24
Oct
08

L’explosion de la bulle immobilière





C’est désormais une réalité, largement accentuée ces dernières semaines par la crise financière internationale, la bulle immobilière est en train d’exploser en France. Hier soir, j’ai regardé un reportage à ce sujet sur France 2 qui démontrait l’ampleur d’un phénomène dont l’ampleur n’avait visiblement pas été anticipée par les professionnels du secteur ce qui montre sa soudaineté et sa brutalité.

Ainsi, on voyait un promoteur, incapable de terminer ses chantiers et de livrer les appartements vendus des mois auparavant faute d’une trésorerie suffisante pour régler les entrepreneurs. Ce manque de trésorerie était dû à un stock important d’appartements invendus, preuve que la crise n’avait pas été anticipée.

Autre point, tout aussi dramatique, celui des personnes prises dans l’engrenage des crédits relais qui se retrouvent avec deux biens à rembourser. Là encore, on voyait leur désarroi face aux agents immobiliers leur conseillant de casser les prix pour réussir enfin à vendre leur bien.

C’est tout un système qui est en train de se casser la figure comme un château de cartes. Pendant des années, les vendeurs se sont laissés bercer par les sirènes de la plus value facile. La chute est donc particulièrement brutale aujourd’hui. Pourtant, il ne fallait pas être bien devin pour savoir que cela viendrait un jour. J’en parlais moi même déjà ici il y a plus d’un an! Les agents immobiliers et en particulier la toute puissante FNAIM ont tout fait pour masquer l’ampleur de cette baisse afin d’en retarder les effets. Ce n’était que reculer pour mieux sauter. Et voilà comment l’atterrissage en douceur promis s’est brusquement transformé en crash mettant ainsi plein de gens dans une situation catastrophique faute d’avoir été raisonnables il y a un an.

Deux exemples qui traduisent bien l’ampleur du phénomène. D’abord, on voyait dans le reportage une agence immobilière, la personne n’avait pas reçu un coup de fil de la journée pour ses nombreuses annonces de vente et de location. Puis, on voyait une vendeuse qui ne comprenait pas ce qui lui arrivait venir baisser son prix pour la troisième fois (-70 K€ en un an sur un bien estimé au départ à 420 K€).

Mon analyse de la situation est que les prix réels (pas ceux affichés) mais ceux inscrits dans les actes authentiques de vente vont connaître une baisse de 15 à 30% sur toute la France (Paris compris) en 2008. Pour 2009, j’ai du mal à entrevoir la tendance, il faut voir comment les banques vont se remettre de la crise financière et si le crédit va un peu se débloquer. Ce qui est sûr, c’est que la chute sera encore plus brutale en 2009 si les banques ne desserrent pas l’étau et si la BCE augmente son taux directeur. La baisse pourrait alors atteindre de 20 à 40% en année pleine.

Conclusion, si vous voulez acheter, il est urgent d’attendre car bientôt, il y aura de très bonnes affaires à réaliser. Et si vous devez vendre, vous avez intérêt à revoir vos prétentions à la baisse car sinon, vous n’êtes pas prêt de vendre.





6 commentaires pour “L’explosion de la bulle immobilière”
  1. Gilles dit :

    Moi qui aimerait réfléchir à l’achat pour 2009, ça me va.
    Mais il y a un contrecoup : acheter pas cher un bien, mais avec un taux à 10% non merci !

  2. Olivier dit :

    C’est sûr mais bon, les taux n’en sont pas encore à 10%… Ceci dit, il paraît qu’il y a 20 ans, les taux étaient très très élevés. Ces derniers temps, nous étions tombés très bas au niveau des taux.

  3. Gilles dit :

    En effet, nos parents empruntaient à presque plus de 10% et ont pu renégocier cette dernière décennie.
    Mais bon….

  4. Olivier dit :

    On va bien voir ce qui va se passer…

  5. Bourgeon François dit :

    Bonjour,
    je crois que la tendance commence à s’inverser car il ne devient plus possible pour un citoyen l’amda de tenir en banlieue parisienne notemment.
    Donc de grande migration de population déjà commencée s’accentue en ce moment à 100km des grandes métropoles afin d’échapper à la surpopulation,à la violence,aux problèmes de transport et les gens recommencent à acquérir à cause de cela.

  6. Olivier dit :

    Bonjour,

    Le grand problème à Paris et en proche banlieue, c’est l’inertie des élus pour libérer des terrains et accélérer le renouvellement urbain. Comment accepter que dans une ville moderne comme Paris, plus de la moitié des immeubles aient plus 80 ans! Résultat, c’est mal foutu, et beaucoup de place est perdue.

    Pour moi, il faut impérativement engager Paris et la proche banlieue dans un grand programme de renouvellement urbain sur 15 ans pour raser tous les immeubles construits avant la guerre (ok, on peut en garder 2-3 comme souvenir du passé) et reconstruire du moderne de qualité avec des parkins, une isolation correcte et un ou deux étages en plus. Avec ça, on gagnera 20% d’appartements en plus au bas mot sans pour autant sombrer dans l’hérésie des tours et des grands ensembles.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier