font pas grève durant leurs congés? Peut être parce que les congés c’est sacré et qu’on n’y touche pas! Et bien, l’éducation des enfants, c’est également sacré donc les profs sont priés de cesser leurs mouvements bidons. C’est normal de baisser le nombre de profs lorsque le nombre d’élèves diminue.

Moi j’ai toujours été dans des classes allant de 30 à 40 élèves. Cela ne m’a pas empêché de suivre mes études. Le problème, c’est que certains profs manquent d’autorité (c’était déjà le cas à mon époque) et ont du mal à sanctionner les touristes. Pour ceux qui ne savant pas, le touriste est l’étudiant (jeune ou moins jeune) qui va en cours pour occuper ses journées, voir ses amis, fumer quelques substances illicites et jouer au foot à la récréation. Les classes sont pleines de touristes à qui il est urgent d’offrir un séjour prolongé dans les filières d’apprentissage pour leur apprendre la vie et accessoirement un métier.

Je suis assez partagé sur l’aspect « soutien scolaire ». Je pense qu’avec de bons profs (d’un bon niveau, pas des tocards aigris qui sont là pour ôter tout espoir au jeune en difficulté) et un rythme scolaire repensé, on pourrait grandement améliorer la situation. Le problème, c’est que beaucoup de profs reservent le même programme d’années en années et n’améliorent pas leurs techniques d’enseignement. Aussi, je propose qu’on sépare le salaire des profs en deux : une part fixe un peu inférieure au fixe actuel et une part variable qui sera liée à l’atteinte d’objectifs de réussite pour les élèves. La part variable sera d’autant plus importante que l’établissement scolaire sera « difficile » afin de motiver les profs à y aller. L’éducation nationale fixera de grandes orientations sur la manière d’enseigner mais cela sera aux profs de fixer les rythmes, de proposer du soutien scolaire adapté ou toute autre forme d’apprentissage pour permettre à ses élèves d’atteindre l’objectif.

Bien entendu, les mauvais profs seront licenciés. Il n’y a aucune raison que cela soit un métier protégé. Un prof, c’est essentiel pour la vie d’un enfant alors s’il est mauvais, il faut le licencier pour qu’il arrête de mettre en danger la progression des enfants.

Pour revenir sur le service minimum, je pense qu’il faut légiférer car il n’est pas normal qu’on en bénéficie ou pas suivant que l’on habite dans une ville de droite ou de gauche. Cette question n’est pas une question de clivage politique mais une question de société, un peu comme la santé publique.

Je pense que cette note va déclencher quelques réactions, à vos plumes… euh claviers 😉





8 commentaires pour “Le service minimum à l’école”
  1. Gilles dit :

    Je te félicite, tu es toujours de Droite, et donc Caricatural 🙂

  2. pascal dit :

    Ce service minimum qui n’en est pas un,je suis plutôt pour.
    Car il faut bien le dire c’est une garderie…..et rien d’autre.
    Faite avec les services municipaux,non pas avec des prof « non grévistes ».
    Je pense que le gouvernement joue sur les mots pour faire plaisir à leurs électeurs.
    Genre :
    Vous voyez, nous on a réussi à faire plier les profs !
    Encore du vent!
    Les enseignents ne devraient pas craindre ce genre de chose et simplement rapeller
    que ce que met en place le gouvernement n’a rien à voir avec un service minimum.

  3. Gilles dit :

    Et en plus, les « gardeurs » seront des agents municipaux. Qui ne feront plus leur travail ? Ca risque pas de pénaliser quelqu’un d’autre ?

  4. Olivier dit :

    On va bien voir ce que cela va donner 😉

  5. Gilles dit :

    Petite histoire drôle : à quand un « service minimum des Députés à l’Assemblée » ?
    Histoire de pas voir une Loi refusée pour cause d’absentéisme ? 😀

  6. Olivier dit :

    C’est une excellente idée. Je pense que l’on devrait suspendre les indemnités des députés qui sont absents aux séances alors qu’ils n’ont pas une bonne excuse (congés maladie, …).

  7. pas perdus dit :

    Le SMA, c’est de la garderie… pas de l’éducation et donc ça n’a rien à voir avec le service public.

    Au fait, si enseignant est si facile, poser votre candidature… même si évidemment le régime des retraites n’est pas le même que celui des parlementaires… Mais que fait la droite ?

  8. Olivier dit :

    Est ce que j’ai écrit à un endroit que le métier d’enseignant était un métier facile?

    C’est un métier qui présente un certain nombre d’avantages : horaires et congés mais aussi quelques inconvénients : salaires et élèves turbulents. Bref, c’est un choix à faire.

    Je précise que je ne suis pas parlementaire et donc par conséquent, je ne bénéficie pas du régime des retraites des parlementaires.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier