30
Avr
08

Mois après moi





« Mois après moi », voilà un titre original pour une note, non? Comme je ne savais pas quoi raconter aujourd’hui, je me suis dit que j’allais parler des ponts du mois de mai. Et puis, mon esprit voyageur m’a emmené sur les pentes de la signification des différents mois de l’année dans l’inconscient collectif. Chaque année, de manière régulière, un sentiment récurrent nous traverse l’esprit au fil des mois.

Ainsi, en Janvier, c’est un peu la gueule de bois après les fêtes et le grand froid. Février, tout le monde part au ski. Mars, c’est le début du printemps avec quelques éclaircies annonciatrices des beaux jours. Avril, c’est plus incertain, on espère le soleil mais on se prend souvent la pluie. Mai semble toujours passer beaucoup plus vite que les autres avec ses ponts. Juin, c’est la fin de l’année scolaire (c’est aussi mon anniversaire), bientôt les vacances. Juillet ressemble de plus en plus à Août en région parisienne. Paris devient une ville fantôme, plus personne dans les rues, Paris appartient enfin aux rares parisiens restant dans la capitale l’été. Septembre, c’est l’effervescence de la rentrée, que de mauvais souvenirs. Octobre et Novembre sont des mois sans grand relief pour moi. Il ne s’y passe pas grand chose d’excitant en général. Puis Décembre, c’est la préparation des fêtes, une ambiance joyeuse s’empare de la société.

Ce cycle se répète chaque année, vous n’aviez jamais remarqué? C’est pourtant intéressant de voir comme les habitudes sont ancrées dans la société. Pourquoi est ce que nous ne ferions pas commencer l’année scolaire en janvier pour se finir en décembre (avec une vraie pause l’été pour permettre à chacun de reprendre son souffle et éventuellement de combler ses lacunes). Est-ce que le rythme actuel des vacances scolaires est vraiment adapté à la société?

Je pourrais faire la même réflexion pour les jours de la semaine mais je garde cela pour un autre jour où je serai en panne d’inspiration…







L'autre monde | Thème liquide par Olivier