5
Juil
12

Rigueur ET Austérité





Jean-Marc Ayrault est un petit comique. Il refuse de parler de rigueur et d’austérité poursuivant ainsi le jeu du chat et de la souris en cours depuis des années entre les hommes politiques d’une part et les médias et l’opinion publique d’autre part.

Ceci est caractéristique de la classe politique française qui est incapable depuis 30 ans de faire face aux réalités de notre société. Parler de rigueur et d’austérité, c’est défoncer une porte qui a volé en éclats depuis des années car la situation que nous vivons est déjà bien au delà de ça.

Pourtant, les politiques s’y refusent car cela serait assumer ce constat d’échec de leur action. Alors ils passent leur temps à lancer des messages incantatoires qui ne trompent plus personne.

La seule question que je me pose, c’est qu’est-ce qu’ils diront si un jour on fait faillite? J’imagine déjà : « rien ne permettait de penser qu’une telle situation se produirait », « c’est le résultat d’une incroyable conjonction de phénomènes dont la probabilité d’apparition était nulle d’après les spécialistes reconnus », etc…

Bref, les politiques continuent de nous prendre pour des cons mais tout le monde est lucide. On voit bien que la note ne cesse d’augmenter, que cela soit à la caisse du supermarché, sur les feuilles d’impôt ou à la pompe. La pression fiscale croissante exercée sur l’économie est la raison principale de cette explosion. Et la croissance de cette pression fiscale n’a qu’une seule et unique raison : le nombre incroyable de fonctionnaires dans notre pays. TF1 l’expliquait très bien dans son reportage hier : près de 6 millions de fonctionnaires en France.

De 2007 à 2012, 150.000 postes ont été supprimés dans la fonction publique d’état mais dans le même temps, 232.000 postes ont été créés dans les collectivités territoriales, et ce sans aucun transfert de compétences. C’est quand même fort! Cela explique aussi l’explosion des impôts locaux, notamment à Paris, ville emblématique de cette politique inflationniste où le nombre d’agents municipaux a explosé depuis que Delanoë est aux commandes. Curieusement, dans le même temps, la qualité de service et la qualité de la vie à Paris en général s’est grandement dégradée, cherchez l’erreur…

Tout cela pour dire qu’avec Ayrault comme avec les autres, on va tous trinquer. Cela sera rigueur ET austérité!





Un commentaire pour “Rigueur ET Austérité”
  1. Medorius dit :

    Je partage votre avis sur ce refus de dire la vérité en face, où se rejoignent nos deux présidents.
    La rigueur est encore, à mon avis, un qualificatif insuffisant pour « le redressement productif » qu’on nous annonce!
    Certes, le poids de la fonction publique plombe notre compétitivité. On nous ment quand on nous dit qu’elle égale à celle des allemands.
    Mais ce n’est pas le seul facteur d’alourdissement de la dette. Nous ne travaillons pas assez.
    Il suffit d’observer les courbes de coût du travai, de rémunération et de productivité dans l’industrie comparatives avec l’Allemagne, publiées récemment par le Monde,qui n’est pas suspect de favoriser la droite. Elles subissents 3 inlexions: parties de l’équilibre entre 19992 et 1995,elles s’écartent brutalement, en défaveur de la France, en 1998, à l’institution des 35 heures. Elles se rapprochent entre 2005 et 2008, puis redivergent en 2008, quand débute la crise et se rapprochent à nouveau en 2010.
    Quand la gauche brandit l’échec de la droite « l’ahurissant « Taisez-vous de Moscovici », elle devrait relire ces courbes et constater sa responsbilité et saluer au contraire les efforts de la droite.
    Elle devrait bien aussi suivre les conseils de Didier MIGAUD, homme de gauche nommé par SARKOZY, qui a eu l’intelligence de pratiquer l’ouverture. La gauche devrait bien s’en inspirer.
    L’heure devrait être à l’union nationale et l’opposition (quel mauvais terme!) invitée à participer au redressement.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier