23
Août
12

Roms : la gestion gauche de François d’Hollande





La question des Roms est assurément très complexe à gérer. Les socialistes viennent de l’apprendre à leurs dépens. Alors qu’ils avaient tapé sur Sarkozy pendant des semaines, l’assimilant à un raciste quand ce n’était pas autre chose, lorsqu’il avait osé démanteler des camps de Roms, l’une des premières actions concrètes réalisées par ce nouveau gouvernement fut de démanteler plusieurs camps à son tour! Encore une parfaite illustration de la maxime préférée des socialistes : faites ce qu’on dit, pas ce qu’on fait!

Bien entendu, les écolos, cocos et autres gauchistes comme Pulvert n’ont pas tardé à crier au scandale. Ils imaginaient peut être que gouverner à gauche garantissait une disparition immédiate et sans douleur des problèmes liés aux Roms.

Je suis toujours amusé de voir comment des personnes qui disent appartenir à une élite intellectuelle peuvent faire preuve d’autant d’angélisme et de naïveté.

Manu Valls n’a fait que faire appliquer des décisions de justice. L’argument de l’expulsion sans solution de relogement ne tient pas une seule seconde. La France n’a aucune obligation de loger toutes les personnes qui viendraient s’échouer sur son territoire. Déjà qu’il n’y a pas assez de logements en France alors si en plus il faut trouver des solutions pour ceux qui ont la bonne idée de venir, on n’y arrivera jamais. Je suggère à Cécile Duflot de laisser son appartement à une famille de Roms si cela lui est si insupportable de les voir à la rue.

Comme le disait Rocard, un visionnaire en son temps, la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, c’est un fait. C’est d’autant plus vrai aujourd’hui maintenant que les caisses sont vides et que le pays manque cruellement d’emplois et de logements.

Parlons justement de l’emploi, le gouvernement a eu la bonne idée d’alléger les contraintes qui permettaient de réguler l’accès à l’emploi pour les Roms. Les entreprises qui souhaitaient en embaucher devaient payer des taxes. Ceci était fait pour éviter un afflux massif préjudiciable à la main d’œuvre locale.

Et bien malgré l’explosion des chiffres du chômage de puis l’arrivée du nouveau gouvernement, ils se sont dits que cela serait une bonne idée de revoir ces contraintes. Du coup, les Roms vont pouvoir travailler en France beaucoup plus facilement. Cela va engendrer un dumping social supplémentaire et fermer de nombreux emplois aux locaux qui ont des contraintes salariales supérieures. C’est également un message très négatif qui est adressé car il va entraîner un appel d’air. Plein de Roms vont venir en France pensant y trouver un eldorado et vont continuer à s’accumuler dans des terrains vagues dont personne ne veut sauf quand c’est chez les autres.

C’est d’ailleurs très amusant de voir l’hypocrisie des élus de gauche sur le sujet. Ils sont tous d’accord pour dire que les conditions de vie des Roms sont inacceptables et tragiques mais dès qu’un camp vient dans leur commune, alors là, cela devient un gros problème et il faut les foutre dehors. Cela démontre une fois de plus la déconnexion qui persiste entre l’élite politique gauchiste et le peuple. Aujourd’hui, le peuple n’est plus prêt à accepter ces dérives. Il ne comprend pas qu’on donne autant à des gens qui ne participent en rien à la solidarité nationale. Il l’a d’ailleurs exprimé massivement en votant Le Pen fin Avril. Est-ce que François d’Hollande pense que c’est en faisant encore plus pour les Roms qu’il va reconquérir cet électorat? Assurément pas, s’il continue sur cette pente glissante, Le Pen sera au second tour en 2017 si ce n’est pas avant…





Un commentaire pour “Roms : la gestion gauche de François d’Hollande”
  1. Medorius dit :

    Les démantèlements de camps insalubres, décrétés par la justice, doivent être réalisés.
    Si les Roms arrivés en France montrent leur volonté d’envoyer leurs enfants à l’école et de travailler légalement dans un délai raisonnable (il y a des emplois non qualifiés disponibles dont les français ne veulent pas),ils sont les bienvenus et pourront candidater à des logements sociaux.
    Sinon, ils seront reconduits à la frontière et la Commission Européenne ferait bien de contrôler comment le gouvernement roumain utilise l’argent qui lui est donné pour intégrer les Roms en Roumanie, le pays de leur nationalité.



L'autre monde | Thème liquide par Olivier