12
Jan
06

Le travail au noir vu par TF1





Le droit de savoir

Mardi soir, j’allume ma télévision avant de m’endormir pour voir le sujet de l’émission « Le droit de savoir ». Pour une fois, l’émission ne traite pas de la violence ou de la police mais du phénomène du travail au noir. Je décide donc de regarder l’émission, le sommaire étant plutôt racoleur.

L’émission commence par un reportage dans le milieu de la restauration. On suit ainsi un inspecteur de l’URSSAF dans ses tribulations quotidiennes (au passage, c’est marrant, mais j’avais déjà vu cet inspecteur dans d’autres émissions, une vraie star du petit écran). Il débarque donc un restaurant indien où le gérant se marre ne comprenant pas vraiment la gravité de la situation. Puis il essaye de corrompre l’inspecteur en lui offrant un café. Ensuite, on se retrouve dans un bar d’hôtesses à Pigalles. Là la mère macrelle commence à la jouer ONG humanitaire qui fait cela pour le bien des filles. Après, on a le droit au petit sous traitant du Sentier qui exploite un jeune en lui faisant transporter des kilos sur plusieurs étages pour 3€. Notre ami sous traitant se la joue victime, indiquant que c’est impossible de travailler en France, pourtant, il a de grands locaux en plein centre de Paris et sa veste en cuir semble de très bonne qualité.

Après, c’est le jeune cadre dynamique qui fait refaire son appartement pour pas cher et enfin, le ponpon revient à un habitant de Neuilly sur Seine (92) qui semble gagner énormément d’argent vu son appartement et paye sa secrétaire 350€ par mois pour 10 heures par jour. Plus grave, le pauvre philippin qui s’est cassé le bras en tombant de l’échelle en repeignant l’appartement est moins bien traité que leur propre chien, ni salaire, ni reconnaissance, tout juste un « c’est un ami« . Je ne sais pas pourquoi mais je n’aimerais pas être l’ami de ces gens là. Je passe sur le faux taxi qui escroque les touristes américains.

Bref, au delà de la gravité des différentes situations au regard de la loi, TF1 défonce une fois de plus des portes déjà grandes ouvertes en reprenant de vieux clichés et en noircissant bien le trait. Il n’y a une fois de plus aucun recul par rapport à la situation, aucune analyse. Ils passent plus de temps à montrer le feu de l’action (normal pour l’audience) qu’à décrire ce qui se passe une fois que l’action est passée. Il aurait été intéressant par exemple de décrire le parcours des victimes et des coupables après la condamnation. Il aurait été intéressant de faire parler un juge d’instruction ou monsieur Borloo sur ce sujet aussi. Non, rien que de l’action et des gros clichés, c’est TF1!





Un commentaire pour “Le travail au noir vu par TF1”
  1. Draky dit :

    Et comme c’est TF1, y’a même du cul (Pigalle…). Bon comme d’hab., la 1_re chaîne de France est à gerber. Et je me demande pourquoi 90% du temps où je regarde un écran, il s’agit de celui de mon PC ?



L'autre monde | Thème liquide par Olivier