29
Déc
12

Les voeux de François d’Hollande





Mes chers camarades de gauche,

J’ai décidé de m’adresser à vous en cette fin d’année 2012 pour dresser un premier bilan de mon action gouvernementale. Le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai tenu toutes mes promesses : Ségolène a complètement disparu de la scène politique et Valérie n’arrive plus à tweeter depuis que je lui ai pris un forfait sans la data chez Free.

Dans l’organisation du pouvoir, avec Jean-Marc Ayrault, j’ai trouvé un premier ministre à la hauteur de mon incompétence. Il est régulièrement contredit par ses ministres et n’a aucune autorité, ça me laisse les coudées franches pour buller à l’Elysée, il risque pas de me faire de l’ombre.

Et puis, j’avais promis de vous divertir, on peut dire qu’on s’est bien marrés. Dès que c’est trop calme, j’envoie Montebourg battre la campagne et hop, il nous déclenche une petite polémique dont il a le secret. Dommage qu’il soit plus avec Audrey, j’aimais bien quand ils venaient dîner à l’Elysée, elle arrêtait pas de se crêper le chignon avec Val, on rigolait bien.

Bon et vous avez vu un peu la gauche plurielle? J’ai eu le nez creu de faire entrer Duflot au gouvernement. On l’entend plus glousser la poule. Elle est tellement attachée à son poste de ministre que tout son parti est en train de la laisser tomber. Il faut dire qu’ils nous font chier à Notre Dame des Landes. Si ça traîne trop, où est-ce que je vais atterrir avec mon jet moi la prochaine fois que je vais aller en week end sur la côte? Val ne veut plus prendre la 607, elle dit que ça dure trop longtemps et elle n’aime pas quand ça dure Val…

L’autre jour, je suis allé à Rungis. Y a un poissonnier qui voulait me filer de la morue. Je lui ai dit non merci, j’en ai déjà assez comme ça à la maison…

Allez, j’arrête de vous raconter ma vie car vous vous en foutez. Je vais plutôt faire quelques voeux pour 2013.

Mon premier voeu, c’est que Mittal continue de faire danser Edouard Martin à Florange car moi à chaque fois que je le vois au bord des larmes à la télévision, je suis tout ému et Val doit me consoler ensuite. Comme ça on peut faire un gros câlin. Sinon, qu’est-ce qu’elle est froide…

Mon deuxième voeu, c’est que Sarkozy s’active un peu plus sur la scène internationale car sinon, on parlera bientôt plus du Swaziland que de la France dans les journaux étrangers.

Mon troisième voeu, c’est que les syndicats arrêtent de me mettre la pression. J’ai apprécié leur soutien lors de la campagne mais tout comme le soutien des verts avec leur accord signé sur un coin de table, je ne me sens pas tenu politiquement par des gens qui représentent à peine 2% de la population.

Mon quatrième voeu, c’est que le chômage baisse. Pour cela, j’ai décidé de changer la manière dont les statistiques seraient calculées. Toute personne venant s’inscrire à Pôle Emploi ne sera plus considérée comme un chômeur mais comme un employé de Pôle Emploi. C’est pas une bonne idée ça? Bien entendu, on ne lui demandera pas de travailler, cela restera un emploi fictif subventionné.

Mon dernier voeu, c’est que Gérard Depardieu rentre en France. Car s’il ne rentre pas, cela risque de créer un appel d’air et après, il n’y aura plus personne pour financer l’assistanat. Et s’il n’y a plus d’assistanat, il n’y aura plus d’électeurs pour prolonger mes vacances à l’Elysée. Alors Gérard, je t’en supplie, reviens. J’ai passé un coup de fil à Cahuzac, il va te filer 2-3 tuyaux pour améliorer ta trésorerie. Rien d’illégal tu verras, tant que cela ne se sait pas bien sûr…

Voilà, je vous souhaite une bonne année 2013. Si tous mes voeux sont exaucés, alors vous serez heureux, vous verrez…

 

 

François d’Hollande

Président de la République Populaire de France





Un commentaire pour “Les voeux de François d’Hollande”
  1. Medorius dit :

    Les voeux de F.HOLLANDE étaient aussi mauvais que ceux de N. SARKOZY l’année dernière.
    Les Français attendent toujours le virage de plus en plus nécessaire. Se glorifier du retour partiel à la retraite à 60 ans est un non-sens dramatique. Ne pas augmenter le temps de travail ni demander aux chômeurs de participer à des travaux d’intérêt public l’est tout autant. Ne rien dire sur la manière dont on va réduire une fonction publique pléthorique et les blocages administratifs qui en découlent achève – hélas ! – le tryptique d’un échec annoncé.
    Même imprécision sur l’école, juste choix prioritaire du président. Il ne suffit pas d’augmenter le nombre des enseignants. Il faut aussi réformer les méthodes de l’enseignement primaire, qui ont abouti à un déclassement honteux de l’école de la République et ont fait les chômeurs d’aujourd’hui.
    La nécessaire justice sociale, ce n’est seulement augmenter les impôts des classes riches et moyennes et, ainsi, réduire la consommation et l’investissement, mais actionner les 3 leviers ci-dessus, qui, seuls, peuvent redresser la croissance et l’emploi.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier