5
Sep
08

Pauvres journalistes…





En ce moment, la presse française traîne vraiment dans le caniveau. Entre Paris Match qui publie des photos des taliban et Le Canard Enchaîné qui relance régulièrement la polémique sur les conditions de la mort des dix soldats français, cela ne vole vraiment pas haut. C’est à se demander s’ils prennent l’opinion publique pour des demeurés.

Je me demande quel est le but recherché par ceux qui créent la polémique? Est ce que l’on souhaite nous démontrer que les taliban sont d’abominables terroristes? Est ce que brusquement parce que des soldats français auraient été égorgés les taliban obtiendraient le statut de grands méchants de l’humanité alors qu’auparavant, comme ils avaient juste tiré sur l’envahisseur, ce n’étaient que de valeureux guerriers qui défendaient leur terre?

Non mais franchement, on nage en plein délire. Oui les taliban font partie des pires terroristes qui soient. Ce n’est pas nouveau. Cela fait déjà plus de 20 ans que cela dure. Est ce que les journalistes français ont oublié ces exécutions sommaires de femmes voilées devant la foule réunie dans un stade à Kaboul? Le fait que les victimes soient des soldats français n’y change rien. Dans l’échelle de la violence et de l’horreur, les taliban sont tout en haut et ils doivent être combattus jusqu’à ce qu’ils rendent les armes ou qu’ils disparaissent.

Le fait que les soldats aient été égorgés ou tués par balles ne change absolument rien selon moi. Ce n’est pas la manière dont ils sont morts qui est insupportable mais le fait qu’ils soient morts tout simplement. Après, on sait bien que les taliban sont des bouchers d’un autre temps. Alors cela ne sert à rien de crier au loup dans les journaux en disant : « vous avez vu les méchants taliban ont égorgé nos soldats, que fait la police? ». Cette presse qui fait son beurre sur l’atrocité de la guerre, cela me laisse sans voix. Ce qui s’est passé est atroce mais cela ne sert à rien de retourner le couteau dans la plaie sinon à faire plaisir aux taliban qui doivent bien se marrer en voyant qu’en France on s’émeut de leurs méthodes.

Il faut à présent engager une concertation internationale sur les moyens à déployer pour en finir rapidement avec cette affaire car cela n’a que trop duré depuis 2001. La France ne peut pas assumer à elle seule la résolution de cette crise et nos « modestes » moyens aussi performants soient-ils ne suffiront pas. Aussi, il faut que chaque pays fasse des efforts. Et en attendant, stop à la polémique, on ne parle pas de François Hollande qui faise la bise à Ségolène Royal là mais de la mort de soldats pour la liberté…





16 commentaires pour “Pauvres journalistes…”
  1. Gilles dit :

    Et si on laissait l’OTAN et les USA se démerder dans LEUR bourbier ? 🙂

  2. Olivier dit :

    Ce bourbier est aussi le nôtre… On ne peut pas dire que le combat contre le terrorisme soit un combat purement américain. Et puis, il y a quand même 25 pays de l’Union Européenne sur 27 engagés…

  3. Gilles dit :

    Et ça avance ? Parce qu’on a l’impression qu’on voit pas le bout.
    ‘fin je suppose que ce sont les USa qui donnent les ordres : genre vous mettez vos troupes là.
    Si c’est pour un bourbier type Irak, c’est quoui l’intérêt de rester ? Si il n’y a aucun progrès depuis l’entrée de la France en Afghanistan, c’est quoi l’intérêt de rester sur cette stratégie ?

  4. Olivier dit :

    C’est pas forcément simple de faire la guerre à X pays contre des insurgés. La coordination est complexe. C’est difficile de comparer à l’Irak. Le terrain est très différent.

    Le problème, c’est que si tu pars, tu donnes raison à l’ennemi quelque part, tu lui dis : « bon on en a marre, on ne sait plus quoi faire, démerdez vous ». Cela serait quand même chiant que les taliban reviennent au pouvoir in fine parce que tout le monde baisse les bras.

  5. Gilles dit :

    C’est quoi la diff. avec maintenant ? Ils font pas ce qu’ils veulent, la Démocratie est de retour ?
    Le problème, c’est que entre deux situations, on ne voit pas la différence :
    – forces armées alliées maintenant la paix
    – pas de force et les Talibans au pouvoir
    Tu vois une différence toi ?
    D’accord, partir en abandonnant n’est pas forcément judicieux mais bon va falloir trouver autre chose car sinon, ça n’avance à rien…

  6. Olivier dit :

    Qu’est ce que tu proposes toi pour résoudre cette guerre?

  7. Hello,
    Je suis très triste que tout ces soldats ont été tués ! Malheureusement, je ne savais même pas qu’il y avait des soldats français en Afghanistan !
    J’attends ta visite sur mon blog !

    a BIENTÔT !

  8. Michael dit :

    Malheureusement… ce qui se passe en France à propos de l’Afghanistan me rappelle les Etats-Unis dans les années 90 et le « Zéro Mort ». J’ai toujours pensé que l’idée de faire une guerre avec 0 mort étaient une idiotie, quand on fait la guerre, il faut se salir les mains.
    Comme point de comparaison : la Somalie, et l’épisode rendu célèbre par le film « Black Hawk Down ». 19 morts US, contre plus de 1000 de l’autre côté, font que les US se retirent illico, laissant les autres sans les moyens d’agir, donc se retire aussi, et moralité 18 ans plus tard la Somalie est encore en guerre avec un grand risque de voir arriver des « talibans somaliens » au pouvoir.

    Le bourbier irakien n’est plus : les US commencent en ce moment le retrait, qui durera quelques années. Après 5 ans de guerre et des moyens très impressionnants, les US sont arrivés à la victoire militaire, il reste la victoire politique.
    La situation est différente mais similaire en Afghanistan. Pas assez de moyens entre 2002 et 2006 a fait que les talibans sont de retour, et donc il faut des renforts, pour rassoir l’autorité partout. Après, le modèle politique afghan mis en place par les US ne marche pas, ils font le changer, et cela prend du temps.

  9. Olivier dit :

    Tout à fait, c’est une bonne analyse de la situation que je partage complètement…

  10. Gilles dit :

    La victoire militaire en Irak ? Tu vas faire croire ça à qui ?
    Y’a encore des attentats et des embuscades…

  11. Michael dit :

    Ce n’est parce qu’il y a encore des attentats et des embuscades qu’il n’y a pas de victoire… D’ailleurs, si tu regardes la fréquence et la nature des attentats, on est clairement dans une baisse de puissances des terroristes/insurgés/héros.
    Le nombre d’attentats a baissé de manière spectaculaire en 18 mois, et la baisse continue. Les auteurs des attentats sont de plus en plus des malades mentaux, des enfants, signe qu’il y a perte de soutien public. Les attentats ne visent plus des centres militaires, policiers ou gouvernementaux, mais des cibles purement civiles, signe d’une incapacité de frapper autre chose.
    La campagne de Basra et Sadr City de cette été sont aussi des éléments très importants : à Basra, l’armée irakienne a tenté de faire le boulot toute seule (armée mixte menée par un gouvernement shiite, qui a tenté de reprendre la ville à des milices shiites) et a été stoppé. Ils ont admis la défaite, appelé les US pour un coup de main, et repris la ville. A Sadr City, les deux armées ont fonctionnées ensemble et rétablis l’autorité gouvernementale partout.
    Je ne parle pas de la région d’Al Anbar, centre du triangle sunnite, aujourd’hui pacifié.
    Alors maintenant, je ne dis pas que la guerre est gagnée, je parle de victoire militaire, et la nuance est importante. Si le gouvernement n’inclus pas les miliciens sunnites dans la police et l’armée, si certains chiites considèrent qu’ils ne sont pas en sécurité, ou encore que les kurdes décident qu’ils en ont marre et continueront tout seuls… Ca peut reprendre vite fait. La nuance vient du fait qu’aujourd’hui, ce n’est plus au militaire de gagnée la guerre, mais au politique de la terminer.
    En Afghanistan, la situation est différente, car la moitié du pays est pacifié, mais sous l’autorité des chefs claniques traditionnels. Les US ont voulu mettre en place un gouvernement centralisé, totalement hors de propos pour ce pays décentralisé par sa structure. Il faut regagné la moitié tenu par les talibans, tout en créant une structure politique plus adéquate pour tout le pays.
    Si on regarde l’histoire, 9 insurrections sur 10 ont été maté militairement. Le problème, c’est que si on sait pas négocier pour les terminer pacifiquement, elles repartent quelques années plus tard (cf Guerre d’Algérie, victoire militaire mais sans solution politique durable, donc indépendance).

  12. Olivier dit :

    Il est vrai qu’en Irak, le feu est en train d’être contenu. Par contre, je crains qu’il ne reprenne dès que les USA auront le dos tourné car politiquement, le pays n’est pas tenu.

  13. Vincent dit :

    Je m’étonne de ne pas voir de commentaires sur le fond de cet article, à savoir le traitement journalistique de l’actualité.

    Paris Match publie les photos, c’est son travail. Un journal ou un magasine d’actualité (y compris Paris Match qui verse systématiquement dans le sensationnel pour les raisons évoquées) a néanmoins le DEVOIR de publier l’information. Cela étant dit, un peu de sobriété ne nuit jamais à l’information, au contraire.

    Si vos lectures se limitent à ces deux publications, alors il n’y a rien d’étonnant à ce que vous réagissiez ainsi. Toutes deux ont la vocation de « piquer » la sensibilité du lecteur, un peu de distance est nécessaire.

    Il est facile de s’attaquer à des personnes qui engagent leur responsabilité sociale sans se fixer les mêmes contraintes qualitatives : Une écriture irréprochable qui permet de structurer la réflexion et une vérification systématique et objective (dans toute la mesure du possible) des sources de l’information.

    Enfin, vous noterez que ces suppôts du malin que sont les journalistes ne se permettent pas de clore un article par une pique qui arrive comme un cheveux sur la soupe et qui, ce faisant rajoute à la polémique et interdit toute réflexion sereine. Œil pour œil, dent pour dent ?

  14. Olivier dit :

    Dans cette affaire, Paris Match et le Canard Enchaîné ont fait leur beurre sur la mort de soldats français. En toute honnêteté, ils devraient reverser les recettes de ce devoir d’information aux familles des soldats tués…

  15. Vincent dit :

    D’où sort ce commentaire gratuit ? As-tu argumenté ? Non. Tu noteras au passage le tutoiement.
    À quoi sert cette tribune sinon à te faire plaisir en vidant ton sac ?

    Si tu utilisais ce ton acerbe pour mettre en perspective des faits véritablement liés ou à défaut, que tu estimes comme tels en t’attachant systématiquement à argumenter, alors tu te comporterais comme un journaliste, y compris comme un du « Canard ». Eux ont au moins l’honnêteté d’assortir leurs considérations personnelles des formules d’usage. Ainsi tu aurais du écrire : « En toute honnêteté, JE PENSE QU’ils devraient reverser les recettes de ce devoir d’information aux familles des soldats tués… »

    Qu’elle différence y a-t-il entre les divers torchons et leur rubriques de chiens écrasés, le Canard Enchaîné, Paris Match et cette tribune ? Le bénéfice pécuniaire.
    Les journalistes qui écrivent dans ces colonnes ont l’honnêteté de signer de leur nom, ce que j’imite volontiers.

    Vincent Farcette

  16. Olivier dit :

    Je n’ai jamais prétendu être un journaliste. Je suis loin d’en avoir la compétence ou l’incompétence, tout dépend de quel point de vue on se place 😉

    En effet, tu as raison, le Canard Enchaîné et Paris Match gagnent énormément d’argent en faisant des articles borderline. En ce qui me concerne, j’évite. Faire du fric en utilisant les scoops d’une actualité tourmentée, très peu pour moi. Je me contente au plus de donner mon point de vue, d’analyser et d’ouvrir le débat ce qui est déjà pas mal.

    En ce qui concerne l’honnêteté de signer de leur nom, laisse moi rire, combien d’articles ne sont pas signés ou signés sous des pseudos ou des initiales dans les journaux? C’est l’hôpital qui se moque de la charité là…

    De toutes façons, je ne me compare pas aux journalistes. Ce n’est pas mon métier, ni ma formation (ou déformation). Ce blog n’est pas un journal, cela n’a rien à voir avec cela, c’est bien différent. Certains préfèrent, d’autres pas, chacun ses choix. Je n’oblige personne à me lire.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier