8
Mar
11

Sera t’il jugé un jour?





Enième pirouette dans le procès des emplois fictifs de la Mairie de Paris, le juge a renvoyé l’audience aux calendes grecques. C’est à se demander si Jacques Chirac ne finira pas par être jugé par contumace…

Ce procès illustre parfaitement l’état d’un système voulu et entretenu par les hommes politiques depuis 30 ans : une justice à l’agonie, tout comme le reste de l’administration, lente et poussive, facilement retardée par n’importe quel artifice de procédure.

Au moins, ce qui est bien avec ce système, c’est que les politiques n’ont pas trop de souci à se faire. Ils sont sûrs que cela prendra tellement de temps pour qu’ils soient jugés que l’affaire se termine presque toujours en queue de poisson à un moment où l’opinion publique n’en a plus rien à faire.

Comment tolérer dans une démocratie moderne comme la notre que des procès puissent durer plus de 5 à 10 ans? C’est un non sens complet.

Je voyais hier soir un excellent reportage sur Canal+ sur le système Chirac dans les années 90. C’était édifiant. Entre les marchés truqués, les pôts de vin et les emplois fictifs, il y avait à boire et à manger et pas que de la tête de veau…

Aussi incroyable que cela puisse paraître, la gauche a défendu Chirac à une époque où il aurait pu chuter. Lionel Jospin expliquait qu’il avait accepté la cohabitation et que par conséquent, il n’était pas question de faire tomber Chirac. Maître Arnaud Montebourg qui souhaitait alors faire voter une résolution par le parlement n’a pas pu compter sur le soutien de ses collègues socialistes, apparemment pressurés par Matignon! Et que dire de Roland Dumas, aujourd’hui conseiller du Titanic ivoirien, qui à cette période a empêché le renvoi devant la haute cours de justice de la République de Jacques Chirac, probablement en échange d’une certaine bienveillance dans l’affaire Elf.

Dans toute cette affaire, ce qui est sûr, c’est que Maître le Borgne, avocat de Jacques Chirac, n’aura pas rendu la vue à la justice…







L'autre monde | Thème liquide par Olivier