10
Juin
05

Quotas sur l’immigration : chance, honte ou réalisme?





Il est évoqué ces derniers jours la possibilité d’une mise en place d’un système pour une immigration « choisie » en France. Le principe serait d’accueillir les étrangers en fonction des besoins de l’économie française. Pour Dominique Galouzeau De Villepin, il faut « passer d’une immigration subie à une immigration choisie ».

Ce sujet de l’immigration est toujours très sensible. Parler de l’immigration, c’est un peu remettre en cause la présence de l’étranger et c’est assez mal vécu, surtout en France, pays réputé pour être la Terre des Droits de l’Homme, terre d’accueil par excellence s’il en est.

La réalité selon moi est que si la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde (ce n’est pas de moi mais de Michel Rocard il y a quelques années déjà), la France a besoin d’une certaine immigration, parce que certains emplois ne sont pas pourvu par des français (notamment dans le bâtiment par exemple) mais aussi parce que l’équilibre démographique français est fragile, le renouvellement démographique est très difficilement assuré et l’immigration contribue à ajuster cet équilibre. Alors maintenant, choisir qui on veut et qui on ne veut pas voir arriver en France, cela me paraît un peu limite comme attitude et cela me fait penser au discours du F.N. (Front National) il y a quelques années déjà qui disait bien vouloir des étrangers mais que de ceux ayant une certaine qualification pouvant apporter une richesse à la France. Alors quand la droite s’approprie quelques années après les thèses du F.N., c’est un peu gênant. Certes il faut enrayer l’immigration clandestine, certes il faut probablement limiter l’immigration régulière avec des quotas mais de là à effectuer une sélection sur la qualification qui va forcément avoir un impact sur l’orgine et donc discriminer certains, je pense que ce n’est pas bien et qu’il y réfléchir autrement.

La France est et doit rester une terre d’accueil, maîtriser les flux migratoires est forcément une bonne chose mais cela ne doit pas se faire au détriment total d’un esprit humaniste. La France doit continuer d’être une terre d’asile, il faut juste contrôler un peu plus les conditions d’accueil pour que tout le monde ne se sente pas asilé politique.







L'autre monde | Thème liquide par Olivier