9
Oct
08

L’expulseur expulsé





J’ai vu un reportage relativement surréaliste hier sur M6. Il traitait des expulsions en France. On y voyait une personne propriétaire d’une maison en région parisienne qu’elle louait. Depuis des mois, son locataire ne payait plus le loyer et ne répondait pas à ses appels. Cette personne propriétaire louait par ailleurs un logement en province. Faute de toucher les loyers sur la maison dont elle était propriétaire, elle se retrouvait dans l’incapacité de payer le sien et une procédure d’expulsion était en cours. Le plus dramatique dans cette affaire, c’est l’irrégularité de la justice dans notre pays.

En effet, la procédure contre la personne propriétaire était en train d’aboutir plus rapidement que l’autre procédure bien qu’elle ait été entamée avant. Du coup, la pauvre propriétaire allait se faire expulsée grâce à une justice qui crée des injustices!

On a un vrai problème avec les expulsions de locataires indésirables en France. Comme on expulse très difficilement, les propriétaires demandent des garanties énormes pour se couvrir sans compter tous les logements qui restent vacants plutôt que d’être loués. Je suis donc pour une réforme de la législation afin que l’Etat s’engage à faire aboutir sous 3 mois toute procédure d’expulsion. Une fois ce délai passé et tant que le locataire n’aura pas été expulsé, l’Etat remboursera les loyers non payés au propriétaire puis se chargera de recouvrir les fonds plus tard auprès du locataire.

Ensuite, un fichier central des mauvais payeurs sera créé. Toute personne expulsée y sera fichée et les propriétaires pourront consulter ce fichier central. Il sera interdit aux propriétaires de refuser une location à un ex mauvais payeur au seul motif qu’il est dans ce fichier si par ailleurs il dispose des ressources suffisantes pour assumer ce loyer. En revanche, le propriétaire pourra exiger le versement du loyer avec trois mois d’avance. En fait, le premier mois, il paye les trois premiers mois puis le second, il paye le 4e, le troisième, il paye le 5e et ainsi de suite.

Ainsi, on sécuriserait le marché de la location ce qui permettrait de grandement le fluidifier. En outre, cela rétablirait un certain équilibre dans la relation locataire – propriétaire qui est en deséquilibre permanent. Au départ, c’est le propriétaire qui a tous les pouvoirs et ensuite, c’est le locataire qui fait ce qu’il veut. Il faut que l’on puisse louer plus facilement mais pour cela, il faut que le propriétaire soit sûr d’être payé régulièrement.

Vous allez me dire que je m’en prends aux plus faibles, que c’est profondément anti social. Il n’en est rien. C’est la situation actuelle qui l’est. L’Etat laisse pourrir des situations car la justice n’est pas assez rapide faisant ainsi peser sur les seuls propriétaires le poids de son incurie. Ceci est d’autant plus vrai qu’il ne permet pas à un certain nombre de se loger dans des HLMs les obligeant ainsi à occuper des appartements dont ils ne peuvent pas assumer les loyers de manière régulière. Pour moi la faute n’est pas au manque de HLMs, il y en a énormément dans certaines villes, moins dans d’autres mais au fait que le plafond de ressources pour en bénéficier est beaucoup trop élevé ce qui permet à trop de gens de bénéficier de HLMs engorgeant ainsi par la même un système qui n’est pas fait pour loger la majorité de la population.

En France, on a trop tendance à croire que l’Etat doit nous fournir un logement et un emploi. Bientôt, on lui demandera même peut être de nous fournir une femme (mais pitié, pas Ségolène)!





16 commentaires pour “L’expulseur expulsé”
  1. K. dit :

    Vous n’êtes peut être pas anti social, vous êtes seulement déconnecté de la réalité.
    La crise de l’immobilier qui paralyse le marché depuis plus d’une décennie ne coïncide pas avec les salaires, avec une loi qui impose que le montant du loyer ne dépasse le tiers des revenus, sachant que 20% de la population active est au SMIC (1200 brut), que plus de 50% des contrats de travail signés actuellement sont des CDD qui n’offrent pas les garanties nécessaires. Que faire de ce constat?
    On laisse des jeunes actifs chez leurs parents parce qu’ils n’offrent pas les garanties nécessaires?
    On refuse quasi-systématiquement la location aux classes moyennes [qui, a un revenu moyen de 2500€ ne peuvent accéder qu’à un loyer de 830€ (un petit T3)]?
    On fiche les locataires?
    Et vous croyez réellement que cela va « fluidifier » le marché? Mise à part le crisper un peu plus je ne vois pas les effets que cela peut avoir.
    Les sommes demandés comme garantie(s) en France sont exorbitantes, et il est inadmissible que des ménages actifs ne puissent pas se loger décemment. Vous parlez des HLM, mais vous croyez sincèrement qu’il n’y a pas un manque d’offres? Comment expliquez vous que la plupart des villes française soit hors la loi en ce qui concerne la part des logements sociaux dans leur parc locatif? Soyez sérieux. Vous avez au demeurant raison sur les plafonds de ressources bien trop élevé pour un l’accès à un logement social.
    Cela étant, vos propositions sont bien plus irréalistes que le reportage qui vous les a inspirés. Le problème du logement dans notre pays vient de partout sauf des garanties fournies par les locataires.

  2. Olivier dit :

    Je n’ai pas dit qu’on allait ficher tous les locataires. Je propose qu’on fiche les mauvais payeurs qui ne représentent pas tous les locataires et heureusement. La difficulté est que lorsqu’un propriétaire tombe sur un mauvais payeur, il est sûr d’y perdre beaucoup d’argent au final : entre 1 et 2 ans de loyers sans compter les frais de justice voire les travaux de remise en état de l’appartement en cas de dégradations…

    Ceci n’encourage pas les propriétaires à prendre des risques et je les comprends. Louer un appartement, c’est aujourd’hui un placement à haut risque dont le rendement n’est pas assuré contrairement à d’autres placements. Donc les propriétaires font tout pour limiter les risques en demandant des garanties irréalistes.

    Il est donc évident qu’en réduisant les délais d’expulsion et en obligeant les ex mauvais payeurs à régler d’avance, on fluidifiera le marché car il y aura alors moins de risques pour le propriétaire et il louera plus facilement.

    En ce qui concerne les HLMs, ils souffrent de leur réputation. Il faut dire que souvent les HLMs font vraiment de la peine à voir. L’architecture est atroce et l’intérieur est insalubre. Ces immeubles ne sont pas entretenus. On y entasse souvent une partie de la misère de la société. Bref, on crée toutes les conditions de la desintégration sociale. Le HLM ne sera accepté que lorsqu’il deviendra l’exception et qu’il sera intégré dans la société.

  3. seb du massif central dit :

    oui il faut prendre le problème a l’envers pourquoi des personnes n’arrivent plus a payer le loyer !

    Même dans ma région il y a des loyers a 900€ pour des couples avec des revenus à 1000€ chacun ça fait chèr pour avoir un bout de pelouse.

    je connai aussi un cas d’un propiétaire qui à des loyers impayés car le mari a quitté la maison.
    Je peu vous dire qu’il a vite revendu la maison car ça a duré longtemps.

  4. Olivier dit :

    Le problème, c’est que beaucoup de gens veulent habiter à des endroits où ce n’est plus possible car les loyers sont trop élevés. Il y a eu à un moment un gros problème d’offre par rapport à la demande mais le remède apporté a été parfois pire que le mal (cf les De Robien vides dans certains coins).

  5. K. dit :

    à seb du massif central

    Je suis totalement d’accord, dans ce billet, je crois que le problème est perçu à l’envers.
    C’est évident que les impayés de loyer sont un fléaux pour les propriétaires mais le mal profond reste la cause de ses impayés.

    Il y a évidemment les locataires peu scrupuleux mais il y a des cons partout, ça on y peut rien, pour ce qui est de la majorité qui est endetté où qui ne parvient pas à joindre les deux bouts même avec un emploi c’est quand même là qu’il y a une situation dramatique. Il faut donc penser cette question, me semble-t-il avec la problématique inflation des loyers/stagnation des salaires/paupérisation de la classe moyenne.

    Et là ce sera l’occasion d’un vrai débat de fond 😉 Et olivier je suis d’accord pour dire que les remèdes apportés ces dernières années sont soit contre-productifs soit un coup dans l’eau (outre Robien on peut citer les maisons borloo qui ont été annoncés et qu’on attend toujours).

    La question se pense donc à un niveau plus élevé qu’un simple locataires méchant/pauvres proprios!

  6. eric dit :

    Pour parler des « robiens » il faut savoir , nombreuses ont été les arnaques surtout qu’en ceux ci ont été acquis lors de démarchage à domicile. La veille les démarcheurs sont ouvriers ou ce que tu veux et le lendemain ils sont spécialistes en placement immobiliers. Les biens sont surrévalués, les prorios ne trouvent pas de locataires, ce qui les mets dans une position inconfortable puisque tant qu’ils n’y a pas de locataires il n’y a pas de défiscalisation pour les proprio qui eux continue à payer un crédit…….souvent à taux variables, et ils sont des centaines et des centaines à s’être fait rouler dans la farine de la sorte. Personnellement, en tant qu’artisan , je suis démarché par téléphone au minimum 2 fois /semaine pour ce genre de placement par de pseudo pros, ça doit être mon crénau socio-professionnel qui doit vouloir ça
    Le monde est une jungle .

  7. Olivier dit :

    Je suis le premier à dénoncer l’inflation des loyers. Si vous croyez que cela m’amuse de faire passer 40% de mon salaire dans un loyer pour me loger dans un appart de mauvaise qualité… Seulement voilà, le marché est comme il est et on ne va pas le changer en 30 secondes malheureusement. Il va falloir une bonne décennie, notamment en région parisienne pour assainir la situation. Les différents gouvernements ont entretenu la bulle immobilière en maintenant l’offre à un niveau très faible par rapport à la demande et en ne sécurisant pas le marché pour les propriétaires : résultat, les prix augmentent faut d’une offre en rapport avec la demande. Ce ne sont pas les salaires qu’il faut augmenter, c’est impossible vu la situation économique, ce sont les loyers qu’il faut faire baisser!

  8. Gilles dit :

    Tu as mal présenté l’émission de M6 qui montrait des cas intéressant (de même que le 100% Mag de fin d’après-midi le même jour avec un couple de petit vieux dont le locataire a pas payé depuis deux ans, le genre sale profiteur).
    Donc on avait plusieurs profils :
    – le locataire qui paye pas mais qui est un « cas soc' » donc pas 100% coupable
    – la grosse profiteuse qui paye pas car elle estime qu’elle a pas a payé (déjà expulsée d’ailleurs par le même huissier) => pas pitié : plus de location pour ce « genre ».
    – la nana qui a dû avoir une maison en héritage et dont le locataire ne paye plus et donc elle risque elle-même la rue car pas de sous pour son propre loyer
    – la nana dans la dèche avec 5 enfants et dont le dossier avance pas faute de logement (pénurie)
    Maintenant dire que les gens veulent habiter dans des endroits où ils ne devraient pas… Tu aimse te farcir une tonne de trajet pour le boulot ?
    Surtout en IdF : on se loge où on peut.
    Partir en province : bah oui, se déraciner complètement en trouvant un boulot dans nos souhaits/qualifications, c’est simple d’un claquement de doigt 🙂
    Pour les proprios, je trouve que la solution, ce sont les loueurs genre agence immobilière : tu veux louer un bien, tu le leur confie et ce sont eux qui te payent le loyer (moins une commission) mais quand le locataire ne paye plus, ils continuent à te payer et font eux-les démarches pour récupérer les sous donc c’est normalement sans risque, juste tu touches un peu moins mais bon c’est ça ou deux ans de procédure chère et tu oublies les loyers impayés au final pour récupérer ton bien.

  9. Olivier dit :

    Les agences immobilières ne prennent jamais en charge les impayés. Il faut souscrire une assurance qui est pas donnée et qui contient pas mal de clauses suspensives (comme toutes les assurances) bref c’est pas la panacée…

    Concernant le temps de trajet, je me tappe une heure aller et une heure retour chaque jour pour aller au boulot. Je ne suis pas le seul dans ce cas en région parisienne. Pour certains, c’est même beaucoup plus. Le problème vient surtout du fait que c’est pas toujours évident de trouver un boulot près de là où on habite et qu’en région parisienne, les temps de transport sont énormes à cause des embouteillages et de tous les problèmes du maillage des transports publics.

    Je ne te dis pas que j’adore me tapper deux heures de transport par jour, loin de là mais c’est comme ça. Je ne suis pas encore parvenu à convaincre mon employeur de prendre des bureaux 3 fois plus chers dans Paris… 😉

    Sinon, pour revenir au cas de la seule du reportage qui habitait en IDF, la mère avec ses 5 enfants, elle était au chômage depuis des lustres et elle habitait un HLM dans le 12e qu’elle n’arrivait pas à payer. Pourquoi ne va t’elle pas habiter en province ou en grande banlieue dans un coin où elle pourra trouver un HLM dans ses prix et où elle sera pas entassée à 5 dans un 2 pièces qu’elle n’arrive pas à payer. De toutes façons, elle n’a pas de boulot donc on ne peut pas dire : « ah ouais mais elle va s’éloigner de son boulot la pauvre ». Non, le souci, c’est qu’en région parisienne, trop de gens veulent habiter à Paris mais n’en ont pas les moyens. D’ailleurs, je trouvais cette mère de famille particulièrement irresponsable. Elle savait depuis des mois qu’elle risquait l’expulsion et le seul truc qu’elle trouvait à faire, c’était d’aller demander au maire du 12e (qui occupe également un HLM soit dit au passage) qu’elle bloque la procédure d’expulsion au lieu de chercher un boulot et un logement qu’elle puisse payer. Bon tu me diras, le problème quand tu bosses, c’est que tu ne peux plus regarder JPP à 13h puis les feux de l’amour, c’est un peu la double peine…

  10. Gilles dit :

    Tu t’égares, on ne sait pas ses conditions de chômage…
    Sinon, tu connais le prix d’un déménagement en province ? Côté argent et pour les enfants ?

  11. eric dit :

    salaud de chômeurs, c’est vrai ça quoi, ils peuvent pas aller bosser à 2H de chez eux, avec des cdi de 25H/semaine pour 800€/mois ? font chier tout ces pauvres.
    Plus sérieusement olivier, relis toi, tu tiens un vrai discours réac. Penses seulement 2mn à tout ces gens qui gagnent les smic, voir moins (caissière de supermarché etc), et qui ne s’en sortent que grâce au cumul du salaire de leur conjoint. Puis, pour une raison x ou y le conjoint n’est plus là et là c’est la cata complète.
    Quand j’étais gamin, j’ai 47 ans, les quelques très rare gars que l’on voyait vivoter dans la rue avec leur petit chariot, on les appelait « les clochards », le plus souvent des cas sociaux, des repris de justice, des alcooliques notoires etc
    Maintenant, 35 ans plus tard,on les appelle des SDF, ils sont 100 fois plus nombreux, certains travaillent même, parfois ils dorment dans leur voiture, certains plus « chanceux » retournent vivre chez leurs parents ou l’un de leur parents, tu crois que ces gens sont tous des tirs aux flancs, des profiteurs de la société? qu’ils restent à vivre dans ces conditions pour voir les feux de l’amour?
    Ne crois tu pas plutôt qu’il y a aujourd’hui un très grave problème de société, et que ce n’est pas de stigmatiser les chômeurs et les plus démunis qui solutionnera le problème.
    Aujourd’hui tout les états des grands pays industrialisés sont prêts à sortir des centaines de milliards pour sauver les banquiers de leurs comportement irresponsable, par contre la famine et la misère dans le monde continue toujours son expansion. Haa c’est vrai ce ne sont que des salauds de pauvres.

  12. Olivier dit :

    L’état subventionne le déménagement des gens lorsque cela leur permet de retrouver un emploi…

    C’est marrant ce système qui consiste à présenter des cas extrêmes (le travailleur qui dort dans sa bagnole) pour occulter le reste. Bien sûr que c’est pas normal qu’un gars soit obligé de dormir dans sa bagnole parce qu’il ne peut pas se payer un logement. Le problème, c’est que les HLMs sont peuplés de gens qui ont des ressources qui leur permettraient de se loger dans le privé ce qui fait qu’une partie du parc n’est pas disponible pour les plus démunis.

    Maintenant, concernant cette mère de famille, je suis désolé mais son attitude m’a profondément choqué. Lorsque tu es dans sa situation, tu te bouges pour trouver un emploi et un appart que tu puisses payer mais tu arrêtes de pleurer auprès du maire pour qu’il n’applique pas la loi. De toutes façons, je suis pour qu’on occupe toutes les personnes percevant des indemnités sociales que cela soit à faire de la garde d’enfants, du soutien scolaire, de l’aide aux personnes âgées, des petits travaux ou autres… Il ne faut plus qu’un euro donné soit un euro gratuit.

  13. Gilles dit :

    Sauf que tu connais pas son parcours.
    Elle a peut-être déjà fait toutes les démarches, etc. mais le reportage le disait pas…

  14. Olivier dit :

    Le reportage indiquait qu’elle était au chômage depuis très longtemps…

  15. Gilles dit :

    Et ça veut rien dire…

  16. Olivier dit :

    C’est marrant ça, quand il y a un cas aussi gros, ça ne veut rien dire et par contre, dans l’autre sens, le seul fait d’être patron, même si aucune fraude n’est avérée, c’est tout de suite un salaud… Marrant non?

    Juste pour finir sur la nana qui vivait à paris avec ses enfants, j’ai revu le reportage sur M6 cet après midi. Donc elle touchait plusieurs indemnités (allocations familiales, aide pour le logement, etc…) sans compter le fait qu’elle était dans un HLM. Et elle tenait encore un discours agressif vis à vis de la société du genre : « moi je ne touche que 800€ par mois, donc soit je paye mon loyer, soit je nourris mes enfants mais je sais pas comment faire! ». Il y en a vraiment marre de ces personnes qui comptent toujours sur la société pour résoudre leurs problèmes. Encore une à qui les parents n’ont pas appris que dans la vie, il fallait se retrousser les manches et bosser dur pour y arriver. Désolant…

    Vous allez trouver que je suis dur, que je juge, etc… Mais moi je me lève tous les matins pour aller bosser, je me tappe 2h de trajet chaque jour pour aller bosser, je vis dans un appart pourri et non subventionné que je paye très cher. Je ne parle pas de la quantité d’impôts que je paye depuis des années. Mais ce qui me fout le plus en rogne, c’est que cela puisse servir à entretenir des cas sociaux dont la seule capacité est de demander, toujours demander alors qu’à côté de cela, les vieux ne trouvent pas de places en maisons de retraite, les handicapés n’ont pas accès à grand chose et la dette explose (mais on s’en fout, la plupart ne seront plus là pour payer l’addition). Bienvenue dans une société équitable…



L'autre monde | Thème liquide par Olivier