7
Mai
09

Ma prison va craquer…





Les prisons françaises sont au bord de l’explosion. Cela fait 20 ans qu’on nous parle de la surpopulation carcérale, 20 ans que l’on a environ 50.000 places pour environ 60.000 détenus. Certains irresponsables disent que l’on n’a qu’à être moins répressifs pour vider les prisons. Le problème, c’est que l’on est déjà très laxistes. Entre les peines théoriques prévues par la loi et ce qui est réellement appliqué, il y a un gouffre. Alors si on ajoute à cela les peines jamais exécutées, le sursis et les aménagements, la justice française est à l’image de notre pays : une façade moderne où tout semble clair et net avec une arrière boutique où tout le monde s’arrange avec la réalité. C’est tout le paradoxe français.

On trouve scandaleux de perdre des points pour un excès de vitesse et on cherche à tout prix à éviter les prunes mais on ne trouve pas normal qu’un chauffard qui a tué dans un accident ne passe que quelques mois en prison.

Tant que je ne suis pas concerné, tout va bien. Dès que je suis concerné, ce n’est pas de ma faute, c’est scandaleux!

Et bien les prisons sont à l’image de notre société, une société qui préfère se voiler la face plutôt que d’affronter la réalité. En clair, pourquoi investir dans les prisons puisque l’on ira jamais? De toutes façons, ceux qui y vont ne payent pas d’impôts donc à quoi bon s’enmerder à rénover des prisons? Au pire, il y a le carré VIP pour les bourgeois de passage…

Je schématise volontairement mais c’est un peu cela. On a les prisons qu’on mérite tout comme il y a quelques années on avait les maisons de retraite que l’on méritait pour enterrer nos vieux.

Autant pour les maisons de retraite, c’était plus un problème de dignité. Il n’y avait pas grand risque pour la société à maltraiter ainsi ses seniors à part celui de la mauvaise conscience (qui ne semble pas trop effleurer le français). Autant pour les prisons, l’impact social me semble important. Comment donner envie à un prisonnier de se remettre dans le droit chemin de la société en le traitant comme un animal. C’est toute l’histoire de la confusion entre la privation de liberté et la privation de dignité.

La prison représente aujourd’hui le meilleur endroit pour les délinquants souhaitant étendre leur réseau social de connaissances. Pas besoin de facebook et internet, vous trouvez en prison de nouveaux amis avec qui partager des activités dès la sortie! Je pense que lorsque l’on se retrouve à deux ou trois à partager l’enfer d’une cellule de quelques m², cela renforce inéluctablement les liens et développe une haîne commune de cette société qui vous maltraite. L’effet du groupe sera alors très fort et dévastateur.

La prison, ça coûte sûrement très cher, c’est une certitude. Mais qu’est ce que nous coûte la délinquance en vies brisées, biens dérobés, etc… Je pense qu’en acceptant d’investir un peu plus dans les prisons, on s’y retrouvera très vite dans l’économie retirée de la baisse des faits délictuels. C’est exactement la même équation que pour la santé. Ce que l’on investit en amont en prévention, on le retire souvent de manière bien plus importante mais c’est difficilement mesurable car on pointe très facilement les maladies mais beaucoup moins les maladies évitées…







L'autre monde | Thème liquide par Olivier