1
Avr
09

Salauds de patrons!





Voici un titre racoleur qui va plaire à plus d’un! Il est vrai que ces derniers temps, il y a certains patrons qui font fort. Je pense notamment à celui de la Société Générale qui très content de ses excellents résultats comptait se verser un bonus en 2008. Heureusement que Sarko l’a rattrapé au vol. Et que dire du montant de sa pension de retraite, tout simplement gigantesque…

Mais voilà, je crois qu’il est temps de faire la différence entre ces quelques patrons de grosses boîtes cotées qui touchent des « welcome » bonus, des stock options, des avantages divers et variées, une rémunération énorme et des « golden » parachutes lorsqu’ils s’en vont et les entrepreneurs qui constituent l’écrasante majorité silencieuse du patronat français. Ces entrepreneurs ne touchent aucun bonus au départ puisqu’au contraire, ils mettent souvent la main à la patte pour lancer ou relancer l’affaire. Ils ne touchent pas une rémunération disproportionnée par rapport à la difficulté de leur tâche et lorsqu’ils partent, c’est bien souvent sans aucune indemnité et parfois même en étant prélevés sur leurs biens personnels dans certains cas de faillite.

Bref, il y a un monde entre les grands patrons et les entrepreneurs. C’est exactement comme le même gouffre qui existe entre les pleureuses syndiquées des entreprises publiques et l’écrasante majorité des salariés du privé. Il leur faut toujours plus d’avantages et de sécurité de l’emploi mais toujours moins de travail. Même en période de crise, alors que les salariés des entreprises privées se font vider à la pelle, ils ont l’indécence de manifester pour demander plus. Cela me fait un peu penser à ces petits bourgeois qui s’exclament à Noël dans les rayons du supermarché : « Dis donc Ginette, tu as vu comme le prix du caviar a augmenté cette année? » Et Ginette de répondre : « Ce n’est pas grave Robert, on se rattrapera sur le foie gras, le bulgare n’est pas cher et excellent… » pendant que d’autres crèvent la dalle dehors.

Bref, je crois qu’il faut en finir avec cet amalgame et bien distinguer les vrais privilégiés dans notre société : d’un côté les patrons et les syndiqués d’entreprises publiques qui ont en commun une certaine sécurité de l’emploi, des risques très mesurés et des revenus assurés et de l’autre les entrepreneurs et le restant des salariés qui créent de la richesse, ne profitent du système qu’à hauteur de leur contribution et ont une situation particulièrement précaïre à l’heure actuelle.

Je pense que l’image désastreuse du patronnat dans notre pays est la conséquence de l’image du MEDEF qui pourtant ne représente pas plus le patronnat que la CGT ne représente les salariés. Le MEDEF représente une catégorie de patrons mais pas tous les patrons. Son image est portée par de grands patrons appartenant souvent (mais pas toujours) à de très grands groupes qui n’ont pas vraiment les mêmes contraintes et les mêmes risques que les entrepreneurs. Mais il est tellement facile pour les médias de faire du populisme en utilisant cette caricature du patronat représentée par certains membres du MEDEF que nous ne sommes pas prêts d’en finir avec cette pseudo lutte des classes qui n’en est pas une.

En effet, pour moi, ces grands patrons et les syndiqués des entreprises publiques appartiennent à une autre époque. Celle où le travail collectif profitait à quelques uns. Je suis pour l’abolition de tous ces privilèges et la fin du racket moral organisé par les syndicats et soutenu par les médias.





4 commentaires pour “Salauds de patrons!”
  1. seb du massif central dit :

    salut

    tu as raison
    j’ajoute:
    rapport de 1 à 10 entre les salaires serai vraiment souhaitable.
    Le Medef à trop le monopole en entend jamais les autres.

    Cela ne changera rien a la crise

    (je suis de retour grace a Alice 2 mois d’attente de branchement vive la concurence…)

  2. Olivier dit :

    Welcome back Seb! On commençait à s’ennuyer sans toi 🙂
    Merci Alice! 😉

  3. seb du massif central dit :

    tu trouves qu’il manque des idées centristes ?

  4. Olivier dit :

    Non des idées venant de loin, du massif central par exemple 😉



L'autre monde | Thème liquide par Olivier