27
Août
10

Petits arrangements entre amis





En politique comme dans beaucoup de domaines, un bon arrangement vaut mieux qu’un mauvais procès. Et tant pis pour la vérité due aux citoyens et le nécessaire passage de la justice, les politiques sont au dessus de ces considérations.

D’après un certain nombre de médias, la Mairie de Paris aurait secrètement négocié avec Jacques Chirac et l’UMP le retrait de sa constitution de partie civile dans le procès des emplois fictifs de la Mairie de Paris en échange du paiement d’une très grosse somme d’argent censée couvrir le salaire de ces fameux emplois fictifs. Il y en aurait pour plus d’un million et demi d’euros! Jacques Chirac en paierait une partie et l’UMP le reste.

Je comprends bien que Jacques Chirac n’a pas envie d’aller en prison. Personne n’a envie d’y aller. Cependant, s’il est innocent, il ne doit pas craindre un procès. Après, s’il est coupable, c’est sûr que c’est beaucoup plus gênant. Payer cette somme à la Mairie de Paris, c’est reconnaître une certaine culpabilité. Face à de tels aveux, il conviendrait que le parquet revoit sa position et renvoit Jacques Chirac devant le tribunal afin que la vérité éclate au grand jour.

Ce petit marchandage me laisse un goût amer. Cela laisse à penser que Bertrand Delanoë serait enclin à marchander avec ses pires ennemis. Pourquoi faire cela? Pour renflouer les caisses de la Mairie de Paris? Certainement pas, la somme versée bien qu’importante pour le commun des mortels comme moi ne représente rien dans le budget global de la Mairie qui est de plusieurs dizaines de milliards d’euros. J’ai plutôt le sentiment que Bertrand Delanoë poursuit une vieille tradition de non agression entre les politiques. S’ils ne sont pas de la même tendance, ils sont de la même famille, celle des hommes et femmes de pouvoir. Ils se considèrent au dessus des lois. Alors quand la justice vient mettre son nez dans les affaires pas claires, il faut mieux se serrer les coudes et régler cela en famille. Delanoë n’est pas bête et il sait bien qu’un jour, il aura peut être besoin qu’on lui renvoit l’ascenseur, en partie dans le dossier explosif des comptes de Paris Habitat (ex Opac) dont il pourrait avoir à répondre devant la justice dans quelques années…

Finalement dans cette affaire, le seul qui soit lésé, c’est le citoyen lambda, qui assiste désarmé aux magouilles d’une élite qui brille par son hypocrisie et sa malhonnêteté plus que par son talent et son courage. Vive la France et vive la politique!







L'autre monde | Thème liquide par Olivier