12
Juin
05

Libération de Florence Aubenas et Hussein Anoun





C’est officiel, la nouvelle vient tout juste de tomber. Selon la porte-parole adjointe du Quai d’Orsay, Cécile Pozzo di Borgo, Florence Aubenas vient d’être libérée. Elle est en route pour la France où elle arrivera en fin de journée après une escale à Chypre.

Cette libération met fin à 158 jours de captivité en Irak. En effet, il étaient retenus otages depuis le 5 janvier 2005. Si je me réjouis de cette libération, je me pose la question de tout cela. Qui seront les prochains français à être capturés en Irak? Est ce que le devoir d’information doit primer sur la sécurité? Selon moi non, il y a une limite à tout et je pense que les journalistes vont trop loin en Irak. Ils se jettent dans la gueule du loup et ce en connaissance de cause. Alors ils devraient arrêter. Nous aurons toujours des informations venant d’Irak, qu’il y ait des journalistes français là bas ou pas mais continuer d’y aller est suicidaire. Je me demande également pourquoi nos journalistes ne couvrent pas des conflits plus larvés en Afrique mais moins médiatisés à ce jour, la rançon du risque est moins importante, l’excitation est plus faible? Pourquoi ce désir d’aller là où le risque est immense? Je pense qu’il faudrait mettre ces journalistes qui bravent le risque en connaissance de cause face à leurs responsabilités. La France ne peut pas se focaliser pendant des mois et dépenser des fortunes (100 personnes des services secrets français mobilisés depuis le début de l’année 2005, une éventuelle rançon, une logistique très lourde pour la libération) pour retrouver des journalistes qui se sont presque jettés dans la gueule du loup. Je pense que Libération qui emploie Florence Aubenas devrait régler la note à l’état français, ce n’est pas au contribuable de supporter la charge de cette prise d’otages qui est intervenue dans le cadre de l’exercice des fonctions d’un employé d’une entreprise privée.

En conclusion, je pense que le cas d’Ingrid Bétancourt demande plus d’attention qu’on en porte actuellement par exemple. Je me réjouis de la libération de Florence Aubenas mais j’aimerais ne plus avoir à m’angoisser pour des journalistes qui prennent trop de risques.







L'autre monde | Thème liquide par Olivier