1
Avr
09

Metallica à Bercy





J’étais ce mercredi soir en live à Bercy avec Metallica ou plutôt l’inverse car la star, ce n’était pas moi mais Metallica. La soirée a bien commencé puisqu’il ne m’a fallu qu’un petit quart d’heure pour traverser Paris et me rendre à Bercy alors que l’on met facilement une bonne heure en début de soirée d’habitude. Ensuite, j’utilise ma technique du warning en double file pour attendre qu’une place se libère le long du ministère et en dix minutes me voilà garé et prêt à affronter la chaleur de Bercy, il n’est pas encore 19h.

Il y a déjà beaucoup de monde devant Bercy. Après dix minutes de queue et un modeste contrôle, je me retrouve à l’intérieur. Les places du bas sont toutes prises alors je monte plus haut, ça tombe bien, je vais pouvoir ménager mes oreilles. Pour ceux qui ne savent pas, le placement est libre dans ce genre de concerts. On achète une place dans la fosse ou dans les gradins et ensuite, c’est premier arrivé, premier placé donc il y a intérêt à ne pas arriver trop tard si on ne veut pas se retrouver coincé entre deux gros lards.

Me voilà à présent assis avec un point de vue tout à fait correct sur la scène centrale. La lumière s’éteint, il est à peine 19h, c’est le début de la première partie. En fait, on aura le droit ce soir à deux premières parties. Ne me demandez pas le nom des groupes, je n’ai pas cherché à savoir et de toutes façons, ce n’était pas terrible, beaucoup trop metal à mon goût. Chaque groupe joue pendant une grosse demi-heure puis on a le droit à encore une demi-heure de pause. Je commence à trouver le temps long. Ce système de première partie dans les concerts me gonfle un peu car cela oblige à arriver tôt (à cause du placement libre) pourse tapper des groupes de seconde zone…

Enfin bon, c’est pas grave. L’ambiance monte petit à petit. A mon grand étonnement, Bercy ne sera pas plein ce soir. Il restait environ 500 à 1.000 places vides entre les gradins et la fosse. Pourtant le concert était « sold out » depuis des mois. J’en déduis donc que des vendeurs du marché noir ont dû avoir du stock sur les bras.

21h05, la lumière s’éteint et la mélodie attendue par tout Bercy commence à retentir, je veux parler d’Ecstasy for gold bien entendu, la musique qui lance tous les concerts de Metallica depuis des années. Bercy entre en fusion. On voit les silhouettes des 4 héros du soir traverser la foule pour se rendre sur la scène centrale. Je mets mes bouchons d’oreille, je sens que cela va déménager.

Première chanson avec des effets laser très réussis comme je n’en avais jamais vu, plutôt original et inattendu pour Metallica. Ensuite, on a le droit à quelques titres du dernier album.  J’aperçois dans la fosse quelques pogos assez violents, il y en a qui ne sont pas venus pour rigoler. James demande alors si le public souhaite « something hard » et là, on a le droit à « Sad but true », excellentissime! Ensuite, j’ai bien aimé « The day that never comes ». Le concert s’achève sur les cultissimes « nothing else matters » et « enter sandman ». S’il n’y avait que deux titres à retenir de Metallica, cela serait ces deux là. J’ai eu des frissons sur « nothing else matters », j’en ai même retiré mes bouchons d’oreille, soyons fous!

Bon au niveau du son, il n’y a pas à dire, Bercy n’est définitivement pas à la hauteur au niveau acoustique. Ajouter à cela des réglages moyens et vous vous retrouvez avec un son complètement saturé par des basses trop fortes. Autant dire que cela tremblait…

J’ai été surpris par le public de Metallica qui est plutôt jeune. Il s’est donc pas mal renouvelé par rapport à celui d’Iron Maiden qui m’avait semblé un peu plus âgé en juillet 2008. D’ailleurs, apparemment, beaucoup de gens (y compris moi) étaient ce soir à leur premier concert de Metallica alors que cela fait plus de 25 ans qu’ils tournent dans le monde.

Il y avait ce soir une bonne énergie à Bercy. Ce fut un bon concert. Alors qu’ils approchent de la cinquantaine, les 4 gaillards ont encore une sacré pêche!







L'autre monde | Thème liquide par Olivier