12
Juil
12

PSA, chronique d’une fermeture annoncée





Et voilà, PSA a annoncé son intention de fermer son usine d’Aulnay sous Bois dans le 93 dès 2014. Je ne suis pas du tout surpris de cette annonce qui était latente depuis des mois. L’arrivée de François d’Hollande et son laquais Montebourgeois n’y auront rien changé!

La crise du secteur automobile en France est symptomatique de la crise industrielle que traverse notre pays depuis la mise en place des 35h. Le secteur a été maintenu sous perfusion depuis des années avec tout un tas de dispositifs de prime à la casse qui ont coûté une fortune au contribuable français pour in fine servir à financer la construction d’usines dans des pays à bas coût comme le Maroc où Renault a récemment ouvert une usine…

Alors on nous annonce que le gouvernement a encore un super plan pour soutenir le secteur automobile. Je dis STOP! A un moment, lorsqu’un secteur n’arrive à se maintenir que grâce aux subventions, c’est qu’il y a un problème. Pourquoi est-ce que l’industrie automobile allemande se porte si bien en comparaison? C’est simple, c’est une équation à trois éléments : innovation, qualité et flexibilité!

Il nous manque en France ces trois éléments. Les voitures françaises ne sont pas des modèles d’innovation, souvent à la traîne. Niveau qualité, là encore, ils sont en dessous de ce qui se fait outre Rhin. Et côté flexibilité, l’industrie française est à l’agonie, étouffée par une organisation du travail complètement dépassée. Commençons par régler ces trois problèmes plutôt que de continuer à injecter des milliards pour maintenir le système actuel qui ne fonctionne pas!

Pour le secteur automobile, le grand enjeu des 20 prochaines années, c’est la voiture électrique. C’est un marché énorme. Pour exister dans le secteur automobile de 2020, il faudra proposer une offre complète de voitures électriques. Malheureusement, les constructeurs français sont à la traîne sur le sujet. Ils n’ont pas anticipé ce virage. Il faut dire que le lobby pétrolier très fort en France a été très efficace pour bloquer toutes les tentatives d’avancée sur le sujet.

Bref, il faut investir massivement dans la recherche pour rattraper le retard dans la voiture électrique. Ensuite, sur la flexibilité, soyons clairs, il faut en finir avec les 35 heures. Tout le monde sait que c’est la catastrophe économique des années 2000 en France. On en payera encore le coût social dans 10 ans.

Et pour la qualité, là c’est un travail de fond. Il faut d’une part faire des voitures plus robustes et d’autre part réussir à imprimer cette image dans l’inconscient collectif ce que les allemands ont très bien réussi à faire depuis des années.

Bref, les subventions, c’était une très mauvaise idée car cela a coûté très cher pour le résultat que l’on connaît. En fait, on a fait tourner les chaînes en surrégime temporairement et résultat, une fois que c’était terminé, les commandes ont chuté car on avait siphonné le stock potentiel de voitures vendues dans les années suivantes. C’était vraiment stupide. Il fallait mieux laisser le marché s’autoréguler plutôt que de temporairement entretenir une croissance qui n’était pas soutenable sur le long terme.

Je souhaite deux choses aujourd’hui :

  • que le gouvernement cesse d’injecter des milliards dans des entreprises qui ferment des usines et délocalisent, qu’elles soient françaises ou pas.
  • que les français quand ils achètent un bien réfléchissent à deux fois à ce qu’il y a derrière le produit, qu’ils songent que l’acte d’achat est un acte militant. En achetant un produit fabriqué en France, on réduit le chômage et donc on améliore la situation des comptes publics.

Je ne me fais pas trop de soucis pour les employés de PSA qui seront bien indemnisés et reclassés. En revanche, je pense à toute les PME, fournisseurs locaux de PSA, qui elles vont trinquer dans l’anonymat le plus total.







L'autre monde | Thème liquide par Olivier