23
Nov
05

Pourquoi les syndicats poussent à la grève?





Je ne sais pas si vous avez remarqué mais depuis quelques temps, on a l’impression que les grèves ne mobilisent plus. Certes les syndicats promettent l’enfer, ils parlent toujours d’une très forte mobilisation mais concrètement, il ne se passe plus grand chose et le temps de 1995 est bien loin. En fait, il faut bien comprendre que les syndicats font face à un gros problème depuis des années : la baisse du nombre d’adhérents mais aussi un manque chronique d’occasions d’exister.

Et oui, un syndicat sans lutte syndicale, ce n’est plus un syndicat! Alors il faut bien de temps en temps un petit conflit pour montrer qu’on existe et qu’on peut être « utile » à certains mais en fait, les gens ne sont pas dupes et ils sont de moins en moins nombreux à se laisser entraîner dans des conflits sans fondements. J’en veux pour preuve la faible mobilisation hier à la SNCF et aujourd’hui à la RATP.

Vous me direz que cela a duré bien longtemps à la SNCM et encore plus à la RTM. Vous avez tout à fait raison mais une minorité a pris en otage la majorité des employés dans ces deux cas là en les empêchant de travailler soit en bloquant leur outil de travail soit en les intimidant. Cela ne vous étonne pas que les votes pour la poursuite de la grève se fassent toujours à main levée? C’est bien simple, c’est tellement pratique pour dissuader les peu motivés qui voteraient sinon contre la grève par bulletin secret. Il s’agit là d’un odieux procédé qui consiste à imposer au plus grand nombre la poursuite d’une logique radicale voulue par une minorité. Je me mets à la place du pauvre gars qui fait grève pour être solidaire de ses collègues parce que sinon, il va être le seul à ne pas faire grève dans son équipe et il va être isolé ensuite, c’est difficile de dire « non » face à tout le monde, surtout lorsqu’on est persuadé que tout le monde veut continuer. Il faut voir aussi comment fonctionnent les syndicats, leurs méthodes sont souvent très limites, entre intimidation et isolement.

Conclusion, aujourd’hui, les syndicats créent des conflits sociaux sur du vent, ces conflits sont peu suivis mais ils les entretiennent avec des méthodes totalitaires. Attention, certains syndicats sont raisonnables et justes, d’autres comme SUD et la CGT notamment sont régulièrement dans des stratégies jusqu’au boutistes. Ils tentent de s’imposer comme des interlocuteurs indispensables, tentent de gratter des bouts de chandelles pour satisfaire leurs adhérents et en attirer de nouveaux mais au final, le constat est là, les syndicats ne rassemblent plus…

La blogosphère en ébullition :

Philippe Nieuwbourg





3 commentaires pour “Pourquoi les syndicats poussent à la grève?”
  1. pascal dit :

    Tu as malheureusement raison Olivier,je n’aime pas tes prises de positions que je considére souvent comme « réac »
    mais il est vrai que nos syndicats, à la SNCF ont un mode de fonctionnement totalement dépassé.On l’a vu hier,et Louis
    Gallois qui se frottait les mains ce matin sur france 2 ne
    pouvait que se réjouir de ce dénouement.
    Mais je pense que si la CGT ressort affaiblie de ce conflit,les ouvriers de ce pays seront tous perdants.Les
    syndicats sont le seul rempart face au patronat.
    On le voit dans les pays ou le syndicalisme est faible voir inexistant.
    J’espére qu’ils sauront en tirer les leçons…

  2. Olivier dit :

    Je ne suis pas réac, je suis pour la justice sociale. Les syndicats de la SNCF usent et abusent depuis trop longtemps de leur position pour demander n’importe quoi. Il faut savoir rester raisonnable parce qu’à trop tirer sur la corde, un jour, elle va casser…

  3. wil dit :

    Le « Finan-cial Times », pourtant peu francophile,établit quelques chiffres. Le nombre de jours de travail perdus en France dans le secteur des transports a diminué de moitié depuis 2001.
    On penserait pourtant le contraire,non?



L'autre monde | Thème liquide par Olivier