8
Mar
08

Les embouteillages décryptés





J’ai trouvé cet article sur le blog « kickandblog ». Il explique comment se forment les embouteillages. Des chercheurs japonais ont mené une expérience intéressante. Ils ont fait tourner 22 véhicules sur un cercle en leur demandant de conserver une vitesse constante. Au début, tout va bien. Puis petit à petit, la vitesse fluctue un peu et cela finit pas créer des embouteillages comme on peut le voir sur cette vidéo.

En fait, cela fait assez longtemps que je réfléchis à ce problème récurrent dans notre société des embouteillages. Je pense qu’il existe un certain nombre solutions technologiques pour résorber ce fléau qui coûte cher à l’environnement et à la croissance. Il faut adapter les véhicules et les routes. Sur les véhicules, il faut mettre en place un vrai pilote automatique. Lorsque l’on rentre sur une route donnée, le pilote automatique se met en route et cale sa vitesse sur celle de la voiture précédente. Il détecte les bords de la voie et le véhicule précédent grâce à des capteurs posés sur la carrosserie ce qui lui permet de conserver une distance de sécurité suffisante et une trajectoire correcte.

Bien entendu, il faut dédier une voie pour ces véhicules car si l’on mélange des véhicules supportant ce système avec des véhicules ne le supportant pas, cela ne sert à rien. Pour gérer l’entrée et la sortie, il faut utiliser le principe du tapis roulant à vitesse variable. A partir d’un endroit, les voitures commencent à accélérer de matière progressive et de la même manière, au bout de la route, elles ralentissent de manière progressive. Il faut un buffer (zone tampon) en entrée et en sortie suffisamment importants pour absorber le flux.

Afin de fiabiliser un tel système, on pourrait envisager à terme l’établissement d’un protocole de communication entre les véhicules gérés par l’autoroute. Les véhicules communiqueraient entre eux et pourraient ainsi adapter leur comportement les uns aux autres. L’utilisation du GPS permettrait de valider la position réelle des véhicules les uns par rapport aux autres. C’est un peu la rencontre de l’automobile avec les réseaux. Cela ne me semble pas compliqué à mettre en oeuvre d’un point de vue technologique. Après, c’est une question de volonté politique car on le sait bien, lorsqu’il s’agit d’innover, les constructeurs automobiles ont un peu de mal à se lancer.

Un tel système aura évidemment un impact très positif sur les accidents de la route.





7 commentaires pour “Les embouteillages décryptés”
  1. Gilles dit :

    Oué, je vois bien Mercedes ou Porsche avec un tel système pour vendre leurs voitures : oui monsieur, grâce à ça plus de bouchons mais par contre vous irez pas plus vite qu’une 207 🙂

  2. Olivier dit :

    Avoir une Porsche aujourd’hui, c’est bien pour frimer, s’amuser sur circuit ou perdre son permis en deux jours… 😉

  3. Gilles dit :

    Ben tu vas rire mais Porsche se portant bien, je pense pas qu’on aille vers une amélioration 😉
    Et j’ai pris les extrêmes mais dans ce cas, faudrait juste vendre des voitures avec limitation/bridage à x km/h 😉

  4. Olivier dit :

    Porsche est une boîte en effet très rentable car son positionnement marketing est excellent et ils font une très bonne marge sur leurs voitures.

    Pourquoi pas brider les voitures? Quel est l’intérêt d’avoir une voiture qui peut rouler à 250 Km/h lorsque tu n’as pas le droit de dépasser 130 Km/h? C’est un peu une incitation à l’illégalité…

  5. Gilles dit :

    Je suis d’accord mais quel sera alors l’argument de vente d’une Ferrari ?
    Super, j’ai une Ferrari qui roule à 130 ? LOL

  6. Olivier dit :

    Quand tu as les moyens de te payer une Ferrari, tu as les moyens pour te payer l’abonnement pour accéder à un circuit où tu peux aller te crasher sans risquer la vie des autres 😉

  7. Gilles dit :

    Pas marrant. Aller vite, c’est en fait plus vite que les autres nuls avec leurs petites voitures 🙂



L'autre monde | Thème liquide par Olivier