16
Jan
10

Les affres de la ligne 13 du métro





Voici une note écrite par Mastador sur la ligne 13…

Hier matin, la ligne 13 était à nouveau bloquée!

Voilà bien longtemps que tout le monde réclame le doublement de cette ligne qui relie Paris au 93. Tout le monde, non! mais ceux qui doivent l’emprunter pour aller travailler: comme chacun sait, ce ne sont pas les plus riches!

Voilà bientôt dix ans que Jean-Paul HUCHON est à la tête de la région Ile-de-France, une des plus importantes et des plus riches d’Europe. Certains disent même la plus riche. Les affres de la ligne 13 ne sont que l’emblème d’un bilan désastreux. Où sont les logements, les crèches, la voirie, les services publics, la sécurité que ce président promettait? Bien sûr, pour lui, l’Etat et le gouvernement, qu’il ne cesse de critiquer, est le seul responsable. Que fait-il de la décentralisation et de l’envol du nombre des agents des collectivités locales (+ 75% en 15 ans), comme des impots locaux?

Ne manifestait-il pas sa colère vis-à-vis de la RATP, qui avait, selon lui, les moyens de mettre un terme à la grève qui a pénalisé si lourdement des millions d’usagers, en donnant aux conducteurs de RER la prime de 160 euro qu’ils réclamaient? Bel esprit civique, belle démagogie, belle et dangereuse faiblesse vis-à-vis de revendications proprement scandaleuses! Sait-on que ces conducteurs conduisent les voyageurs deux heures et demie par jour? Sait-on qu’ils gagnent plus qu’un maître de conférence des universités?

10 ans, c’est assez! Que Jean-Paul Huchon laisse la place à Valérie Pécresse, qui est en passe de réussir la réforme des universités, accédant enfin à l’autonomie (51 sur 85) et – enfin! – dotées de moyens jamais attribués auparavant. Hélas, on peut craindre que la population ne vote encore pour ce mauvais gestionnaire parce qu’il est « de gauche ». Quand les électeurs prendront-ils plus en compte les états de service plutôt que la couleur politique? Où sont actuellement l’élan, les propositions, le progrès? A gauche?





9 commentaires pour “Les affres de la ligne 13 du métro”
  1. pascal dit :

    je ne crois pas que le simple fait que Jean-Paul Huchon soit de gauche suffise pour qu’il soit réélu.
    Quel mépris des électeurs !!!

  2. Olivier dit :

    Objectivement, à part être de gauche, je ne crois pas que cela soit sur ses grandes réussites qu’il puisse s’appuyer, il n’a que la légitimité du parti, pas celle des résultats…

  3. Gilles dit :

    Donc tu prends les électeurs d’IDF pour des cons 🙂

  4. Olivier dit :

    La première fois, ils ne savaient pas pour qui ils allaient voter… Maintenant, s’ils revotent pour lui, ils ne pourront s’en prendre qu’à eux mêmes… Après, ceux qui votent pour Huchon ne sont pas forcément ceux qui souffrent des problèmes dans les transports ou pour trouver un logement…

  5. Gilles dit :

    LOL vu le pourcentage de gens qui utilisent les transports, ton argument ne tient pas 🙂
    « Ils ne savaient pas » alors qu’avec Précresse, c’est clair qu’on sait de suite 🙂 surtout avec son super taux d’absentéisme au Conseil Régional (démontré par le Parisien)…

  6. Olivier dit :

    Pécresse est ministre… Elle a dit qu’elle quitterait son ministère si jamais elle était élue. Elle sera donc plus présente.

    Pour les transports, je pense que beaucoup de gens le vivent comme une fatalité et n’imaginent pas que la situation puisse être améliorée alors que c’est juste une question de volonté politique de mon point de vue…

  7. Medorius dit :

    Ce qui me frappe, dans les articles de journaux, comme dans ces commentaires, c’est la propention au procès d’intention, souvent en fonction de la couleur politique. Mieux vaudrait prendre en compte les actes, les états de service.
    J’aimerais bien savoir ce « qu’on sait tout de suite avec Pécresse ».

  8. Medorius dit :

    Suite…
    Celà dit, compliment pour compliment, j’aime bien ton humour caustique, Gilles, souvent ajusté, peut-être trop unidirectionnel.
    Il y a les bons, toujours bons et les méchants, toujours méchants. La vérité n’y trouve pas son compte, ni la prise en compte de l’autre opinion. La querelle gauloise serait-elle donc une caractéristique éternelle de l’identité nationale?

  9. Olivier dit :

    Exactement, cela fait partie de notre identité nationale, c’est bien triste mais comme c’est profondément ancré, je ne vois pas trop comment en finir avec ce mode de fonctionnement contestataire…



L'autre monde | Thème liquide par Olivier