Articles sur 'Iran'

L’Iran en position difficile

Soumis depuis des années à des sanctions internationales qui commencent à peser lourd sur son économie, le régime de Téhéran commence à s’agiter pour essayer d’inverser la tendance et reprendre la main sur la scène diplomatique. Après avoir menacé de fermer la détroit par où transite 40% du trafic mondial, voilà qu’ils ont fait un essai de missile longue portée couronné de succès. Israël est donc plus que jamais sous la menace directe des ogives iraniennes. Jusqu’à présent, Israël s’en remettait aux Etats Unis pour gérer la situation et assurer sa protection. Cependant, après des années de sanctions et de négociations infructueuses, Israël voyant le risque se rapprocher de ses frontières pourrait bien finir par décider de se défendre seul. Il ne serait en effet pas bien compliqué pour Tsahal d’anéantir un certain nombre de cibles en Iran.


Le coût de la liberté…

Au petit jeu de la libération d’otages politiques, la France risque une nouvelle de payer le prix fort. Clotilde Reiss, enseignante française à Ispahan, a eu le tort de participer à une manifestation de soutien au candidat malheureux des récentes élections présidentielles. Les autorités iraniennes profitent de cette aubaine. Ils organisent un procès dont on connaît déjà l’issue afin de forcer la France à engager des discussions sur un certain nombre de sujets sensibles comme le nucléaire. En clair, la libération de Clotilde Reiss va représenter une carotte. Je vois déjà Nicolas Sarkozy ou Bernard Kouchner allant dans quelques mois à Téhéran pour récupérer Clotilde Reiss tandis que par derrière, l’Irannégociera la suspension des sanctions sur son programme nucléaire voire peut être même des accords de coopération avec Areva.


Nous sommes tous des Iraniens?

Je passe la parole à Roberto di Milano pour un billet d’humeur sur l’Iran : Avez-vous vu « Envoyé sopécial » ce soir. Une jeune femme reporter a ramené un reportage impressionnant sur les manifestations qui ont suivi la réélection d’Ahmadinedjad. Quel courage de s’exposer ainsi et d’exposer des Iraniens à une répression sanglante. Certains le font à visage découvert, comme ce professeur de sociologie francophone. Une scène m’a frappé. Cet enseigant à l’université et la reporter conversent, penchés à la fenêtre, dans la nuit tombée sur Téhéran.


L’Iran et l’occident

Mardi soir, alors que j’allais me coucher vers 23h30, j’allume la télévision pour zapper. Je tombe sur France 3 sur un reportage sur l’Iran. Le ton particulier du reportage me pousse à le regarder. Au bout de quelques minutes, je suis captivé. Je vais donc tenter de vous résumer mes deux dernières fins de soirées devant France 3. Février 2009, c’est pour l’Iran une date anniversaire, celle des 30 ans de la Révolution Islamique qui a vu la chute du Chah d’Iran et l’arrivée au pouvoir de l’Ayatollah Rouhollah Mousavi Khomeini, après un exil en France à Neauphle-le-Château.


Du calme Bernard!

Bernard Kouchner a fait le contraire de ce que l’on attend d’un ministre des affaires étrangères en jetant un pavé dans la mare à propos de l’Iran. Je pense qu’il ferait mieux de s’employer à oeuvrer dans l’ombre, à jouer son rôle de diplomate plutôt que de faire des déclarations fracassantes à la radio qui ne servent absolument à rien. J’aime bien le côté entier et direct de Bernard Kouchner mais bon, là il a dérapé. Cela ne remet pas en cause ses grandes qualités mais il devrait réfléchir un peu plus avant de parler. La France n’est pas prête à prendre la tête d’une guerre contre l’Iran comme les Etats Unis l’ont fait contre l’Irak il y a 4 ans. Nous avons déjà assez de chats à fouetter comme cela en France comme à l’étranger sans aller se mettre dans un pétrin que l’on peut éviter en utilisant la voie diplomatique.


L’Iran mène la danse

Un an après, l’Iran fait toujours danser la communauté internationale qui n’arrive pas à se mettre d’accord sur des mesures pour contraindre l’Iran à cesser l’enrichissement d’uranium. En fait, si l’on analyse de plus près la situation, on se rend vite compte que ces dernières années, W a malgré lui renforcé de manière irréversible le régime des mollahs. Comment? Tout simplement en anéantissant les deux principaux ennemis de l’Iran dans la région : les Talibans puis Saddam Hussein. Les Talibans et Saddam constituaient deux menaces pour l’Iran. Aujourd’hui, l’Iran n’a plus de menace directe à ses frontières.


Le prix Nobel de la paix 2005 décerné à Mohamed ElBaradeï et l’AIEA

Ce matin, le comité Nobel norvégien a décidé de décerner le prix nobel de la paix 2005 à l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique) et à son directeur général, l’Egyptien Mohamed ElBaradeï. Ce prix a une résonnance particulière puisque cette année correspond au 60ème anniversaire du largage des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. Ce choix vient couronner l’action de l’AIEA pour le non détournement de l’énergie nucléaire à des fins militaires. On se souvient du rôle de Mohamed ElBaradeï en 2003 en Irak. Il avait alors démontré l’absence d’armes de destruction massive. Je suis très heureux de ce choix.


Après l’Afghanistan et l’Irak, au tour de l’Iran

Comme vous le savez peut être, l’Iran vient tout juste de reprendre ses activités d’enrichissement d’uranium. Selon les experts, ceci devrait leur permettre de posséder la bombe nucléaire d’ici quelques années. Il n’en fallait pas plus pour que W prévienne qu’un recours à la force pour stopper immédiatement ces activités était tout à fait possible. D’un point de vue stratégique, c’est relativement simple, l’Iran est enclavé entre l’Irak et l’Afghanistan où les troupes américaines sont déjà massivement déployées. Un envahissement de l’Iran pourrait donc intervenir rapidement. Maintenant, si on fait un petit bilan des différentes actions militaires de W depuis le 11 septembre 2001, c’est plutôt sombre.


L'autre monde | Thème liquide par Olivier