8
Fév
10

Les transports en IDF : facteur de décroissance





Le cabinet Technologia vient de réaliser une étude très intéressante qui met en lumière l’impact catastrophique des transports en commun sur la santé des franciliens. Ils abordent de manière directe un problème critique engendré par la piètre qualité des transports en commun : le stress des salariés.

Les médias passent leur temps à relayer les grèves à répétition des nantis de la RATP et de la SNCF mais il ne parlent pas souvent de l’impact sur les salariés de ces mêmes grèves, comme si c’était un problème secondaire. Il faut dire que les salariés n’ont pas vraiment de moyen d’action pour se faire entendre face à ces prises d’otages à répétition. Si ces grèves permettent d’améliorer le traitement des fonctionnaires de la RATP et de la SNCF, elles ont un impact énorme sur les salariés et donc sur les entreprises et l’économie française.

Les salariés sont stressés, irrités et souvent en retard. Ils doivent se justifier par rapport à des retards donc ils sont les premières victimes. Les entreprises payent le prix fort de l’incurie des entreprises publiques et du STIF.

Ce rapport fait un certain nombre de propositions mais malheureusement, ces propositions visent pour la plupart à imposer des contraintes supplémentaires aux entreprises, comme si elles étaient les seules capables de résoudre ce problème et qu’il ne fallait plus compter sur la SNCF et la RATP pour améliorer la situation. Vous me direz, ils sont peut être plus lucides que moi là dessus.

Voici mes propositions concrètes pour une amélioration des transports :

  • formation de personnels municipaux et personnels militaires à la conduite des métros et RER pour les utiliser en remplacement des grévistes afin que la grève soit sans impact sur les passagers.
  • sécurisation de tous les quais (comme sur la ligne 14) afin de limiter les suicides  liés aux personnes qui se jettent sur les voies (un tous les deux jours en région parisienne).
  • privatisation de la RATP et de la SNCF afin d’améliorer le service et la rentabilité, passage aux 35h pour les cheminots.
  • mise en place d’un système d’indemnisation des entreprises par la RATP et la SNCF pour compenser les retards qu’elles causent : l’entreprise envoie une note justifiée à la RATP et à la SNCF qui payent sous 30 jours et en échange l’entreprise paye normalement le salarié même s’il était en retard (à cause des transports bien entendu, pas pour le réveil qui n’a pas sonné). Le financement de cette caisse d’indemnisation sera assuré à partir du budget alloué aux primes des employés de la RATP et de la SNCF.
  • généralisation du télétravail dans toutes les entreprises où c’est possible. Ce n’est pas ancré dans la culture française. Il faut donc conduire un vrai débat là dessus pour trouver un cadre légal intéressant pour l’entreprise comme pour l’employé.
  • dépolitisation du STIF. Il faut que le STIF soit une autorité indépendante dirigée par une personnalité issue de la société civile et non un homme politique incapable d’agir à cause des enjeux électoraux.

Bref, il est temps d’en finir avec ce système féodal où quelques centaines de nantis peuvent impacter la vie de millions de franciliens. Cette utopie n’est plus acceptable au 21e siècle!





21 commentaires pour “Les transports en IDF : facteur de décroissance”
  1. pascal dit :

    J’adore ta première proposition !
    je crois que je vais avoir du mal à m’en remettre ( de rire).
    A part ça ne pas oublier que les francilliens habitent de plus en plus loin ( hausse énorme de l’immobilier),
    que les infrastructures férovières sont toujours les mêmes avec 3 fois plus de trains..Forcemment ça coince un peu…..Et quand je dis un peu…
    L’impact des grêves et dérisoire par rapport à cela…
    Les accidents de personnes sont un vrai fléau pour la régularité des circulations
    là dessus on peu être d’accord.

  2. Olivier dit :

    Tu considères probablement que les cheminote sont irremplaçables et indispensables? C’est vite oublier que les cimetières sont remplis de gens irremplaçables et indispensables…

    Il faudra bien entendu plusieurs mois de formation pour ces personnes mais c’est le prix à payer pour en finir avec l’impact des grèves qui est malgré ce que tu indiques pas dérisoire… Va en parler avec les clients de la ligne A du RER, je pense qu’ils n’ont pas la même conception du dérisoire que toi…

  3. pascal dit :

    Va faire un tour au PC RATP de Vincennes
    ou au PC de St Lazare aux heures de pointes tu verras des gens au travail….
    Tu verras comment ils doivent jongler avec les trains au moindre pépin.
    Qu’avec un train toutes les trente secondes sur le RER A, toute bonne volonté à ses limites.
    Quand aux irremplaçables je suis bien d’accord avec toi ( ça fait 2 fois c’est bizare….).
    Je n’ai pas dit que les grêves avaient un effet dérisoire.J’ai ajouté :
    Par rapport à cela…
    Nuance importante.

  4. Olivier dit :

    Ce n’est pas parce que le quotidien est déjà difficile que les grèves n’ont qu’un impact dérisoire par rapport au quotidien… Lorsqu’il y a une grève, suivant le taux de grèvistes, l’impact peut être énorme, bien plus élevé que la plupart des problèmes techniques…

    En ce qui concerne les problèmes techniques, c’est le lot de toutes les entreprises ou presque. Crois tu que cela ne soit pas compliqué de faire décoller un avion toutes les minutes à Roissy sachant qu’il faut coordonner X compagnies aériennes de Y nationalités? Je crois que le challenge est tout autre et pourtant, ça fonctionne pas trop mal…

  5. pascal dit :

    Je te dis simplement que reduire les problèmes de transports en commun en IDF
    aux grêves n’a aucun sens et ne relève QUE de ta méconnaissance du sujet et de ton parti pris.

  6. Olivier dit :

    Je n’ai pas réduit le problème des transports en commun aux grèves, j’ai aussi parlé des suicides…

    Les problèmes techniques ne sont pas selon moi quelque chose de spécifique au secteur des transports en commun dans le sens où contrairement aux grèves à répétition et aux suicides sur les voies, les problèmes techniques touchent toutes les entreprises qui les règlent avec plus ou moins d’efficacité. C’est une difficulté à la RATP et à la SNCF mais ce n’est pas une spécificité contrairement aux grèves et aux suicides que l’on ne retrouve dans aucun autre domaine avec une telle prédominance.

  7. Gilles dit :

    Pour les suicides, tu en a plus chez FT 😛
    Ok, je sors 🙂

    Perso, je suis content de ne plus subir les transports en commun tous les jours.
    En échange, je pollue plus (2 voitures), je consomme plus (plein d’essence trop régulier)…
    Mmmm pas de solution, dans les 2 cas le transport… c’est la dèche 🙁
    (J’aime quand même prendre mon vélo électrique quand c’est possible, car 0 tracas, 0 blabla :P)

  8. Olivier dit :

    Non c’est faux, tu en as même chez FT. Et quand bien même tu en aurais plus, il faudrait quand même protéger les voies pour empêcher ces drames.

  9. pascal dit :

    Si en plus c’est un employé de chez FT qui se jette sous un train!! Bonjour les statistiques…
    Plus sérieusement, vouloir sécuriser tous les quais de toutes les gares et stations de métro couterait très cher
    et n’empêcherait pas à un candidat au suicide de s’allonger sur la voie entre 2 gares…

  10. Olivier dit :

    C’est sûr que cela n’empêchera pas les suicides entre 2 gares, notamment pour la SNCF où l’accès aux voies est plus simple à certains endroits que dans le métro où il y a quand même beaucoup de tunnels… Cependant, cela réduirait les risques.

  11. Gilles dit :

    On devrait mettre des cabines à suicides dans les gares, comme dans Futurama (pour ceusses qui connaissent)…

  12. pascal dit :

    Eh bien que se passe t’il chez IKEA ??
    Si les employés du privé se mettent à faire grêve ou va-t-on…..
    Il sont aujourd’hui les portes parole de tous les employés de magasins explotés et mal,très mal payés.
    Je crains qu’ils ne s’éssouflent rapidemment car ils n’ont pas la culture de la lutte ouvrière et les préssions des petits chefs doivent êtres enormes.
    Mais je les soutiens comme tout le monde devrait le faire,nottament en boycotant ces magasins ouverts le dimanche.

  13. Olivier dit :

    Tu préconises qu’on boycotte la SNCF et la RATP aussi? Si je suis ton raisonnement, cela serait logique non? Les cheminots sont exploités et font grève donc il faut boycotter la SNCF et la RATP pour leur mettre la pression.

    Il n’y a jamais eu de boycott vraiment efficace pour faire pression sur des patrons à ma connaissance.

    Aller chez Ikéa, cela constitue un peu la sortie loisir pas chère du dimanche pour beaucoup de monde. Au lieu dans un musée pour voir de jolies choses, ils vont chez Ikéa, le « rêve » à portée de main.

    Pour ce qui est des salariés, soyons lucides, ils ne sont que les victimes d’un système dont le consommateur est l’un des principaux complices. Ikéa a fait son succès sur des meubles très bon marché. A un moment, il n’y a pas de miracle, il faut serrer tous les coûts pour en arriver là. Maintenant, je doute que beaucoup de clients soient prêt à payer ces meubles plus chers pour que les employés soient mieux payés. C’est un peu comme les délocalisations. Tout le monde trouve cela scandaleux mais au moment de passer à la caisse, beaucoup son bien contents de payer leurs fringues à un tout petit prix et oublient alors bien vite les destins brisés des émployés ayant perdu leur emploi…

  14. pascal dit :

    Ton dernier paragraphe me fais plaisir.
    Mais ce n’est pas parce que « c’est comme ça » qu’il faut y adherer et trouver cela normal.

  15. Olivier dit :

    Le seul moyen de ne pas adhérer à ce système, c’est de n’acheter que des produits où tu considères que les conditions sociales des salariés sont décentes… Tu risques de chercher longtemps ou de payer très cher…

  16. Hadrien dit :

    Je me réjouis de voir l’interêt suscité par les transports en Ile-de-France. C’est pleinement justifié.
    Je ne crois pas la proposition d’Olivier très réaliste. mais je constate que personne d’autre n’a de proposition à faire, si ce n’est de soutenir systématiquement les grévistes. Le résultat n’est pas vraiment convaincant.
    Qu’a fait le président de la région Ile-de-France, en matière de transports, comme d’ailleurs de logements? A peu près rien! Ma proposition est donc d’en changer.

  17. pascal dit :

    Les solutions existent et elles sont assez simples mon cher Hadrien.
    Bien loin des écrans de fumées agités par la droite.Je vais te parler de choses très concrétes.Les gens qui travaillent à Paris habitent de plus en plus loin,c’est un fait.Les TGV paris-le mans ou paris-lille ou même paris-tours sont quasiment utilisés comme des trains de banlieue.
    Alors que dire des véritables trains de banlieue tels que la ligne A du RER totalement saturée nottament en direction de Cergy ( ville nouvelle dont la démographie à tout simplement explosé ces 20 dernières années).
    LES SOLUTIONS :
    tripler voir quadrupler les voies du viaduc de Nanterre.
    Raser les pavillons le long de la voie 1 entre houilles-carrières et maisons-laffitte pour construre des voies supplémentaires.

    Entre paris et mantes la jolie :
    1 voie supplémentaire entre La garenne-colombes et houilles carrières.Idem entre Epones- mézieres et mantes la jolie.

    Ligne de paris à Versailles- st nom.
    Refaire le tunnel de St cloud afin de doubler voir quadrupler les voies.

    J’arrète là mes propositions très concrètes.
    Il en va des voies de chemin de fer comme des routes ( et encore c’est pire sur les voies férés car on peut difficilement effectuer un dépassement).
    Quand c’est saturé,ça fait des bouchons.
    Tu vois que ce n’est qu’une histoire de gros sous et de choix.
    Nous sommes loin des histoires gauche-droite et de ces satanés grêvistes qui ne pensent qu’à leur petit confort.
    Quand à la privatisation…Je n’imagine même pas une entreprise qui aurait les reins assez solides pour envisager de tels travaux.

  18. Olivier dit :

    Ce qui est certain, c’est que la SNCF n’engagera jamais de tels travaux seule, elle n’est pas assez rentable pour ça… Il faudra donc que le contribuable mette la main à la patte, une fois de plus…

    Moi j’en ai marre de verser des sous pour financer les jours de grèves… Si la SNCF était plus stable et plus rentable, on n’en serait sûrement pas là…

  19. pascal dit :

    Il faut savoir choisir Olivier:
    D’un côté une entreprise publique basée (pour faire court) sur la mutualité et l’effort de tous ( je rappelle au passage que les cheminots paient aussi des impots).
    Et de l’autre une entreprise privée avec des actionnaires qui n’auront qu’un but:
    Encaisser des bénéfices quelquefois au détriment des investissements.
    ( voir l’état du réseau en angleterre )

  20. Olivier dit :

    Je ne suis pas d’accord avec ton analyse. Une entreprise peut très bien être privée et investir sans être à la solde d’actionnaires trop gourmands… Regarde par exemple Air France, bel exemple de réussite à mon sens mais ce n’est pas le seul.

    En ce qui concerne l’effort de tous, je crois qu’il sera raisonnable d’en parler lorsque certains cheminots cesseront de se mettre en grève de manière systématique pour un « oui » ou un « non ». Car les efforts, ce sont surtout les personnes qui subissent les grèves qui doivent les faire… D’autant plus que les cheminots ne payent pas le train, pas plus que leur famille.

  21. Elise DURUPT dit :

    Excellent post, je visiterai ce blog a nouveau !



L'autre monde | Thème liquide par Olivier