7
Nov
05

Ne leur donnez plus de rêves mais des perspectives!





Rêve

J’étais tout à l’heure devant ma télévision lorsque je tombe sur Canal+. C’était « le grand journal » de Michel Denisot. Il y avait là le député maire de Saint Denis (93) Patrick Braouezec (PC) et un membre de l’UDF dont je n’ai pas retenu le nom mais qui se prenait pour « Monsieur je sais tout« . Alors voilà que notre ami qui savait tout vient faire la leçon à tout le monde et en particulier à monsieur Braouezec qui bien entendu n’a aucune expérience puisqu’il n’est maire de Saint Denis que depuis 1991 alors que notre ami lui, il traîne dans sa cité de Courbevoie depuis des décennies ce qui ne l’empêche pas au passage d’être au conseil national de l’UDF, comme quoi, la cité mène à tout et surtout n’importe quoi dans ce cas.

Et voilà qu’on apprend qu’il faut donner du rêve aux jeunes, parce que les jeunes n’ont plus de rêves et du coup, ils cassent tout. Je trouve ce point de vue complètement lamentable et pour le moins irresponsable de la part de quelqu’un à qui l’on aurait octroyé certaines responsabilités qui lui auraient permis d’avoir accès à cette tribune ce soir. Je suis vraiment scandalisé car justifier comme il l’a fait les violences à cause d’un manque de rêves, c’est fou.

Voici mon analyse du problème, je pense que les jeunes de banlieues ne manquent pas de rêves, je pense au contraire qu’on leur met beaucoup trop de rêves dans le crâne et de mauvais rêves, de vrais mirages. Je vais prendre quelques exemples concrets. Il y a d’abord les images véhiculées par la télévision. Qu’est ce qu’on y voit? La Star Academy, où comment devenir une star riche et célèbre en trois mois, voilà un beau rêve non? Une utopie oui! Si une star se faisait en trois mois, cela se saurait. Après quelques années, il n’y a qu’à voir que sur toutes les promotions sorties (4 à ce jour), il n’y a que Jennifer qui ait percé mais pour le reste, j’aimerais bien savoir combien pointent au chômage et combien ont connu une descente aux enfers après les paillettes. Autre rêve véhiculé par la télévision, celui du sportif de haut niveau qui gagne très bien sa vie. Là encore, beaucoup en rêvent mais il y a peu d’élus et combien ont foutu en l’air leurs études pour un rêve qui se finit en cauchemar? Certainement trop, tout le monde n’est pas Zinédine Zidane ou Michaël Jordan. Ensuite, il y a le rêve de la femme facile, du sexe sauvage, véhiculé par les films pornographiques. Comme si la réalité de l’amour avait une commune mesure avec ces images. Malheureusement, certains le croient et violent, à qui la faute? Il y a le mythe de l’argent facile. On voit quelques voyous qui se baladent dans de belles voitures. Mais comment ont t’ils gagné leur argent? En faisant du business! Pourquoi donc aller à l’usine et se lever tôt chaque matin quand tu peux faire la grasse matinée et ensuite survivre grâce au business tout en caressant le rêve un jour d’avoir un gros business qui permette de rouler en Merco Benz!

Le problème dans la tête des jeunes, c’est le contraste, contraste entre un quotidien difficile et un imaginaire véhiculé par les médias et certains mythes qui semble si accessible et idéal. Il faut donc sortir de ce contraste. Comment? C’est simple, il faut cesser de raconter n’importe quoi, de faire croire qu’il est facile de devenir Zidane et que tout le monde peut y arriver. Il faut arrêter de laisser croire aux jeunes que leur pote qui mène le business sous marin est un modèle à suivre. Il faut expliquer aux jeunes qu’est ce que c’est que la réalité. La vie est dure, c’est un fait, une réalité, au quotidien. Il faut arrêter de croire que la vie est facile. Si tu t’appelles Kader, que tu es né à Drancy et que tu veux finir PDG de Vivendi, ça va être dur, très dur mais c’est pas impossible, par contre, il faudra du courage et de la persévérance. Donc les gars, retroussez vous les manches, c’est pas facile mais croyez moi, quand vous aurez touché votre premier salaire, que vous pourrez payer un restau à votre copine avec de l’argent durement gagné, là vous serez fier de vous. Et si un jour, vous avez une vraie situation, parce que c’est possible, il n’y a pas de fatalité, vos potes qui sont toujours dans la zone ne seront pas forcément fiers de vous mais c’est pas grave, il faut mieux être celui qu’on jalouse que celui qui jalouse.

La vie n’est pas facile, la vie n’est pas un rêve. Le rêve n’est qu’un mode de pensée utilisé par certains pour amuser et occuper l’inconscient collectif, n’y cédez plus, la réalité est tellement plus dure mais le soleil est au bout du chemin.





5 commentaires pour “Ne leur donnez plus de rêves mais des perspectives!”
  1. Alexandre-G. Tollinchi dit :

    Bravo pour cet article, je rejoins votre position sur le nécessaire octroi de perspectives.

  2. Maurice dit :

    Maurice,

    Bravo pour ton article de grande qualité. On est de tout coeur avec toi.

  3. Gillos dit :

    Vous êtes dans votre monde de vieux blancs décalés, vous ne voyez donc vraiment rien venir….!
    Vos beaux et bons sentiment « droits de l’hommesques » ne vous sauverons pas de « jeunes  » d’origines extras européennes qui vous détestent et haîssent tout ce que vous représentez
    Vous êtes des proies et de futures victimes

    La première loi de la guerre selon Sun Tzu est :
    : »Ce n’est pas toi qui choisi ton enemi, c’est lui qui te choisi »

  4. Olivier dit :

    Gillos,

    Votre vision des choses est très réductrice. Ce qui se passe actuellement n’est pas une guerre de religions ou un affrontement entre communautés. Ce sont des jeunes qui cassent…



L'autre monde | Thème liquide par Olivier